Le président Duque est arrivé à Cúcuta et a rejeté l’attaque contre la brigade 30

A l’occasion de l’attentat à la voiture piégée qui s’est produit dans l’après-midi de ce mardi dans les locaux de la Brigade 30 de l’Armée nationale, le président de la République, Ivan Duque Marquez, s’est rendu dans la capitale du Norte de Santander et de là a rejeté l’acte.

Quelques minutes après l’explosion qui a fait des dizaines de blessés, le président national a indiqué que le ministre de la Défense, Diego Molano Il se déplacerait dans la ville frontalière avec le Venezuela pour mener les enquêtes grâce à la mise en place d’un comité de sécurité. Cependant, le chef du gouvernement s’est rendu à Cúcuta pour faire avancer un conseil de sécurité extraordinaire avec les autorités locales et régionales.

Les événements survenus cet après-midi ont laissé 11 soldats blessés et il a été confirmé que les personnes chargées de perpétrer l’acte se sont fait passer pour des fonctionnaires judiciaires pour échapper aux contrôles de sécurité à l’intérieur de l’installation militaire.

Des sources du renseignement de l’armée nationale ont révélé qu’un camion blanc Toyota Fortuner est entré dans le centre militaire et que Il a été réquisitionné sans que rien d’étrange ne soit trouvéQuelques minutes plus tard, une forte explosion a été ressentie et a immédiatement suivi, une autre, venant également du même véhicule.

Les vidéos sont analysées Afin de déterminer l’identité des occupants du véhicule, les dossiers du véhicule sont également retracés pour établir où il a été acheté et qui est répertorié comme son propriétaire.

Le ministre de la Défense Diego Molano a été envoyé par le président Duque et pendant qu’il était là, le fonctionnaire a indiqué que les terroristes ils se sont fait passer pour des fonctionnaires« L’hypothèse de départ est que l’ELN est à l’origine de cet acte insensé et la participation de dissidents des Farc est aussi un sujet d’enquête », a déclaré le chef du portefeuille de la Défense nationale.

Le ministre Molano a ajouté : « Aujourd’hui à 15 h 05, un camion Toyota blanc est entré avec deux individus se faisant passer pour des fonctionnaires. A 3h10 ce camion a eu une première explosion qui a affecté les installations. Au bout de deux minutes, à 3h12, il y a eu une deuxième explosion du même camion, affectant gravement les installations de la brigade ».

Il a été confirmé que 36 étaient les blessés et trois d’entre eux présentaient un certain niveau de gravité, deux étaient des civils et une autre personne a subi une intervention chirurgicale.

Cette installation est essentielle pour le gouvernement car les opérations contre l’ELN dans la région sont dirigées à partir de celle-ci.

★★★★★