Les autorités salvadoriennes arrêtent 50 000 membres de gangs dans leur lutte contre la criminalité

Nayib Bukéléprésident du Salvador est déterminé à assurer la sécurité de sa nation à tout prix et pour cela, il fait face à un guerre sans quartier contre le crime organisé qui, pendant des décennies, a tourmenté son pays à travers le gangs ou ‘maras’des dynasties criminelles qui maintiennent la population submergée par la terreur.

Les autorités de ce pays d’Amérique centrale, frontalier de deux autres nations connaissant d’importants problèmes de sécurité intérieure tels que Honduras et Guatemalarapportent que ces derniers jours dans diverses opérations déployées sur tout le territoire d’El Salvador ils ont obtenu l’arrestation de 50 000 membres de gangs qui ont imposé la loi de la terreur.

Président Nayib Bukele a déclaré la mise en place d’un régime d’urgence En raison de l’augmentation des meurtres attribués aux gangs, c’est pourquoi les forces de l’État se sont consacrées à arrêter les membres des maras, et même ont créé au sein des ailes de la prison, un mélange entre membres de groupes rivaux.

« Personne ne peut nier la transformation que nous menons au Salvador. Le régime d’exception a permis d’intensifier la guerre contre les gangs et de faire sortir des milliers de terroristes de la rue, qui ne font plus peur aux Salvadoriens.a publié la présidence via son compte twitter.


Les autorités encore ils sont chargés de déterminer qui sont des membres de gangs et des criminels parmi le grand nombre de personnes détenuesmais le président Bukele veut mettre fin au grave problème des gangs qui a dominé la vie quotidienne au Salvador pendant des décennies maintenir des taux très élevés de violence et d’insécurité dans un pays appauvri.

Au sein du gouvernement national d’El Salvador, on s’attend à ce que le régime d’exception est prolongé d’un moiscompte tenu du grand nombre de membres de gangs détenus, cependant, Il n’a pas été facile de maintenir et de confiner toute la population des gangs dans les prisonsc’est pourquoi vous construisez un méga prison pour les membres de gangs, ce qui a suscité une vague de critiques à l’égard de l’administration Nayib Bukélé.

Divers défenseurs des droits humains et ONG ont mis en cause les méthodes par lesquelles les autorités ont procédé aux arrestations, car elles dénoncent que certains d’entre eux ont Abus de force et arrestations arbitraires.

« Au Salvador, il y a de la torture. Les plaintes qui ont été reçues par l’Institut des droits de l’homme de l’UCA attestent de l’existence d’actes de torture »a déclaré Danilo Flores, coordinateur général de l’Observatoire universitaire des droits de l’homme (OUDH).

★★★★★