Le Venezuela rejette toute mesure coercitive qui viole les droits humains

Le Venezuela réitère son rejet de toute mesure coercitive ou illégale qui viole les droits humains de la population, a déclaré mardi la vice-présidente exécutive, Delcy Rodríguez, lors de la présentation du rapport et des comptes du cabinet exécutif du gouvernement national, devant le Assemblée Nationale.

« Le Venezuela profite de ce forum pour rejeter les sanctions économiques qui violent les droits du peuple », a-t-il dit.

La vice-présidente a expliqué que les sanctions, en particulier, visaient l’étouffement total au Venezuela, « pas seulement financier », a-t-elle souligné.

En ce sens, il a expliqué que le Venezuela a reçu plus de 502 mesures coercitives directes, la majorité dans les finances publiques.

Les mesures attaquaient « 25 % dans la finance, dans le pétrole 22 %. Dans l’ensemble, ils ne cherchaient pas seulement l’étouffement financier. Le secteur de la santé représente 10% de ce conglomérat, l’alimentation 7%, le secteur privé 7% et les services publics sévèrement touchés », a-t-il précisé.

Plus précisément, 55% des mesures étaient contre les finances publiques, l’industrie pétrolière et les opérations du gouvernement national, telles que l’importation de nourriture, de médicaments, de fournitures de base et de pièces de rechange.

De même, il a évoqué le respect excessif des sanctions, c’est-à-dire; que de nombreux pays ont décidé d’imposer des sanctions directes contre le Venezuela, par crainte d’une répercussion à son encontre.

La preuve en est le vol de 31 tonnes d’or à la Banque d’Angleterre.

« Il n’y a pas de sanction expresse, mais pour excès de conformité, la Banque d’Angleterre est volée. Cela a également permis le respect excessif de l’embargo sur les médicaments et la nourriture », a-t-il déclaré.

« Des médicaments ont été saisis et confisqués lorsqu’ils ont été déclarés dernière destination au Venezuela », a ajouté le vice-président exécutif.

Il a rappelé que les mesures coercitives contre le pays avaient commencé en 2013.

« En l’an 2007 à 2013, le Venezuela 57 000 millions de dollars, et de 2013 à la récente, le Venezuela a été exclu des marchés financiers, il a été exclu du système Swift et entre les années 2014-2021, 502 mesures coercitives unilatérales sont exécutées,  » a-t-il expliqué. .

Coûts de mobilisation élevés

Lors du bilan devant l’Assemblée nationale (AN), le vice-président exécutif a souligné que les fortes sanctions faisaient grimper les coûts élevés de la mobilisation.

Il a donné en exemple le coût de la mobilisation du brut vénézuélien.

« Lorsque le Venezuela vend du brut vénézuélien, nos coûts de vente représentent 25 % du prix du brut. Le Venezuela doit payer 25% pour la vente de son brut, c’est-à-dire que 1 dollar sur 4 est destiné à couvrir la mobilisation et la commercialisation du pétrole. Les coûts de mobilisation peuvent atteindre jusqu’à 15% », a-t-il souligné.

« Nous voulions apporter ces données pour que notre peuple soit conscient de la barbarie, de la sauvagerie que peut représenter ce blocus criminel contre notre pays », a-t-il ajouté.

À cet égard, il a souligné que les sanctions visent à « l’appropriation illégitime » des ressources vénézuéliennes.

« C’est une nouvelle industrie qui, par le biais de sanctions, signifie l’appropriation illégitime des ressources d’un pays », a-t-il déclaré.

2021 : Année d’inflexion et de reprise

2021, pour sa part, est devenue l’année de la croissance économique et de la reprise, qui a été fortement affectée par le blocus économique et financier, en plus de la situation pandémique.

« 2020 a été l’année de l’intensification du blocus criminel. Et 2021 est l’année de l’inflexion, de la reprise et du progrès », a-t-il déclaré.

En ce sens, il a expliqué qu’en 2021, une forte reprise des services publics a également été réalisée.

Pour cette raison, il a souligné les efforts des travailleurs pour garantir un bon système de services publics au milieu du blocus.

« En 2021, nous avons pu récupérer 21% de la capacité de notre système électrique, 18% dans la distribution d’eau, 19% dans la distribution de gaz et 31% dans la distribution d’essence », a-t-il souligné.

Prise en charge sociale et alimentaire malgré les sanctions

Malgré le blocus, le gouvernement national a toujours maintenu le système des missions et des grandes missions, afin de servir les personnes les plus vulnérables.

Grâce à cela, le Venezuela parvient à rester parmi les pays les moins inégalitaires de la région, a expliqué le vice-président.

Preuve en est la livraison de plus de 500 000 logements en 2021, qui a conduit à franchir le cap des 3 900 000 logements construits par la Gran Misión Vivienda Venezuela (GMVV)

De même, la remise de 600 millions de primes à 13 millions de personnes inscrites au système Patria.

« Le Venezuela garantit sa sécurité alimentaire, dans l’intérêt et la sécurité nationale », a-t-il souligné.

En ce sens, il a souligné la croissance de la production de maïs de 60% et de riz de 17%, par rapport à l’année 2020 ; tandis que la production nationale de pâte alimentaire a supplanté les importations de cet article.

« C’est le produit de beaucoup d’efforts du secteur privé, des mouvements sociaux productifs, des politiques approuvées par le président Nicolás Maduro », a-t-il souligné.

Dose de rappel contre la pandémie

Entre 2020 et 2021, le Venezuela – comme l’ensemble de la population mondiale – a dû faire face à la situation de la pandémie de Covid-19, cependant, le pays a souffert d’un durcissement des sanctions.

« Il y a quelques jours, le président (Nicolás Maduro) a annoncé que nous étions sortis de la troisième vague qui a eu un impact sur notre pays », a rappelé Rodríguez.

En ce sens, il a expliqué que le Venezuela compte un peu plus d’un millier de cas pour 100 000 habitants.

Le vice-président exécutif a souligné qu’en termes de décès, le Venezuela comptait 20 décès pour 100 000 habitants, par rapport à d’autres pays comme les États-Unis, le Brésil, le Chili ou l’Espagne.

« Nous ne pouvons pas perdre la discipline et la responsabilité. On sait qu’il existe une variante dérivée de l’omicron qui a un impact dans d’autres pays, et qu’elle a aussi des conséquences économiques ; le moyen le plus efficace de se protéger est le renforcement », a-t-il souligné.

★★★★★