Les enfants qui consomment des aliments ultra-transformés deviennent des adultes plus obèses – Jornal da USP

Pour analyser la consommation alimentaire à 7, 10 et 13 ans, les participants ont enregistré dans des journaux tout ce qu’ils ont consommé sur une période de 24 heures pendant trois jours non consécutifs, y compris la nourriture et les boissons, la quantité consommée et le lieu du repas. Les données ont été classées selon la classification NOUVEAU, qui décrit les aliments non plus par leur teneur en nutriments, mais par quatre regroupements qui évaluent le degré de transformation industrielle. Selon la chercheuse Daniela Neri, qui était l’une des responsables de cette analyse, la classification divise les aliments en fonction de l’étendue et du but du traitement industriel auquel les aliments ont été soumis avant d’être achetés par les familles des individus.

Dans le premier groupe se trouvent les aliments dans la nature ou peu transformés, qui comprennent la viande, le lait, les œufs, les céréales et une gamme d’aliments d’origine animale ou végétale qui, avant d’atteindre nos tables, peuvent avoir été emballés, refroidis et/ou congelés, mais sans ajout d’ingrédients ni changements significatifs . Le deuxième groupe est constitué d’ingrédients culinaires, qui sont des huiles d’olive, des huiles, du sel et d’autres produits extraits du groupe précédent pour assaisonner et rendre les aliments attrayants pour le palais. Le groupe trois, en revanche, comprend les aliments transformés, tels que les légumes en conserve ou le poisson et les fruits au sirop. La grande différence se situe dans le quatrième groupe, les ultra-transformés, qui caractérisent des aliments qui, en réalité, n’ont rien ou presque rien de vrais aliments, comme des jus en poudre – qui n’ont jamais été des fruits. C’est comme ce que l’on entend par « nourriture d’astronaute », mais qui, selon le chercheur, sont un mélange de graisses malsaines, d’amidon, de sucre et de sel, plus des colorants, arômes, émulsifiants, épaississants et autres additifs, qui donnent l’apparence d’aliment et n’ont pas été limités aux hommes et aux femmes dans l’espace depuis longtemps. « Aujourd’hui, ils sont conditionnés de manière très attrayante et promus par des stratégies marketing très sophistiquées et super attrayantes, en particulier pour les enfants, ce qui peut expliquer la consommation exagérée », ajoute-t-il.

★★★★★