Le ministère de la Défense avertit les éleveurs qu’ils ne toléreront pas de nouvelles « forces d’autodéfense »

Ministre de la Défense, Ivan Vélasqueza rejeté la réaction des éleveurs face à l’occupation illégale de propriétés en Colombie. Le chef de portefeuille a indiqué que le Gouvernement et la Force Publique travaillent pour éviter que les propriétaires fonciers ne soient touchés par cette situation.

Les déclarations de Velásquez interviennent après que ces personnes ont organisé des manifestations pour demander le soutien des autorités et rechercher des actions pour se défendre par leurs propres moyens leurs terres.

Ces dernières actions sont rejetées par divers secteurs politiques et organisations sociales. En réalité, le ministre de la Défense a affirmé avoir établi des dialogues avec les éleveurs et le général de division Henry Armando Sanabria Cely, directeur de la police nationale.

Le responsable a souligné que l’exécutif ne permettra pas aux groupes illégaux de se former. « Ici, en tout cas, il est intolérable qu’il y ait justice par soi-même. Il n’y a aucune possibilité que ces craintes de réorganiser les forces d’autodéfense pour exercer la justice entre leurs propres mains ou pour agir puissent se matérialiser », a-t-il déclaré.

Velásquez a ajouté que la police a déjà procédé à une expulsion et que cette institution est celle qui mène ce type de procédure. A cet égard, il a soutenu que plus de 12 interventions ont été réalisées et que ces opérations doivent être conformes aux exigences de la loi.

« Ce que je peux dire, c’est que la police doit se conformer à la loi, qui prévoit que dans les 48 heures suivant l’occupation, elle peut agir directement », a déclaré le ministre dans son discours.

« Ce n’est pas ainsi qu’il a été interprété à une autre occasion qui l’évoquait, que c’est dans 48 heures que toutes les expulsions vont avoir lieu. C’est la loi : si les 48 heures se sont écoulées, et pour quelque raison qu’il n’y ait pas eu d’expulsion, il doit déjà y avoir une intervention judiciaire », a-t-il expliqué.

Il est à noter que la ministre de l’Agriculture, Cecilia López, a déclaré qu’il existe actuellement 62 procédures d’enquête pour occupation illégale, dont 41 dues à l’invasion, 17 à l’assujettissement, 4 à l’usurpation de terres. Ces cas seraient liés aux soi-disant tierreros, à des groupes criminels et même à des agents publics.

« D’autres choses sont les occupations, là où la question indigène entre en jeu, là le modèle est ce sur quoi nous travaillons et ce qui a été avancé dans le cas de Cauca, il y a un dialogue parce que nous ne voulons pas de violence, si de cette façon c’est pas possible, la police nous autorise à agir après 48 heures », a déclaré López.

★★★★★