L’emploi dans les secteurs moins scolarisés et à faible revenu consolide la précarité de l’emploi et l’appauvrissement

São Paulo – Si en fait l’emploi a augmenté ces derniers mois, au point d’atteindre des niveaux antérieurs à la pandémie, les caractéristiques de cette augmentation montrent un autre profil du marché du travail, souligne Dieese. Il s’agit principalement de postes vacants qui nécessitent moins d’éducation et qui paient moins. Pour l’institut, cela démontre qu’en ce moment, le marché accentue sa précarité, élargissant les emplois à faible revenu et protection sociale.

« L’occupation a donc augmenté, malgré la lente reprise de l’activité économique post-pandémique, mais l’expansion se produit dans des postes qui nécessitent moins de qualifications formelles », explique Dieese, dans un bulletin publié ce mardi (13). « Le marché du travail devient précaire non seulement par l’établissement de relations de travail sans travail ni protection sociale, mais aussi par la création d’emplois moins complexes et la perte de revenus. » De cette manière, souligne l’institut, la situation « révèle un marché du travail appauvri avec peu de perspectives d’ascension pour les travailleurs ».

scolarité sous-utilisée

Ainsi, dans les postes considérés comme plus qualifiés, l’emploi a moins progressé et les revenus ont diminué. « L’augmentation de la scolarisation de la population, constatée au cours de la dernière décennie, a été peu utilisée par le marché du travail dans cette reprise de l’activité économique », observe l’institut.

Au deuxième trimestre, l’occupation a progressé de 9,9% par rapport à la même période en 2021. Les actifs occupés ayant suivi un enseignement secondaire complet ont augmenté de 12,5% et ceux ayant fait des études supérieures, de 3,6%. Ceux sans instruction ou ayant moins d’un an d’études ont été libérés à 31,4 %. Les données proviennent de l’enquête nationale continue auprès des ménages (Pnad) de l’IBGE.

le revenu moyen baisse

Par rapport au revenu moyen, les personnes employées ayant fait des études supérieures ont subi la plus grande perte au cours de cette période (-5,6 %). Perte encore plus importante que la moyenne générale de -4,7 %. Le groupe des travailleurs sans instruction ou ayant moins d’un an de scolarité a enregistré un gain de 3,2 %. « Parmi ceux qui ont terminé leurs études supérieures, le revenu moyen n’a augmenté que dans trois groupes professionnels, tandis que dans sept autres, il y a eu une réduction », informe Dieese.

Au deuxième trimestre, le pays comptait 98,3 millions de personnes employées, contre 94,2 millions à la même période en 2021. En 12 mois, le groupe qui a le plus augmenté était celui des travailleurs des services, des vendeurs de magasins et de marchés (17, 9%). . Et celle qui progresse le moins est celle des directeurs et managers (3%).

Toujours dans cette comparaison avec le deuxième trimestre de l’année dernière, il y avait 749 000 emplois supplémentaires dans l’enseignement supérieur. Mais seulement 160 000 personnes dans des métiers dits typiques. Et près de 80 % (78,6 %), soit 589 000, dans ce que Dieese appelle des emplois atypiques. Parmi celles-ci, ajoute-t-il, se distingue la croissance de 16,4 % du nombre de vendeurs et vendeurs en magasin et de 6,8 % du nombre de vendeurs à domicile ». Les deux totalisent 567 000 personnes ayant fait des études supérieures complètes.

A lire aussi :

★★★★★