Les anciens candidats à la présidentielle défendent la victoire de Lula au 1er tour

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a rencontré ce lundi matin (19), à São Paulo, d’anciens candidats à la présidentielle. Outre la symbolique entourant l’idée d’un large front pour vaincre Jair Bolsonaro (PL), l’événement avait pour objectif affiché d’augmenter la possibilité de victoire du PT au premier tour, d’ici 13 jours. Certains sondages, comme celui du BTG/FSB publié aujourd’hui, capturent déjà la migration des votes de Ciro Gomes (PDT) vers Lula.

Anciens candidats à la présidentielle Guilherme Boulos (Psol), Cristovam Buarque (Citoyenneté), Marina Silva (Rede), Geraldo Alckmin (PSB), Fernando Haddad (PT), Henrique Meirelles (União Brasil), Luciana Genro (Psol) et João Goulart Filho ( PCdoB). Lula a prononcé un bref discours dans lequel il a souligné la volonté de liquider l’élection présidentielle du 2 octobre. « Jusqu’à présent, je n’ai remporté les élections qu’au second tour. Mais ce n’est pas parce que j’aime le deuxième tour, mais il y avait toujours quelqu’un qui ne me laissait pas gagner », a-t-il déclaré. « Encore une fois, je travaille pour gagner le premier tour. » Selon lui, la contestation en 2022 est « atypique ». « Tous les candidats, du président actuel et des autres, sont dans une lutte plus forte contre moi que contre les autres. »

L’ancien président s’est même adressé à la presse : « Vous serez convoqués par ces camarades qui sont là pour décider le 2. Vous n’avez pas à me dire que le vote est secret. Si vous voulez résoudre le problème, je suis prêt à vous accueillir à bras ouverts », a-t-il déclaré.

Haddad : Bolsonaro et les funérailles de la reine

Haddad a également cité la presse pour commenter la présence de Bolsonaro aux funérailles de la reine Elizabeth II. « Aujourd’hui encore, la presse qui a si longtemps hésité à appeler le bolsonarisme par son nom, une force d’extrême droite, est désormais en mesure de reconnaître que celui qui a usurpé notre bicentenaire, qui se moquait du départ de près de 700 000 Brésiliens ( tué par le covid-19), se rend à l’enterrement de quelqu’un pour qui il n’accorde pas la moindre importance à faire un rassemblement politique », a-t-il analysé.

Selon lui, Bolsonaro fait le déplacement pour « parler aux gouvernements les plus extrémistes du monde qui tentent de former une coalition de forces d’extrême droite qui compromettent la démocratie et la liberté ».

Au programme qu’il aura à New York à partir de ce mardi (19), où se tient l’Assemblée générale des Nations unies, le chef du gouvernement brésilien n’aura aucune rencontre avec des dirigeants importants. Mais il rencontrera les présidents polonais (Andrzej Duda), serbe (Aleksandar Vucic), équatorien (Guillermo Lasso) et guatémaltèque (Alejandro Giammattei). Ensemble, ces pays représentent un maigre 0,75 % des exportations brésiliennes.

Geraldo Alckmin, candidat à la vice-présidence, a mis l’accent sur la démocratie. « C’est ce qui nous unit dans ce moment singulier et triste, où le processus démocratique est remis en cause et où la dictature est ratée, et il est temps de réaffirmer notre conviction pour la démocratie. La violence, la mort et le déni ne sont pas politiques, ils sont antipolitiques », a déclaré Alckmin.

Marina : « La réconciliation du Brésil avec lui-même »

Selon Marina Silva, candidate à la députation fédérale de São Paulo, la rencontre de représentants de secteurs aussi différents « signifie la nécessité d’une réconciliation du Brésil avec lui-même ». Elle a cité la philosophe judéo-allemande Hannah Arendt, pour parler de la « banalisation du mal ». « C’est penser que la destruction de l’environnement est quelque chose qui profite au développement, et ce n’est pas le cas ; que la destruction de l’éducation se fait au nom d’idéologies bizarres ».

La banalisation du mal, a-t-il poursuivi, c’est aussi « quelqu’un qui se réjouit de la douleur, de la souffrance, des pleurs de ceux qui sont endeuillés », a-t-il dit, dans une claire allusion à Bolsonaro. L’idée du large front est de montrer la nécessité de « dialoguer avec tous les citoyens, avec toutes les croyances, avec ceux qui croient, avec ceux qui ne croient pas », a déclaré Marina.

Sans citer de noms, mais en clin d’œil aux représentants d’autres secteurs, comme le candidat à la présidence Ciro Gomes (PDT), le coordinateur du programme gouvernemental au front, Aloizio Mercadante, a déclaré : « Nous invitons tous ceux qui se sont exprimés publiquement pour défendre la candidature de Lula. Mais la porte reste ouverte à tous ceux qui veulent venir des secteurs les plus larges de la société, ce qui ressort de cette rencontre ».

Guilherme Boulos (Psol-SP), candidat à la députation fédérale :

« Je crois que cette rencontre restera dans les mémoires plus tard comme un moment historique », a-t-il déclaré. Il a comparé le moment à la période de la campagne Diretas Já en 1984 « pour renverser une dictature militaire ». « Nos différences sont publiques, mais nous sommes ici pour dire que nos différences sont plus petites que ce qui nous unit. »

Cristóvam Buarque, ancien ministre de l’Éducation :

« Ce sera une tragédie s’il y a un second tour. Je ne doute pas que Lula gagnera s’il y a un second tour, mais ce sera quatre semaines imprévisibles du point de vue de la violence de rue, des fausses nouvelles partout. De toute façon, nous devons éviter un second tour. Pour lui, le premier tour est démocratique, mais, dans la situation actuelle, « il n’est pas responsable pour nous d’aller à un second tour ».

Luciana Genro (Psol-RS), candidate à la députation d’Etat :

« L’ampleur des forces que l’on trouve ici démontre la gravité du moment. Nous formons un front antifasciste. Le projet représenté par Bolsonaro est un projet raciste, misogique, lgbtphobe, qui veut éliminer ses opposants, considérés comme des ennemis de la mort. Pour elle aussi, « l’enjeu est d’éviter que cette violence ne soit encore plus grande au second tour. Selon Luciana, l’élection de Lula « nous permettra de souffler à nouveau ».

João Vicente Goulart, dirigeant du PCdoB:

« Le moment est aussi grave que ces moments après 64 ans, (quand) le manteau de la dictature a couvert le pays pendant 21 ans. »

Henrique Meirelles, ancien président de la Banque centrale:

Il a affirmé l’importance de « s’en tenir aux faits » et sa gestion en tant que président de la BC dans le gouvernement Lula. «Lorsque nous avons travaillé ensemble pendant huit ans, plus de 8 millions d’emplois ont été créés. C’est un fait. Plus de 40 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté. Cela a changé le pays. Nous avons eu une croissance moyenne de 4 % sur la période. Pour Meirelles, « l’injection d’argent électoral (par Bolsonaro) créera des problèmes qui seront résolus, mais cela demandera du travail ».

★★★★★