Les électeurs doivent être conscients des faux contenus diffusés en tant que deepfakes – Jornal da USP

De plus, pour Juliano Maranhão, sa vitesse de circulation élevée rend difficile pour le pouvoir judiciaire de supprimer ce type de contenu.

par Letícia Nanome

La question de faux faux affecte différents domaines du droit – Photo : Pixabay
Professeur Juliano Maranhão – Photo : IEA USP

les appels faux faux ils utilisent l’intelligence artificielle pour reproduire des sons et des images et créer une situation irréelle. Cette technologie peut être utilisée pour incriminer des personnes ou les mettre dans l’embarras pour quelque chose qu’elles n’ont pas fait.

En ce sens, il est nécessaire que nous soyons conscients de son utilisation et remettons toujours en question tout ce que nous consommons sur internet. Il est également important de savoir qu’il existe des lois qui punissent les criminels et indemnisent les victimes.

Juliano Maranhão, professeur de philosophie et théorie générale du droit à la Faculté de droit (FD) de l’USP, explique que « la question de faux faux concerne différents domaines du droit. Dans le domaine pénal, le principal problème concerne la création de faux faux pornographie, souvent utilisée à des fins de pornographie de vengeance (vengeance porno) ».

Code pénal et civil

Le professeur souligne qu’en 2018, l’article 218-C au Code pénalqui criminalise la création de montages photographiques, vidéo et même audio, comme faux faux. Le crime est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois à un an, outre le paiement d’une amende à la victime.

Art. 218-C. Offrir, échanger, mettre à disposition, transmettre, vendre ou exposer à la vente, distribuer, publier ou divulguer, par quelque moyen que ce soit – y compris au moyen de moyens de communication de masse ou d’un système informatique ou télématique -, une photographie, une vidéo ou tout autre enregistrement audiovisuel contenant une scène de viol ou viol d’une personne vulnérable ou qui tolère ou incite à sa pratique, ou, sans le consentement de la victime, une scène de sexe, de nudité ou de pornographie : (Inclus par la loi n° 13 718 de 2018)

« Dans le domaine civil, l’article 20 du code civil rappelle que l’autorisation ou le consentement sont des conditions indispensables à l’utilisation de l’image d’une personne, de sorte que l’utilisation non consensuelle de l’image, même si elle n’est pas offensante, implique une violation du droit à l’image, avec indemnisation de la victime », il ajoute.

Art. 20. Sauf autorisation, ou si nécessaire pour l’administration de la justice ou le maintien de l’ordre public, la diffusion d’écrits, la transmission de la parole, ou la publication, l’exposition ou l’utilisation de l’image d’une personne peuvent être interdites, à sa discrétion, application et sans préjudice de l’indemnité applicable, s’ils atteignent l’honneur, la bonne réputation ou la respectabilité, ou s’ils sont destinés à des fins commerciales. (Voir ADIN 4815)

Malgré la sanction prévue par la loi, le pouvoir judiciaire a du mal à éliminer le contenu de faux faux, étant donné que sa vitesse de déplacement est très rapide — ce qui peut être trop tard pour la victime, qui verra déjà son image ternie. Mais il y a la facture de fausses nouvelles qui peuvent aider à lutter contre cela.

« La justice électorale a été structurée pour réagir plus rapidement aux informations en cette période d’élections, mais comme le contenu est diffamatoire et peut se propager rapidement à travers les réseaux, la réaction devrait être immédiate », souligne Maranhão. Il poursuit en expliquant que c’est une autre raison pour laquelle le projet de loi sur la liberté, la transparence et la responsabilité sur Internet – le soi-disant Fake News Act – est adopté.

Ce facture n° 2.630, de 2020, « établit des règles relatives à la transparence des réseaux sociaux et des messageries privées ». En outre, il tient les fournisseurs responsables de la lutte contre la désinformation et de l’amélioration de la transparence sur Internet.

La Justice électorale s’est structurée pour réagir plus rapidement aux informations en cette période électorale – Photo : Flickr

Élections et danger pour la démocratie

Le professeur explique que faux faux « Ce sont des phénomènes dans le domaine de la communication dans les médias numériques qui entraînent de graves risques et un impact social ». En effet, un message de désinformation peut avoir un effet immédiat : un faux profond utilisé pour amener un politicien à dire quelque chose de raciste, par exemple, peut corrompre sa réputation. Au moment où ils ont découvert que ce n’était pas vrai, l’image de cet individu avait déjà été corrompue et il a perdu l’élection. Ce qui « fausse, alors, le jeu politique et, par conséquent, la démocratie », dit-il.

En ce sens, il y a une discussion basée sur l’article 19 de la Cadre des droits civils pour Internetde tenir les plateformes responsables de la diffusion des faux faux et les critères de suppression de ces contenus des plateformes.

Art. 19. Afin de garantir la liberté d’expression et d’éviter la censure, le fournisseur d’applications Internet ne peut être tenu civilement responsable des dommages résultant de contenus générés par des tiers que si, après une décision judiciaire spécifique, il ne prend pas les mesures nécessaires pour, dans le cadre de et dans les limites techniques de son service et dans le délai indiqué, rendre indisponible le contenu identifié comme contrefaisant, sauf dispositions légales contraires.

« Actuellement, la règle générale est que l’indisponibilité d’un contenu doit intervenir après une décision de justice, ou immédiatement, dans le cas d’images, vidéos ou autres matériels contenant des scènes de nudité ou des actes sexuels à caractère intime », explique-t-il au Maranhao.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★