Les maladies de l’esprit peuvent aussi provenir de causes environnementales – Jornal da USP

Paulo Saldiva cite des expériences qui lient l’utilisation du DDT, un pesticide interdit depuis des décennies, mais dont les effets persistent encore dans l’environnement, à l’émergence de processus démentiels comme la maladie d’Alzheimer.

Les maladies qui conduisent à la démence, dont la maladie d’Alzheimer, font l’objet de cette chronique du professeur Paulo Saldiva, qui attire l’attention sur le fait que, bien que ces maladies aient une composante génétique, leurs causes environnementales sont un facteur incontournable. Un article récent publié ce mois-ci dans une revue internationale lie l’utilisation et l’administration de doses du pesticide DDT – interdit depuis un certain temps – à un risque accru d’apparition de maladies similaires à Alzheimer dans des expériences menées avec des rongeurs en laboratoire. La preuve de cette corrélation entre le DDT – dont les métabolites persistent dans l’organisme même des décennies après l’interdiction de l’utilisation du pesticide – remonte à 2014, lorsque des niveaux plus élevés de résidus de ce pesticide dans l’urine des patients atteints d’Alzheimer ont été découverts.

Le DDT a été utilisé intensivement dans les années 1960 et 1970 et était assez efficace pour protéger les cultures agricoles des attaques de ravageurs et d’insectes, ainsi que pour offrir une protection contre des maladies telles que le paludisme, le typhus et la fièvre jaune, mais le problème est que ses effets persistent encore dans le monde. environnement. Au Brésil, selon le chroniqueur, il est encore possible de détecter du DDT à des points précis de certaines rivières, ce qui nous amène à la conclusion que « l’environnement répond à l’agression et, dans ce cas, c’est une réponse à long terme ».


Santé et environnement
La colonne Santé et environnementavec le professeur Paulo Saldiva, est diffusé tous les lundis à 9h30 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM ; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

★★★★★