Les banquiers ont une proposition d’accord pour 2 ans, avec intéressement et réajustement

São Paulo – Des assemblées d’employés de banque à travers le pays, ce mercredi (31), évalueront une proposition d’accord défendue par le Commandement national de la catégorie. Après 70 jours de campagne, près de 20 meetings et de nombreuses impasses, la proposition présentée aux premières heures de ce mercredi (31) par la Fédération nationale des banques (Fenaban) prévoit un accord d’une durée de deux ans. Il comprend un réajustement des salaires légèrement inférieur à l’inflation prévue actuellement, mais avec un gain réel en 2023. Il prévoit également des augmentations supérieures à l’inflation officielle pour les titres alimentaires et repas, et le calcul de la participation aux bénéfices ou aux résultats (PLR). (Découvrez quelques-uns des éléments principaux.)

De plus, les représentants des employés de banque soulignent l’inclusion de nouvelles clauses sur des sujets jugés importants, comme le télétravail (bureau à domicile) et harcèlement sexuel. La proposition est arrivée pratiquement un jour avant la date de référence (le 1er septembre). Ainsi, le Commandement national rappelle qu’avec la fin du principe d’ultraactivité, les salariés de banque pourraient se retrouver sans convention collective – et sans droits – à partir de demain. L’ultraactivité, qui garantissait le maintien des accords jusqu’à leur renouvellement, a été annulée par le Tribunal fédéral (STF).

Maintien des droits

« Après beaucoup de mobilisation de la catégorie, les banquiers ont reculé et nous avons obtenu un accord historique. Parce qu’il maintient les droits et apporte des réalisations importantes telles que le télétravail, dans la lutte contre le harcèlement sexuel et avec une clause pour la question des objectifs et du harcèlement moral », a déclaré la présidente du Syndicat des travailleurs de la banque de São Paulo, Osasco et Région, Ivone Silva , coordinateur du Commandement .

« Avec la croissance constante des bénéfices des banques, l’augmentation du plafond de la part supplémentaire du PLR permet des gains plus importants pour les travailleurs », a ajouté la présidente de la Confédération nationale des travailleurs de la branche financière (Contraf-CUT), Juvandia Moreira, également coordinatrice de le Commandement national des banques.

Elle a souligné l’importance de l’accord à un moment d’opposition conjointe et d’offensive pour le « démantèlement » des droits. « Nous avons un gouvernement qui promeut et encourage les attaques contre les travailleurs, et même ainsi, nous parvenons à dépasser l’inflation des chèques-repas, une des aspirations que la catégorie nous a montrée (dans le cadre d’une consultation nationale). Mais aussi, pour la première fois, nous avons réussi à inclure une clause qui nous permettra de suivre la collection de buts », a déclaré Juvandia.

Allocation et déconnexion en télétravail

Dans le cas du télétravail, par exemple, qui reste à temps plein dans bureau à domicile aura une allocation de 1 036,80 R$, un montant qui peut être payé en une seule fois ou en 12 versements. Ce montant sera ajusté par l’INPC en 2023. Selon les représentants des employés de banque, ce poste prévoit également le contrôle des heures de travail et le droit à la déconnexion. Il comprend également la fourniture d’équipements et la promotion de mesures visant la santé des travailleurs.

La priorité à travailler bureau à domicile est pour ceux qui ont des enfants jusqu’à 4 ans ou qui ont un handicap. De plus, un employé de banque victime de violence domestique peut demander une modification du régime de travail, à évaluer par l’employeur. Un groupe de suivi bipartite sera constitué.

Les responsables bancaires estiment que la proposition apporte des progrès sur la question du harcèlement sexuel. « Les récentes accusations contre l’ancien président de la Caixa ont rendu encore plus évident que cette violence contre les employées de banque est une réalité honteuse dans les banques. Par conséquent, cette nouvelle clause est une réalisation très importante et nous espérons qu’elle servira d’exemple à d’autres catégories, contribuant à la lutte contre le harcèlement sexuel sur le marché du travail », a déclaré la secrétaire générale du syndicat, Neiva Ribeiro. La clause négociée prévoit un canal de signalement spécifique, des mesures d’accompagnement des victimes, des campagnes de prévention et de lutte contre le harcèlement au travail ainsi qu’un suivi par une commission bipartite. Par ailleurs, la question des cibles (considérées comme abusives par les travailleurs) et du harcèlement moral fera l’objet d’une négociation spécifique.

Vérifier les éléments économiques de la proposition aux banquiers

en 2022: 8%

en 2023: INPC + 0,5% (gain réel)

Chèques repas et nourriture (VA/VR)

en 2022: 10% sur les montants mensuels et un 14e panier alimentaire de 1 000 R$, à payer jusqu’en octobre

en 2023: réajustement par INPC + 0,5%

en 2022: réajustement des valeurs fixées par l’INPC (à 3 054,89 R$) et réajustement différencié de 13% dans le plafond de la tranche supplémentaire (qui passe à 6 343,89 R$). En conséquence, selon les employés des banques, Bradesco, Santander et Itaú distribueront en moyenne 1,74% de la part supplémentaire, un pourcentage supérieur aux 1,69% distribués en 2021

en 2023: réajustement de toutes les valeurs fixes et plafonds par l’INPC + 0,5%

Selon Contraf-CUT, un employé de banque avec un salaire mensuel allant jusqu’à 10 000 BRL aura cette année 11 517,12 BRL de plus par rapport à 2021. Le montant comprend le réajustement, le 13e et les vacances. Les trois quarts de la catégorie (76%) gagnent jusqu’à ce montant.

★★★★★