Le Parlement a rejeté 40 ans après le massacre de Cantaura

Les députés du parlement vénézuélien ont approuvé ce mardi un projet d’accord à l’occasion du 40e anniversaire du massacre de Cantaura, où 23 révolutionnaires ont perdu la vie aux mains des forces de sécurité du gouvernement au pouvoir.

Le député Ali Alejandro Primero a lu l’accord et a rappelé qu’un jour comme aujourd’hui, l’acte le plus sanguinaire et le plus brutal de la IVe République avait été commis.

« Il n’y a pas d’acte inférieur à celui d’attaquer les forces communes par la violation de leurs droits humains par les forces judiciaires. Un personnage joufflu et président de la république à l’époque a donné l’exécution pour le meurtre de filles et de garçons courageux », a-t-il déclaré.

Il a souligné que Cantaura n’est pas seulement un fait historique, « c’était une vitrine pour que le peuple voie comment toute tentative ou soulèvement populaire contre ce qui serait le Black Friday serait écrasé », a-t-il rappelé.

Pour sa part, la députée, Blanca Eekhout, a souligné que ce qui s’est passé le 8 avril 1982 était un acte injustifiable d’un gouvernement qui a violé les droits humains d’une population sans défense.

« Il est injustifiable qu’il y ait le moindre doute qu’il s’agissait d’un massacre contre un peuple, et nous devons empêcher ces criminels de diriger à nouveau notre peuple. En l’an 82, ce massacre a eu lieu et ce n’était que le début du Black Friday. Dix ans après Cantaura, les soldats de Chavez se sont soulevés et c’est la vraie justice », a-t-il déclaré.

Les députés ont convenu de commémorer le 4 octobre comme date nationale et de reconnaître les 23 morts comme des héros du pays, en plus d’incorporer des informations sur l’opération génocidaire dans les rangs des forces militaires et policières pour servir de pratiques qui doivent être bannies Enfin, ils ont demandé au parquet de poursuivre les investigations sur ce fait.

★★★★★