Les centrales listent 200 noms dans l’histoire de l’Indépendance : le 7 de Setembro n’est pas la « propriété » du gouvernement

São Paulo – En publiant une liste de 200 noms de personnes « ayant un impact positif sur la vie des travailleurs depuis 1822 », certains syndicats marquent également le bicentenaire de l’Indépendance comme une date civique et n’appartenant pas au gouvernement en poste. « Nous vivons aujourd’hui une période si difficile que le président de la République lui-même s’emploie à détourner le 7 septembre et à le transformer en un simple rassemblement électoral, souillant nos valeurs », a déclaré le chercheur et consultant João Guilherme Vargas Netto, lors du lancement. de la liste des centrales, ce lundi (15), au conseil municipal de São Paulo.

Le nombre, bien sûr, fait référence au 200e anniversaire de la proclamation de l’indépendance. Mais Vargas Netto a suggéré d’ajouter un nom à la liste. « Le peuple brésilien. S’il y a un mot qui définit 200 ans de notre nation indépendante, ce mot est miracle. Il a rappelé que, depuis cette période, environ un tiers a été marqué par l’esclavage. Et un quart de l’ère républicaine était des dictatures. Pour le chercheur, la liste des centrales sert de « barrage mémoriel », d’acte de résistance et d’affirmation historique.

Chronologie

La liste, organisée par ordre de naissance et comprenant des personnes de divers domaines d’activité, a été préparée tout au long de cette année par le Centre de la mémoire syndicale, avec le soutien de six centrales (CSB, CTB, CUT, Força Sindical, Nova Central et UGT). Et cela fonctionne aussi comme une chronologie, explique la coordinatrice du Centre, Carolina Maria Ruy : il y a les luttes coloniales et ouvrières, la rupture avec la soi-disant Ancienne République, la phase d’industrialisation, la résistance à la dictature et la période de redémocratisation, au cours de laquelle les centrales syndicales elles-mêmes ont émergé. Qui avait la CGT, dès 1962, comme « embryon » – la liste comprend des dirigeants de cette entité, éteinte après le coup d’État de 1964, comme Clodesmidt Riani.

« C’est un fait que, depuis les capitaineries héréditaires, le Brésil a des forces qui travaillent vers des revers, pour maintenir le pays dans la pauvreté et le retard. Mais nous ne sommes pas seulement le résultat de ce revers », déclare Carolina. « Lorsque nous défendons la démocratie, nous devons avoir une idée de quel pays nous avons et quel pays nous voulons construire. »

Culture, sport, travail, politique

Ainsi, la liste des 200 noms de l’histoire de l’Indépendance du Brésil a cherché à inclure des noms identifiés au camp progressiste – mais pas nécessairement à gauche – ou qui se sont distingués dans l’économie, la politique, le syndicalisme, le sport et l’art. C’est pourquoi il porte des noms comme les joueurs Garrincha, Pelé et Sócrates, ou les musiciens Chico Buarque, Pixinguinha et Chiquinha Gonzaga. Ou encore les économistes Walter Barelli et Paul Singer, les écrivains (Lima Barreto, Jorge Amado, Ariano Suassuna, Machado de Assis), divers politiciens et syndicalistes, y compris aujourd’hui. Il fait également intervenir des militaires, comme Sérgio Carvalho, le capitaine Sérgio Macaco, de l’armée de l’air, qui pendant la dictature a empêché un attentat planifié par les militaires radicaux pour tenir la gauche responsable. La liste complète peut être consultée sur la page Trade Union Memory Center.

Le CMS a préparé une autre liste, également avec 200 articles, d’œuvres culturelles – dans la littérature, la musique, le cinéma, la télévision, la photographie, la bande dessinée et d’autres domaines. Ils sont là depuis Le payeur de la promessecomme Teatro Opinião, art moderniste, pièces de Portinari et contemporain engoulevent et Charrue tordue.

Dans l’acte de la Chambre, les noms des 200 Brésiliens ont été lus en bloc par les représentants des centrales syndicales. Et, comme il s’agissait d’un événement de mémoire, le Salão Nobre a présenté la Corporação Musical Operária da Lapa, le plus ancien groupe en activité au Brésil, créé en 1881. Il est venu à utiliser le nom de 15 novembre au moment de la Proclamation de la République en 1889, mais selon les rapports d’aujourd’hui, le changement a été mal accueilli par les monarchistes, qui ont protesté et cassé les instruments.

★★★★★