Les candidats attaquent le budget secret et la corruption au sein du gouvernement Bolsonaro lors du débat SBT

São Paulo – Les thèmes de la corruption et du budget secret qui marquent le gouvernement de Jair Bolsonaro (PL) ont attiré les principales critiques des candidats à la présidentielle dans le débat diffusé par la SBT, en début de nuit de ce samedi (24). « Le budget secret, c’est de la corruption, oui, parce que le gouvernement achète le soutien du Congrès pour se faire réélire », a déclaré la candidate Simone Tebet (MDB) à la fin du premier bloc, après que le candidat Felipe d’Avila (Novo) ait critiqué le corporatisme du pouvoir judiciaire au Brésil en commentant l’augmentation attendue du salaire des juges, de 18%, qui pourrait porter le salaire à 46 000 R$ par mois. Le débat a été promu par le diffuseur en partenariat avec CNN Brasil, Veja, O Estado de S. Paulo, Nova Brasil FM et Terre.

Au début du bloc dans lequel chaque candidat pose une question à un autre candidat, la sénatrice Simone Tebet, en cause pour Bolsonaro, a attaqué les coupes que le gouvernement a opérées dans les cantines scolaires et les crèches en faveur de l’allocation d’argent public au budget. secret : « Pourquoi ne donnez-vous pas la priorité aux enfants ? », a demandé Tebet à Bolsonaro.

En réponse, l’actuel président a tenté de l’esquiver, affirmant que le budget est promu et approuvé à quatre mains, par les pouvoirs exécutif et législatif. Bolsonaro a également déclaré que Simone Tebet était allée à l’encontre de ses veto sur le budget secret et qu’elle « devrait dire la vérité avant tout ».

Répondant toujours au candidat, qui a rappelé qu’en plus de jurer, il ne respecte pas les femmes, Bolsonaro a déclaré « J’utilise des gros mots, mais je ne suis pas un voleur », a-t-il noté dans une référence explicite à l’ancien président Luiz Inácio Lula. da Silva, qui n’a pas participé au débat de ce samedi.

Traiter Lula de « voleur » a été récurrent dans le discours de Bolsonaro. Ce samedi, lors d’un rassemblement de 18 minutes à Campinas, dans l’intérieur de São Paulo, il a qualifié à neuf reprises Lula de « voleur ». Dans le débat, l’actuel président a également déclaré que Lula avait été condamné et que lui, Bolsonaro, défendait les femmes. Bolsonaro a ignoré les annulations de la procédure de l’opération Lava Jato contre Lula par la Cour suprême fédérale (STF). Il a également déclaré que le CPI Covid, auquel Simone Tebet a participé en tant que sénatrice, s’en est pris aux médecins, faisant référence, parmi eux, à Nise Yamaguchi et Mayra Ribeiro, qui s’est fait surnommer « Capitaine Chloroquine » lorsqu’elle agissait au ministère de la Santé pour la défense de la maladie utilisation du kit covid, sans efficacité, pendant la pandémie.

Dans la réponse, Simone Tebet a déclaré que Bolsonaro ne travaille pas, ne connaît pas la réalité du Brésil, a coupé le programme de logements sociaux et, oui, a supprimé le budget des garderies pour laisser des ressources à la disposition du budget secret et que cela est caractéristique d’un gouvernement corrompu.

Bolsonaro a également insisté sur la question de l’action conjointe du gouvernement du Congrès dans l’approbation du budget et sur le fait que le budget n’est pas donné par décret présidentiel. « Vous pouvez prendre de l’argent du budget secret et l’allouer à l’éducation », a déclaré Bolsonaro.

Bolsonaro s’appelle Pinocchio

Le candidat à la réélection a également ouvert le deuxième bloc en répondant à une question du journaliste Marcos Gomes, de CNN Brésil, sur les frictions qu’il a provoquées contre la STF. Bolsonaro a de nouveau accusé la Cour de mener un « activisme judiciaire » et de « perturber l’exécutif ».

Le représentant a également déclaré que s’il reprenait ce poste, il nommerait deux autres ministres avec le profil « en faveur du Brésil ». « La Cour suprême va changer sa façon d’agir, elle ne s’immiscera plus autant dans la vie de chacun d’entre nous », a-t-il menacé.

La question a été suivie de commentaires du candidat du PDT, qui a qualifié la prestation de Bolsonaro d’« intrusion ». « Le problème est que les personnes qui ont été à la présidence ces dernières années ont accès à la justice », a déclaré Ciro, faisant référence aux affaires impliquant les fils du chef de l’exécutif et contre Lula.

L’affrontement s’est poursuivi avec des critiques à l’encontre de l’administration bolsonariste, lorsque Tebet a été appelé à répondre de ses propositions pour les électeurs affamés. Le candidat du MDB a rappelé les déclarations du président relativisant le drame social qui touche plus de 33 millions de Brésiliens. Le sénateur a déclaré que Bolsonaro serait aujourd’hui la représentation du personnage « Pinocchio » lorsqu’il a réfuté la défense présidentielle d’Auxílio Brasil.

« Encore une fois le nez qui pousse. Il n’a pas voulu payer les 600 reais que nous réclamions au Congrès. (…) Il a voté les R$ 600 maintenant, à la veille de l’élection, c’est un président insensible. (…) Nous sommes restés à la maison parce qu’il a refusé la vaccination, avec 45 jours de retard. J’ai vu le stratagème de corruption. C’est ce président insensible qui a tourné le dos au peuple brésilien qui demande son vote », a-t-il critiqué.

Lecture/YouTube/CNN
Débat : Ciro cite la « mort du journalisme » lorsqu’il a été dérangé par la question d’un journaliste sur le soutien du PDT à Lula au 2e tour

Ciro refuse de soutenir Lula au second tour

La candidate Soraya Thronicke (União Brasil) a également reproché au président d’avoir nié avoir voté contre le budget secret. « Je veux dire au candidat Bolsonaro de ne pas piquer un jaguar avec son bâton court. Respect. Tout d’abord, nous (Soraya et Tebet) ne votons pas comme l’a dit Votre Excellence ».

Lire aussi : Dans un acte à Grajaú, Lula demande des efforts pour décider de l’élection au premier tour

Ciro Gomes, à son tour, a choisi d’attaquer Lula et la presse lorsqu’on l’a interrogé sur la possibilité que son parti soutienne le PT lors d’un éventuel second tour. Troublé par la question, l’ancien ministre a accusé le PT de « produire la mort du journalisme ». Il considérait tout de même la question comme un « manque de respect pour l’électeur. Lula propageant que tous ceux qui ne sont pas Lula sont des fascistes. Au lieu de venir ici, fuyez », a-t-il lancé.

Simone Tebet a cependant souscrit aux critiques du mouvement qui demande un « vote utile » au premier tour pour liquider la victoire de Lula le 2 octobre. « Le vote utile est le vote de votre conscience, ce ne peut être l’élection de la peur, mais de l’espoir ».

Le prêtre et l’avortement

La question de la corruption a continué à marquer le débat dans le troisième bloc. Très tôt, le candidat Felipe d’Avila a interrogé Bolsonaro sur les scandales de corruption au Brésil et Bolsonaro a répondu qu’il n’y avait pas de corruption dans son gouvernement.

Mais le point culminant du bloc a été la question du père Kelmon au candidat Simone Tebet, répétant une stratégie qu’il avait déjà adoptée lors du premier bloc contre Ciro Gomes. Le père Kelmon a tenté d’engager les candidats sur la question de l’avortement, prônant l’interdiction totale de cette pratique, contraire à la législation brésilienne qui prévoit des cas d’avortement légal, comme en cas de grossesse par viol. « Vous vous dites féministe, mais vous soutenez le meurtre de bébés », a déclaré le prêtre au candidat Tebet.

Simone a réagi en défendant le fait d’être une féministe pour avoir tenté de faire valoir le droit des femmes à gagner l’égalité avec les hommes et d’avoir des lois plus strictes pour punir les hommes qui agressent les femmes. En faisant la réplique, le père Kelmon a soutenu que la sénatrice se contredit « parce qu’elle est féministe et aime l’avortement ».

Dans le débat, le père Kelmon s’est également prononcé en faveur du gouvernement Bolsonaro, en défense de l’agenda conservateur et d’extrême droite dans le pays. Il a même fait un doublé avec l’actuel président en répondant à la question de Bolsonaro sur l’aide d’urgence et la pauvreté. Et il a même dit que les partis se sont réunis dans le débat pour massacrer, battre le président. « Notre pays ne souffre pas à cause de Paulo Guedes, vous ne voyez que le mal et la corruption », a déclaré Kelmon.

Le candidat du PDT relativise la violence politique

Dans le quatrième et dernier bloc de l’affrontement entre les candidats à la présidentielle, le candidat du PL n’a pas voulu répondre s’il regrette la déclaration qu’il a faite en 2018, se défendant « de tirer au fusil ». Ironique, Bolsonaro s’est adressé au journaliste du magazine Voir, Clarissa Oliveira, comme « illustre » et l’a accusée de « vouloir lui imputer la responsabilité ». De quoi « fuir un journalisme peu sérieux » en raison de la violence politique qui grandit en pleine élection.

Dans la question, le journaliste a rappelé les cas dans lesquels des bolsonaristes ont assassiné des membres du PT, comme en juillet, lorsqu’un défenseur du président a tué Marcelo Arruda, à Foz do Iguaçu (PR). « Vouloir me contrarier pour ces actions est inutile. » La question a été suivie d’un commentaire de Ciro Gomes qui a minimisé le problème dans le pays. « Est-ce qu’on discute de ça ? Le débat ne va-t-il pas me donner une seule occasion d’expliquer comment je vais faire un programme de revenu minimum ? », a-t-il demandé. « En fin de compte, qui a créé cette histoire de ‘nous contre eux’, c’est le PT et Bolsonaro adore ça parce que l’un résout le problème de l’autre », a-t-il poursuivi.

Lecture/YouTube/CNN
La candidate d’União Brasil a été interrogée sur la contradiction entre la défense des femmes et la politique des armements

La contradiction de Soraya

Dans l’une des questions les plus incisives du débat, la chroniqueuse du portail Terra, Joice Berth, a observé la candidate d’União Brasil sur la manière dont elle entend faire face à la contradiction de la défense des femmes et du soutien à la politique d’armement, mise en œuvre par Bolsonaro, identifiée comme responsables de l’augmentation du nombre de féminicides. Soraya, qui dit défendre les droits des femmes, n’a pas présenté de propositions concrètes, affirmant seulement qu' »il existe de nombreuses mesures que nous pouvons prendre pour éviter que les femmes ne soient agressées ».

La sénatrice n’a proposé que « l’égalisation » et a démenti être favorable à la « virée aux armements ». Felipe d’Ávila n’a pas non plus été direct dans son commentaire sur le sujet. « Il faut donner aux femmes la possibilité de sortir de cette prison privée », a-t-elle résumé.

Considérations finales

L’avant-dernière confrontation entre les candidats à la présidence de la République s’est soldée par les conclusions de chacun. Simone, Ciro et Soraya ont de nouveau visé Lula et Bolsonaro, affirmant que « le Brésil a besoin de changement », selon le sénateur du MDB. « Le peuple est blessé par cette polarisation entre Lula et Bolsonaro », a souligné le piéton qui dit avoir été « prévenu » sur l’importance d’avoir « de la patience ». « Je veux demander à Dieu d’éclairer mes paroles », a-t-il lancé.

« Dans cette dernière ligne droite, beaucoup a été dit sur le vote utile et je veux parler de l’utilité du vote », a ajouté le sénateur d’União Brasil. L’actuel président a adressé ses derniers mots aux électeurs les plus pauvres, une frange de la population qui lui préfère son principal adversaire. « À vous qui êtes pauvres et dans le besoin, mon gouvernement verse à Auxílio Brasil au moins 600 R$ pour 21 millions de familles. C’est le gouvernement qui a un regard particulier sur les plus pauvres, surtout notre Nord-Est ».

Ligne auxiliaire de Bolsonaro lors du débat, le père Kelmon (PTB), qui n’est pas prêtre, mais lié aux secteurs conservateurs du christianisme, a conclu en demandant au Brésilien « chrétien, catholique et évangélique de ne pas permettre à la gauche de revenir au pouvoir ». Le candidat de Novo a répété le thème de la corruption, exhortant les électeurs à choisir « si le Brésil va se débarrasser de la corruption ou s’il continuera à être gouverné par les corrompus », a-t-il conclu.

★★★★★