Le TCU approuve la privatisation d’Eletrobras, malgré « des erreurs gigantesques »

São Paulo – Malgré les «erreurs de calcul géantes» signalées par l’examinateur et deux ministres affirmant qu’ils ne vendraient pas l’entreprise, la Cour fédérale des comptes (TCU) a donné ce mardi (15), 6-1, son approbation des valeurs de privatisation du système Eletrobras, comme le souhaitait le gouvernement. Le modèle de vente est toujours à l’étude. Pour le ministre Vital do Rêgo, la valeur de vente de l’entreprise devrait être deux fois supérieure à celle prévue dans la transaction. Ou des 67 milliards de R$ approuvés à 130 milliards de R$.

Dehors, il y avait une manifestation de travailleurs contre la privatisation. La Fédération nationale des urbanistes (FNU-CUT) a publié une lettre ouverte aux ministres du TCU. Deux d’entre eux n’ont pas voté : la présidente du tribunal, Ana Arraes, et le « rookie » Antonio Anastasia.

Selon Vital do Rêgo, c’est une erreur grossière de ne considérer que les valeurs énergétiques estimées, en excluant la puissance des centrales du système. Le rapporteur, Aroldo Cedraz, a seulement suggéré d’inclure une recommandation pour tenir compte de la puissance dans les nouveaux contrats, arguant qu’il n’y a toujours pas de règle claire à cet égard. « La recommandation est l’histoire pour les Anglais à voir. Si vous ne mettez pas de détermination, et gardez la recommandation, cela n’a aucun sens pour moi », a répondu Rêgo. « Séparer (énergie et puissance) est de célébrer le secteur privé », a-t-il déclaré vers la fin de la séance, qui s’est achevée à 19h07 par le vice-président, Bruno Dantas. « Maintenant, le célèbre marché brille de mille feux. »

Le marché régule

L’examinateur du procès Eletrobras a également réagi à un commentaire d’un autre ministre du TCU, Benjamin Zymler, selon lequel on est généralement convaincu que le «marché» résoudra les problèmes. Dans le même temps, Zymler a admis qu’il ne s’agissait pas d’un « processus commun de concession de service public ». « Le marché y régule en capitalisation », a dit Vital do Rêgo. « Ici à ACC (valeur ajoutée à contrats) le marché rit.

Selon lui, la sous-évaluation du VAC serait de 63 milliards de R$. Selon leurs estimations, la valeur de la subvention passerait de 23,2 milliards de R$ à 57,2 milliards de R$, tandis que les transferts vers le compte de développement énergétique (CDE) passeraient de 29,8 milliards de R$ à 63,7 milliards de R$. La majeure partie de la différence concerne la non-inclusion de la soi-disant tarification des centrales électriques. « Une grossière erreur absurde », a déclaré le ministre, évoquant également le fait que le gouvernement n’a pas dûment pris en compte le risque hydrologique des années à venir.

Le modèle approuvé, a ajouté le ministre, pourrait avoir des conséquences négatives pour le consommateur. « Nous savons que les Brésiliens souffrent aujourd’hui des conséquences de devoir payer le deuxième tarif énergétique le plus cher de la planète, selon les données de l’agence internationale concernée par le sujet. Réaliser la privatisation d’Eletrobras dans le format truffé d’échecs techniques, démontré ici en détail, signifiera pour nous de grandes possibilités d’occuper la première position dans ce classement désastreux », a-t-il déclaré.

« Je ne vendrais pas »

Deux ministres, bien qu’en désaccord avec l’examinateur, sont allés jusqu’à dire qu’ils ne vendraient pas l’entreprise aux conditions proposées. « On n’est toujours pas au bon niveau de maturité des comptes pour la privatisation d’Eletrobras. Si Eletrobras était à moi, je ne le privatiserais pas avec ces comptes. Et je n’ai pas parlé de l’impact tarifaire », a déclaré Zymler, accompagné de Jorge Oliveira peu après.

A l’extérieur, manifestations contre la vente de l’entreprise publique (reproduction Twitter)

Le doyen du TCU, Walton Alencar Rodrigues, a déclaré que le système Eletrobras donne des résultats « extrêmement désastreux ». Pour lui, une plus-value ferait fuir les investisseurs et réduirait la valeur des actions. Le ministre a également déclaré que l’objectif est d’obtenir des investissements pour éliminer les risques de pénurie et d’énergie « pour les secteurs producteurs nationaux ». Il ne parlait pas des consommateurs physiques.

« J’insiste sur le fait que nous ne contestons pas ici la révocation de la décision de privatiser Eletrobras », a déclaré Vital do Rêgo. « Ce qu’il faut, c’est que le processus soit soutenu par des paramètres cohérents qui garantissent la santé du modèle choisi et, surtout, garantissent l’intérêt du détenteur du bien public à privatiser – la société brésilienne ».

★★★★★