Le ministre de la Défense colombien répondra des massacres au Sénat

Le ministre de la Défense colombien, Diego Molano, répondra ce mardi devant le Sénat du Congrès pourquoi 11 civils sont morts lors d’opérations militaires à Puerto Leguízamo, présentés plus tard comme des « producteurs de narcococa », rapportent les agences.

Molano doit vous présenter dans un débat de contrôle politique afin de fournir des informations et de clarifier les actions menées par l’Armée nationale dans lesquelles des civils et des mineurs ont été victimes.

Le sénateur démocrate du pôle Iván Cepeda a invité les citoyens à suivre le débat sur le contrôle politique mardi.

Les 28 et 29 mars, dans une zone rurale de Puerto Leguízamo, département du Putumayo, 11 personnes sont mortes dans une opération militaire contre des dissidents des ex-Forces armées révolutionnaires de Colombie, dont un mineur et une autorité indigène.

La semaine dernière, des représentants de la Chambre du Congrès ont demandé que Molano soit démis de ses fonctions pour sa responsabilité dans le massacre.

María José Pizarro, de la Coalición Decentes, a expliqué que ladite opération ne tenait pas compte des principes de distinction, de précaution et de proportionnalité.

Des attaques aveugles contre des civils, des disparitions forcées, des tortures et des exécutions extrajudiciaires ont été perpétrées, a-t-il souligné.

Le 26 avril, Pizarro, qui souligne que le ministre de la Défense n’a pas fait preuve d’empathie pour le défunt, estime qu’il devrait quitter ses fonctions.

« Ils ont assassiné des civils, des mineurs, des indigènes, des femmes enceintes et des dirigeants communautaires, les ont fait passer pour des combattants, ont modifié la position des corps, les ont déplacés d’un endroit à l’autre et leur ont posé des armes », a-t-il ajouté.

Il a souligné que les militaires torturaient, opprimaient et causaient délibérément douleur et souffrance à la communauté, les gardant enfermées et dans des positions humiliantes et inhumaines sur le terrain de football, au milieu du soleil et sans eau.

En outre, ils ont violé le droit international humanitaire car les membres de la force publique qui ont participé à l’opération devaient être pleinement identifiés, avec les uniformes des forces militaires, a-t-il indiqué.

« Ils ont donné l’ordre de tirer depuis l’hélicoptère sans avoir d’objectif clair, selon des témoignages de la même communauté. Continuer à affirmer que l’opération était légitime rend sa permanence (de Molano) à la tête du ministère de la Défense intenable », a-t-il souligné.

★★★★★