Le tribunal populaire a condamné Bolsonaro pour les décès dus au covid-19

La Cour permanente des peuples du Brésil a condamné jeudi le président Jair Bolsonaro pour crimes contre l’humanité, face aux plus de 600 000 morts lors de la pandémie de Covid-19.

Selon le tribunal – cité par Prensa Latina -, le président brésilien a commis deux actes illégaux, le principal étant la violation des droits de l’homme.

« Premièrement (il a commis) une grave violation des droits de l’homme, en incitant publiquement à une telle infraction contre de larges secteurs de la population brésilienne qui sont victimes de discrimination », indique une partie du verdict du tribunal entendu à la Faculté de droit de l’Université de São Paulo. Paul (USP).

Un autre des actes pour lesquels le président Bolsonaro a été condamné est d’avoir opté « pour une politique de santé contraire à l’isolement, à la prévention de la contagion et à la vaccination, qui a entraîné par malveillance la mort de dizaines de milliers de personnes ».

« Le dirigeant est coupable de la mort d’au moins 100 000 Brésiliens à cause de l’agent pathogène. Dans le document, les juges ont indiqué qu' »il ne fait aucun doute » que des milliers de vies ont été écourtées par des décisions du gouvernement fédéral », a souligné le tribunal populaire.

Exposez Bolsonaro au monde

Le journaliste Jamil Chade, chroniqueur du portail UOL, a été consulté sur le jugement du procès, qui s’est déroulé du 24 au 25 mai à Rome, en Italie, et en même temps que la faculté de droit de Sao Paulo.

À cet égard, Chade a souligné que ce tribunal n’a pas le même poids que la Cour pénale internationale, à La Haye, cependant; la phrase expose Bolsonaro au monde.

« La condamnation est considérée par des groupes de la société civile, d’anciens ministres et juristes comme importante pour faire pression sur le palais du Planalto (siège du pouvoir exécutif) et exposer Bolsonaro au monde », a souligné le chroniqueur, cité par Prensa Latina.

Au cours du procès, le tribunal a examiné les violations et les crimes contre l’humanité commis par Bolsonaro et son gouvernement, avec de graves conséquences pour les populations noires, les peuples autochtones et les agents de santé.

Rappelons que le Brésil est le pays le plus touché par la pandémie de Covid-19 en Amérique latine, après avoir détecté – à ce jour – 34 472 679 cas positifs et 684 029 décès.

Pourtant, depuis le début de la pandémie – et malgré le fait qu’il ait été infecté deux fois par le Covid-19 -, le président Bolsonaro a remis en cause toutes les mesures de biosécurité prévues par l’Organisation mondiale de la santé, qualifiant même de « simple grippe » le virus.

★★★★★