Le projet de loi visant à réglementer le travail à domicile a été approuvé, lors d'un premier débat, par le Sénat et la Chambre

12 décembre 2020-12: 28 p. m.
Pour:

Colprensa

Les septièmes commissions mixtes du Sénat et de la Chambre des représentants ont approuvé lors du premier débat, le projet de loi visant à réglementer le travail à domicile en tant que forme de prestation de services dans des situations occasionnelles, exceptionnelles ou particulières dans le cadre d'une relation de travail avec l'Etat ou avec le secteur privé.

La pandémie de coronavirus, qui a maintenu le pays fermé pendant plusieurs mois, a révélé la nécessité de réglementer cette modalité, c'est pourquoi le Congrès a pris des mesures importantes pour qu'à l'avenir, il puisse y avoir des règles élémentaires qui régissent les fonctions sous ce modèle.

Le sénateur rapporteur, Carlos Fernando Motoa, a souligné l'approbation au septième comité des deux sociétés et a assuré qu'il s'agissait d'un projet qui accordera le droit à la déconnexion du travail, une aide à la connectivité et donnera des garanties qui répondent à la nouvelle réalité des travailleurs.

"C'est un projet important, la Colombie réglemente une question qui est essentielle pour maintenir l'emploi dans le pays, pour préserver les relations de travail, pour essayer de réduire le taux de chômage dans le pays, qui a des chiffres alarmants et dramatiques", a déclaré Motoa après approbation lors du premier débat.

Lire aussi: Lois de l'entrepreneuriat et du tourisme et extension de la loi sur les victimes, à sanction présidentielle

Le projet, qui a un message urgent du gouvernement national, propose que le travailleur continue à bénéficier des mêmes droits et garanties qui régissent sa relation de travail, entre autres, ceux qui réglementent les heures de travail, les heures supplémentaires, le travail de nuit, le dimanche et les jours fériés.

Elle vise également à ne pas affecter l'indemnisation du travailleur, ayant les mêmes droits de recevoir les salaires et les prestations sociales prévus dans le contrat de travail; En outre, ils peuvent s'abstenir d'exécuter la prestation du service pendant leurs périodes de repos, en fonction de leur journée de travail.

Un autre point important est le versement d'une aide à la connectivité, qui serait le remplacement de l'aide au transport accumulée par les personnes qui gagnent jusqu'à deux salaires minimums mensuels légaux en vigueur, et que le travailleur devrait être payé pendant la période où il fournit ses services la maison.

Cela soulève également la nécessité de prolonger jusqu'à une période de trois mois, prorogeable pour une durée égale pour une seule fois, la durée maximale pendant laquelle un travailleur peut effectuer son travail à domicile et, une fois la période expirée, il peut passer au télétravail. .

Il convient de préciser que le travail à domicile est rendu possible par des circonstances occasionnelles, exceptionnelles ou particulières qui empêchent le travailleur de pouvoir exercer ses fonctions dans son lieu de travail habituel, qui diffère du télétravail, qui est convenu par un contrat de travail et est exécuté par l'utilisation des technologies de l'information et des télécommunications.

Lire aussi: Lois de l'entrepreneuriat et du tourisme et extension de la loi sur les victimes, à sanction présidentielle

★★★★★