Les Argentins défendent Cristina Kirchner

Un jour après qu’un sujet ait tenté de tirer sur le visage de la vice-présidente de l’Argentine, Cristina Fernández de Kirchner, des centaines de citoyens se sont rendus sur la Plaza de Mayo pour exprimer leur soutien au vice-président.

Dans le cadre de la suspension officielle des activités, les partisans de Fernández de Kirchner ont envahi la Plaza de Mayo, située en face de la Casa Rosada, siège du pouvoir exécutif argentin, pour exprimer leur rejet de l’attentat.

Entre cris, tambours et sauts dans l’espace public, les Argentins ont manifesté en faveur du vice-président.

« Nous avons peut-être des divergences politiques, mais si aujourd’hui vous célébrez la tentative d’assassinat, un abîme d’humanité nous sépare », a écrit un jeune homme sur un drapeau argentin qu’il a agité à la concentration, en référence au site de Página12.

la mobilisation

Avec la devise « Avec le drapeau pour défendre la démocratie » promue par le Front de tous (FdT), les organisations sont arrivées sur la Plaza de Mayo après s’être réunies du 12 sur l’Avenida de Mayo et du 9 de Julio, au centre-ville de Buenos Aires , après le président Alberto Fernández a organisé une fête nationale.

Les colonnes de manifestants ont également rempli l’Avenida de Mayo et les diagonales Sud et Nord, qui mènent à la Plaza, où une scène a été installée devant la Casa Rosada.

Avec des drapeaux argentins et des slogans de défense de la démocratie, différentes affiches d’organisations politiques, syndicales et sociales, de jeunes et de familles avec enfants ont été vues.

Sur la place se trouvaient la Centrale des travailleurs argentins (CTA), l’Association des travailleurs de l’État (ATE), l’Union des travailleurs de l’économie populaire (UTEP), La Cámpora, Movimiento Evita, Barrios de Pie, CTA autonome, La Dignidad , Partido Solidario, Nuevo Encuentro, Front populaire Darío Santillán (FPDS), Fédération de la terre et du logement (FTV) et Front transversal.

Étaient également présents le MTD Aníbal Verón, la Confédération nationale des coopératives de travail associé (CNCT), le Courant national Martín Fierro, le Mouvement Octobre, la Confédération des travailleurs universitaires et les femmes du Mouvement Evita.

L’ONU condamne l’attaque

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), António Guterres, a condamné ce jeudi la tentative d’assassinat de la vice-présidente de l’Argentine, Cristina Fernández, et a été « choqué » par le fait.

« Le secrétaire général est choqué par la nouvelle. Elle condamne ces violences et exprime sa solidarité avec la vice-présidente Cristina Fernández, le gouvernement et le peuple argentins », a déclaré son porte-parole Eri Kaneko, lors d’une conférence de presse revue par AVN.

Le bureau de l’ONU en Argentine a publié une déclaration dans laquelle il adhère aux déclarations de Guterres.

« De l’ONU en Argentine, nous adhérons aux déclarations du secrétaire général António Guterres exprimées il y a quelques instants par son porte-parole Eri Kaneko lors d’une conférence de presse, à propos de la tentative d’assassinat contre Cristina Fernández », a déclaré l’instance.

Par ailleurs, il a « condamné fermement toutes sortes de violences » et invité « une réflexion profonde et pacifique face à cet acte très grave ».

Dans la nuit du 1er septembre, un homme de 35 ans de nationalité brésilienne nommé Fernando Sabag Montiel a tiré deux coups de feu au visage de la vice-présidente Cristina Fernández alors qu’elle rentrait chez elle et a été reçue par des centaines de militants, qui pendant des jours ils veillent dans le quartier Recoleta de la capitale.

★★★★★