Les nouvelles de Reuters sur un journaliste arrêté en Chine sont une arnaque

Lundi (28), il a été rapporté, d’abord par le Reuters puis par pratiquement tous les médias, l’arrestation d’un prétendu «journaliste» chinois. Le titre des nouvelles originales de Reuters (qui, il est important de le noter, est l’une des agences de presse les plus grandes et les plus réputées au monde) était le suivant: «La Chine emprisonne un journaliste pendant quatre ans pour avoir signalé le virus de Wuhan» (« La Chine emprisonne un journaliste pendant quatre ans pour avoir couvert le virus de Wuhan »).

Pour quelqu’un qui est déjà habitué aux attaques quotidiennes des médias occidentaux ou pour quelqu’un qui absorbe tout ce contenu sans critique, rien de nouveau. Cependant, ce titre simple (et sa dissociation complète de la réalité) montre comment même les grandes agences ne sont pas exemptes de manipulation, mais fausses nouvelles.

Qu’il soit clair, cependant, que mon objectif n’est pas de disqualifier qui que ce soit. Mais montrez à quel point la prudence, le bon sens et la réflexion sont nécessaires avant d’avaler toute histoire qui nous est racontée. Même si cela provient de sources supposées fiables (comme Thomsom Reuters est censé l’être). Je vais ignorer la partie qui parle de «virus de Wuhan», parce que c’est juste plus du bon vieux «virus chinois» (et de la synophobie) déguisé.

Allons-nous en.

Qu’est-ce qu’un «journaliste citoyen»

Après un certain temps, des controverses ont éclaté, Reuters a changé le titre et, à l’endroit où il a dit journaliste («Journaliste»), mettez citoyen-journaliste («Journaliste citoyen», quoi que cela signifie). Cela est dû au fait qu’il a été découvert que Zhang Zhan, le prétendu «journaliste citoyen» sur la photo, n’avait en fait rien d’un journaliste. En fait, ce terme a été inventé par les médias pour désigner les blogueurs protestant contre le verrouillage chinois, comme Zhang Zhan (le blogueur sur la photo), envahissant des lieux comme les hôpitaux, les crématoriums et même les forums de justice qui étaient limités au public en raison de la confinement – et tout cela au nom de la «liberté». Toute ressemblance avec les bolsominions n’est pas un hasard.

En aucun cas Zhang Zhan et aucun des «journalistes citoyens» créés par les médias ne pouvaient être qualifiés de journalistes: aucun d’entre eux n’était de fait des journalistes, aucun d’entre eux n’était même formé au journalisme, ni n’exerçait la profession de journaliste. Zhang Zhan, par exemple, était avocat. Il a posté ses vidéos sur les réseaux sociaux comme Twitter et YouTube.

Dans ses vidéos, il est possible de voir Zhang Zhan à plusieurs reprises entrer dans des lieux à accès restreint en raison de la confinement et crier après les fonctionnaires, la police et l’armée. Dans le titre de vos vidéos (utilisez simplement le traducteur Google, je recommande qu’elles traduisent en anglais), on peut voir des choses comme « la santé publique n’est pas plus importante que la liberté d’aller et venir » et des choses comme ça.

Il n’en faut pas beaucoup pour se rendre compte que l’objectif de Zhang Zhan était précisément cela: être arrêté. Elle essaie depuis longtemps d’attirer le plus d’attention possible. C’est une sorte de Sara Winter chinoise: elle provoque jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de l’ignorer.

Martyr à tout prix

Depuis qu’elle a été arrêtée, Zhang n’a pas fait grand-chose pour se défendre devant le tribunal: elle a entamé une grève de la faim, et même après sa condamnation à 4 ans de prison, elle n’a montré aucun intérêt à aller au tribunal (ce qu’elle peut faire), elle vient de dire l’un de ses mantras: «le citoyen ne peut être privé d’expression». Anti-communiste, chrétien et ardent défenseur de la «liberté», Zhang veut à tout prix devenir un martyr.

Mais Zhang a-t-elle été arrêtée pour s’être exprimée, comme elle et Reuters (et tous les médias qui ctrl-c et ctrl-v sur cette histoire) le prétendent? Ne pas! Zhang a été condamné pour point d’appui au point 4 de l’article 293 du Code pénal de la Chine populaire, qui dispose que ceux qui causent des troubles et sèment la confusion dans un lieu public seront passibles d’une peine maximale de 5 ans de prison. Je crois que violer les zones réglementées en raison du verrouillage, crier après les employés et semer la confusion en général relève de ce crime. Et le pire: ce n’était pas une ou deux fois, c’était plusieurs fois. Cependant, il peut encore faire appel de la décision, qui n’a encore été prise qu’en première instance.

La typification des crimes contre l’ordre public, cependant, est considérée avec un mauvais œil dans le monde occidental, car, selon certains libéraux (probablement), «c’est quelque chose de très discrétionnaire» (comme nous le voyons, ce n’est peut-être pas si discrétionnaire). Dans le monde occidental, en règle générale (il y a des exceptions), il n’y a qu’un seul type de crime contre l’ordre public: l’utilisation, le transport, la culture, l’échange ou le commerce de drogues. Ainsi, nous avons, par exemple, au Brésil, des prisons pleines d’avions de circulation comme des bolsomínions et des gens sans idée en général qui envahissent les hôpitaux, les funérailles, etc. pour protester contre le «manque de liberté» qu’impose le coronavirus (à la manière de Zhang Zhan), ils restent lâches, indemnes pour entraver (étonner!) la liberté des autres.

Par conséquent…

Revenons maintenant au titre de la Reuters, a expliqué au début de ce post. Nous sommes finalement arrivés à la conclusion que:

1) Zhang n’est pas journaliste. Il n’a jamais travaillé avec le journalisme, il n’a jamais étudié le journalisme. Elle n’est qu’une blogueuse, dans le style de Sara Winter. Sa profession (qu’elle n’exerçait apparemment pas) était celle d’avocat.

2) Zhang n’a pas été arrêté pour «s’exprimer», encore moins pour «avoir rapporté» quoi que ce soit. Elle a été arrêtée pour des raisons totalement indépendantes, comme on peut le voir dans ses propres vidéos (ici et ici).

Enfin, concernant le mythe selon lequel «il n’y a pas de liberté d’expression en Chine», je voudrais réfléchir, en utilisant également ce cas. L’actualité de Reuters (qui a été copiée par tous les autres organes d’information, veuillez noter) a été rédigée par deux journalistes CHINOIS: Brenda Goh et Yew Lun Tian (disponible sur le Reuters).

Les journalistes opèrent librement en Chine

Ce sont en fait des journalistes. Comme des milliers d’autres journalistes travaillant pour des agences de presse à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine, Brenda Goh et Yew Lun Tian publient souvent des informations, comme celle à l’ordre du jour, qui attaque directement ou indirectement la Chine dans son ensemble et le Parti communiste chinois. Aucun de ces journalistes n’est réellement arrêté, même vivant dans de grandes villes chinoises comme Pékin, Shanghai, entre autres. Cela seul démontre la farce de la «persécution contre les journalistes en Chine» qui prévaut actuellement en Occident.

Il est plus que nécessaire de remettre en question le récit actuel et de se rendre compte, plus tôt que jamais: la guerre froide (et le différend idéologique sur les récits) n’est pas encore terminée. Et l’Occident capitaliste continue de gagner et de diaboliser tout ce qui ne correspond pas au modèle bourgeois-libéral. Et le récit du gagnant est toujours plus tentant – cela exige une double sobriété et une analyse de notre part afin de ne pas tomber dans de faux récits.

Article initialement publié sur le site Le Partisano

★★★★★