Les mouvements demandent au député le droit de jouer des actes «Fora Bolsonaro» à Paulista

São Paulo – Les mouvements populaires se sont rendus ce jeudi (19) au ministère public de l’État de São Paulo pour le droit de réaliser le « Cri des exclus » et les actes « Fora Bolsonaro » le 7 septembre sur l’Avenida Paulista, à São Paulo Paul.

La réclamation déposée auprès du parquet général de l’Etat demande des « mesures urgentes » pour l’impasse créée autour de deux demandes, de l’opposition au gouvernement et de la situation, d’accomplir des actes le jour qui marque l’histoire de l’indépendance du pays.

Le président Jair Bolsonaro devrait participer aux manifestations de ses partisans ce jour-là, à Brasilia et à São Paulo. La journée historique a été prouvée après que le chanteur et ancien député Sérgio Reis ait tenté en vain de mobiliser des chauffeurs de camion pour manifester à la date en faveur d’une intervention militaire dans le pays.

Négociation avec le PM

Le 16 dernier, des représentants du Cri des exclus et de la campagne Fora Bolsonaro ont rencontré le 11e bataillon de la police militaire de São Paulo pour informer la société, dans le délai prévu par le décret d’État n ° 64 074/2019, de la réalisation de la manifestation du Cri dos Excluídos et de la Campagne Fora Bolsonaro le 7 septembre à 10h30, sur l’Avenida Paulista, mais ils ont été informés qu’un autre événement était déjà prévu pour le même jour et le même lieu.

Depuis 12 ans, la Central dos Movimentos Populares (CMP) et des entités et organisations ont organisé le Cri des exclus à Paulista, et la manifestation a lieu depuis 1995, rassemblant des milliers de personnes dans différentes parties du pays, avec un initiative promue par les mouvements sociaux et l’Église catholique, en particulier la CNBB. Dans la déclaration déposée, signée par le CMP, le MTST, le Frentes Brasil Popular et Povo Sem Fedo, je crois, entre autres, que les dirigeants de la manifestation affirment que l’objectif est que le bureau du procureur général de São Paulo promeuve « les démarches administratives et des mesures judiciaires, y compris la demande de notification des protocoles d’actes et d’événements devant la Police militaire, pour garantir le droit de réunion et de manifestation des auteurs.

Droit de premier refus

La justification du PM concernant la préférence de l’emplacement pour la situation est qu’à une autre occasion, lorsque la même impasse s’est produite, la préférence a été donnée à l’opposition et que, cette fois, la situation serait réglée.

Dans le document, des représentants du Cri des exclus et de la campagne Fora Bolsonaro rappellent que « le dernier acte commis sur l’Avenida Paulista était la situation, le 1er août » et que « cela implique l’existence encore plus évidente du droit de premier refus pour la manifestation du 7 septembre à l’opposition, même en considérant l’existence de fait des actes, indépendamment de la duplication des demandes, selon un extrait de la représentation.

:: Grito dos Excluídos emmène des milliers de personnes à Paulista et réaffirme la lutte contre le coup d’État ::

Raimundo Bonfim, coordinateur national du CMP, affirme qu’il n’y a pas eu de duplicité le 24 juillet, comme l’affirme le PM, car à cette date une seule personne a informé le PM qu’il accomplirait un acte de nature religieuse. La dernière duplicité s’est en fait produite le 1er mai, date à laquelle la situation s’est manifestée exigeant le retour du vote imprimé et l’intervention militaire.

«Maintenant, c’est notre droit, conformément à l’ordonnance du tribunal. De plus, le Grito dos Excluídos se tient depuis des années sur l’Avenida Paulista. Nous n’allons pas renoncer à notre droit de promouvoir notre mobilisation, sur l’Avenida Paulista, pour l’accélération du vaccin, des emplois, des aides de 600 reais et pour Fora Bolsonaro. L’autre groupe prône l’armement, l’intervention militaire. Nous défendons la vie et la démocratie. La vie doit avoir la priorité », se défend Bonfim en faveur des actes du Fora Bolsonaro.

★★★★★