Les ajustements salariaux perdent de l’inflation dans la moitié des accords

São Paulo – Malgré deux mois de déflation, selon l’indicateur officiel, les campagnes salariales continuent de peiner dans le pays. En août, par exemple, selon Dieese, près de la moitié (49%) des négociations de réajustements salariaux étaient inférieures à l’inflation, en utilisant l’INPC-IBGE comme référence.

Sur les 51 % restants qui ont atteint au moins l’augmentation basée sur le taux d’inflation, 27,5 % ont eu un gain réel (au-dessus de l’INPC). Et 23,5 % ont donné lieu à des réajustements sur la base de l’indicateur IBGE. Ainsi, la variation réelle moyenne des réajustements du mois dernier était de -0,28%.

De janvier à août, seuls 20,5 % des réajustements étaient supérieurs à l’inflation. Un autre 36,4% étaient équivalents à l’INPC, tandis que 43,2% avaient des pertes. Sur l’année, la variation moyenne est de -0,84 %. Parmi les secteurs économiques, les accords basés sur l’INPC prédominent dans le commerce (52%). Dans les services, 51,6% sont en dessous. Dans l’industrie, 40,1 % des revalorisations salariales correspondent à l’INPC. C’est aussi le segment avec la plus forte proportion d’augmentations réelles : 26,2 %.

La valeur moyenne du salaire minimum dans les conventions collectives est de 1 523 R$ – 25,6 % au-dessus du salaire minimum. Le plus élevé est dans les services (R$ 1 541,08) et le plus bas dans le secteur rural (R$ 1 465,27).

Consultez le bulletin complet ici

Lire aussi

★★★★★