Les anciens dirigeants de PDVSA Gas seront jugés à Caracas

La chambre criminelle de la Cour suprême de justice (TSJ) a ordonné que l’ensemble de la procédure judiciaire ouverte contre quatre anciens directeurs de PDVSA Gas Comunal soit transféré d’Aragua à Caracas, selon l’arrêt n ° 30 du magistrat Maikel Moreno.

Parmi les accusés figure Jacob Rafael Gray Varela, qui était le président de la société de distribution de gaz communale susmentionnée. Les anciens directeurs d’usine Yhoandry José Guevara Álvarez, Oriana Alejandra Betancourt Corales, Eder Alexis Dugarte et Adán Felipe Contreras Freite, propriétaire de l’entrepôt Maracay Gas 2020 où il a vendu des bouteilles de gaz en dollars sont également jugés, selon le parquet.

Ces personnes ont été capturées en février dernier par des fonctionnaires attachés à la Direction générale du contre-espionnage militaire (Dgcim) et présentées devant la 7e Cour de contrôle d’Aragua où le ministère public les a accusées de leur propre corruption, spéculation, boycott et déstabilisation de l’économie, entre autres. autres crimes.

Le mois suivant, le ministère public a demandé à la Cour suprême de déposer dans une autre entité la procédure pénale engagée à Aragua contre les anciens directeurs de PDVSA Gas Comunal, comme en témoigne l’appel en révocation déposé par le procureur Elin Teodoro León Aguilar. Il a fait valoir que les crimes en cause sont de nature grave et qu’il est nécessaire de maintenir le procès «à l’écart de toute perturbation qui pourrait affecter le développement du processus».

Le procureur a consigné un extrait des faits enquêtés et a décrit le développement de « mafias sans scrupules » au sein de PDVSA Gas Comunal exécuteurs du « détournement, vente et distribution illicite de gaz de pétrole liquéfié au niveau national, qui est revendu en devises par des entreprises et / ou des personnes dédiées au commerce spéculatif ».

Les magistrats ont analysé la proposition du ministère public et ont déterminé que les crimes reprochés aux anciens dirigeants de la société d’État « sont considérés comme graves par leur nature et pour avoir attaqué l’État vénézuélien, générant une agitation sociale ». La Chambre a conclu que les supports remis par le parquet « démontrent l’existence d’un obstacle apparent au bon déroulement du procès dans le circuit pénal judiciaire où il se déroule (actuellement) ».

Sur la base de ce raisonnement, la Chambre a ordonné que le dossier soit transféré de Maracay (Ara) au Palais de Justice de Caracas afin qu’il soit transmis à un autre tribunal.

★★★★★