« le nord-est ne vote pas pour les monstres »

São Paulo – Comme premier acte de campagne de ce second tour, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) a mené une marche, jeudi matin (6), dans les rues de São Bernardo do Campo, dans la région ABC de São Paulo . Sur la scène historique où il a commencé sa carrière politique, le candidat de la coalition Brasil da Esperança était accompagné de milliers de personnes dans les près de deux kilomètres qui séparent le siège du Syndicat des métallurgistes d’ABC de la Praça da Matriz, au centre de la ville, même sous les presque 28 degrés.

L’ancien président était accompagné de son candidat à la vice-présidence sur le ticket, l’ancien gouverneur Geraldo Alckmin (PSB). Avec eux se trouvaient l’ancien maire et candidat au gouvernement de São Paulo, Fernando Haddad (PT) et la vice-présidente, la professeure Lúcia França (PSB). Tous deux participeront également au second tour des élections. le 30. Le député fédéral nouvellement élu avec le plus de voix dans l’État, Guilherme Boulos (Psol), coordinateur national du Mouvement des travailleurs sans-abri (MTST), a également participé à la marche.

Le trajet a duré environ une heure. Vers 13 heures, au siège, Lúcia França a ouvert les discours soulignant l’importance de l’électorat féminin pour vaincre le président Jair Bolsonaro (PL) et son candidat au gouvernement de São Paulo, Tarcísio de Freitas (républicains) aux urnes. « Nous (les femmes) avons la force. Sortons Bolsonaro de là où il est, car nous voulons une garderie pour nos enfants et petits-enfants. Nous voulons qu’ils aient un avenir. C’est nous qui allons faire ce grand mouvement. Et deuxièmement, nous ne pouvons pas les laisser amener Brasilia à gouverner São Paulo. São Paulo appartient au peuple de São Paulo.

« Dehors Bozo !

Lors de sa participation à l’acte à São Bernardo, Haddad s’est dit surpris par l’atmosphère de désespoir des supporters après la publication des résultats du premier tour de scrutin, dimanche (2). « Il semblait que Lula n’avait presque pas remporté l’élection au premier tour. Et que le PT n’était pas ici à São Paulo en seconde. »

« Maintenant, pour que tu gagnes, tu dois aller au deuxième tour, sinon tu ne gagnes pas. Et nous avions ici un ravageur appelé BolsoDoria. Doria est déjà partie, Bolso a disparu. Sortons le Pocket d’ici », a poursuivi Haddad.

L’ex-maire et ex-ministre a également rappelé que ce sera le troisième second tour qu’il dispute. Toujours en 2012, Haddad est allé au deuxième tour contre José Serra (PSDB) pour la ville de São Paulo. A l’occasion, le toucan est également passé à la première place. Mais Haddad a renversé l’avantage et l’a emporté au second tour, avec 55,57 % des suffrages valables. En 2018, après la farce juridique de l’opération Car Wash qui a sorti Lula de la course présidentielle, Haddad n’a eu que trois semaines de campagne et même alors il est allé au deuxième tour contre Jair Bolsonaro. « Et nous avons presque battu Bozo, grâce à vous », a-t-il ajouté.

«Beaucoup de gens ont dit que si nous avions deux semaines de plus, nous gagnerions les élections. (…) Et maintenant je suis au troisième deuxième tour et c’est à égalité. L’un que j’ai gagné et l’autre que je n’ai pas eu le temps de gagner. Et maintenant, je veux briser l’égalité. Et pour rompre le lien, j’ai besoin de São Bernardo, j’ai besoin d’ABC, de São Paulo et de la campagne pour renvoyer Bozo chez lui afin qu’il réponde des crimes qu’il a commis. Nous avons trois semaines. Lula est en tête du second tour. (…) Nous allons nous battre, nous allons gagner cette élection », a conclu Haddad.

Bolsonaro contre Nord-Est

Dans le même São Bernardo où il a ouvert sa campagne pour le premier tour de ces élections, Lula a tenu à rappeler ses racines syndicalistes, en tant que leader métallurgiste à la tête des grèves historiques de la catégorie, dès la fin des années 1970. a durement réfuté la Ton préjugé contre la population du Nord-Est, adopté par la campagne de Jair Bolsonaro depuis qu’il a perdu dans tous les États de la région au premier tour.

«Quiconque a une goutte de sang du Nord-Est ne peut pas voter pour ce monstre négationniste qui dirige ce pays. Il doit apprendre une leçon. Qu’il obtienne les voix des miliciens, ceux qui ont tué Marielle. Puisse-t-il prendre le vote de ceux qui sont responsables de la mort de milliers de personnes dans la pandémie. Qu’il obtienne le vote du gang dirigé par (Fabrício) Queiroz. Qu’ils demandent un vote pour ceux qui organisent des rassemblements d’enfants à l’Assemblée législative de Rio de Janeiro.

budget secret

Le candidat a également critiqué le gouvernement actuel pour un autre blocus des ressources du ministère de l’Éducation, d’une valeur actuelle de 2,6 milliards de reais. Ce qui, selon les universités fédérales, nuira davantage aux établissements d’enseignement supérieur et aux instituts fédéraux.

Et il a encore pointé la conduite désastreuse du pays face à la pandémie de covid-19. « De la même manière qu’il (Bolsonaro) a négligé le vaccin. Au moins 400 000 personnes décédées, nous devons inculper le génocidaire, responsable d’avoir négligé le vaccin et d’avoir ignoré les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. (…) Et pourquoi sommes-nous ici maintenant ? nous sommes ici maintenant parce que nous voulons récupérer le Brésil. Parce que nous, habitants de São Paulo et honorables habitants du Nord-Est, femmes et hommes qui travaillent, avons déjà pris une décision. Le 30 octobre est le 13 pour le gouverneur et le 13 pour le président. Lula et Alckmin pour gouverner ce pays », a déclaré Lula, terminant l’acte à São Bernardo.

Découvrez l’acte

Écrit par : Clara Assunção

★★★★★