Le tribunal a prononcé la privation de liberté de l’ancien président de Lácteos Los Andes

Le quatrième tribunal d’État de première instance chargé des fonctions de contrôle a prononcé une mesure judiciaire de détention préventive contre l’ancien président de Lácteos Los Andes, Luis Augusto Piligra Jiménez, pour la commission présumée des crimes de détournement de fonds frauduleux et l’accord d’un fonctionnaire avec un entrepreneur, prévu et sanctionné par la loi contre la corruption.

Cela a été rapporté mardi par la Cour suprême de justice sur son compte Twitter et sur son site Internet.

La sentence indique qu’il est poursuivi pour avoir été lié à la possession illégale d’une arme à feu; le boycott, avec la modalité aggravée de déstabilisation de l’économie, prévue par la loi organique des prix équitables; contrebande d’extraction; ainsi que le blanchiment d’argent et l’association pour commettre des crimes.

La Cour a également décrété une mesure judiciaire de détention préventive pour le citoyen, Amelys Aracelys Cabrera Gómez, pour la commission présumée des crimes de concert d’un fonctionnaire avec un entrepreneur, la possession illégale d’une arme à feu, le blanchiment d’argent et l’association en vue de commettre un crime.

La direction de Piligra Jiménez faisait l’objet d’une enquête à la suite d’une plainte déposée par une employée, une porte-parole du Conseil productif des travailleurs de l’entreprise d’État, lors d’un discours du président Nicolás Maduro.

★★★★★