Les premiers tests identifient un composé aux propriétés anti-inflammatoires dans l’huile de copaïba – Jornal da USP

Lors de tests préliminaires avec des cellules, les chercheurs ont trouvé un composé dans l’huile qui agit sur les protéines qui médient l’inflammation. Des recherches chez l’animal puis chez l’homme sont encore nécessaires pour voir si le potentiel se confirme au-delà du laboratoire.

par Laura Oliveira

Image d’un Copaifera pubifloraarbre dont on extrait l’huile de copaïba, présent dans les régions tropicales d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie – Photo : Juan Manuel Cardona Granda

Jceux du laboratoire de la Faculté des sciences pharmaceutiques de Ribeirão Preto (FCFRP) de l’USP ont identifié un composé aux propriétés anti-inflammatoires dans l’huile de copaïba. Responsable de l’étude, le pharmacien Guilherme Venâncio Símaro explique que l’oléorésine a plusieurs composés, donc l’étude ont comparé les propriétés de l’huile et d’un composé distinct, l’acide hardwickique, qui est le composant prédominant de l’oléorésine d’arbre Copaifera pubiflora.

Dans les tests cellulaires en laboratoire (in vitro) tL’oléorésine et l’acide hardwickiique ont montré des effets anti-inflammatoires et antinociceptifs (capables d’annuler la perception de la douleur) et n’étaient pas toxiques pour les cellules. Les expériences, menées à la Faculté des sciences pharmaceutiques de Ribeirão Preto (FCFRP) à l’USP, sont préliminaires, et une éventuelle demande de médicament nécessite des recherches supplémentaires, y compris des tests sur des personnes, les soi-disant essais cliniques.

L’utilisation dans les médicaments dépend de tests supplémentaires

Guilherme Venâncio Simaro – Photo : Reproduction/Facebook

Dans l’action anti-inflammatoire, il y a un blocage du soi-disant « facteur de transcription NF-κB » (lire « NF kappa B »). Cela signifie que l’oléorésine et l’acide peuvent empêcher le corps de produire des protéines appelées cytokines, qui régulent l’inflammation. En bloquant ce processus, il y a aussi une diminution des symptômes qui « dénoncent » le problème, comme la douleur et la fièvre. Le chercheur illustre avec une image d’une infection de la gorge, dans laquelle il y a de la douleur, de la fièvre et une sensibilité accrue dans la gorge. « Quand on bloque ces protéines, donc, le processus inflammatoire est réduit », ajoute-t-il.

En plus de l’action anti-inflammatoire, Símaro était attentif à l’activité cytotoxique de l’oléorésine et de l’acide, c’est-à-dire qu’il observait s’ils causaient des dommages ou tuaient des cellules, qu’elles soient normales ou tumorales. Selon le chercheur, la cytotoxicité n’est pas nécessairement une mauvaise chose, « quand vous avez une tumeur, vous voulez tuer cette cellule tumorale ; si vous testez un composé qui tue les cellules tumorales, ce serait très intéressant », explique le chercheur.

Les tests n’ont trouvé aucun type de cytotoxicité, cependant, Símaro précise qu’il s’agit encore de réponses préliminaires qui nécessitent de nombreuses autres étapes de recherche pour vérifier si l’huile extraite de la plante peut être utilisée comme composé médicamenteux.

Outre les études toxicologiques, la chercheuse souligne l’importance des recherches pharmacocinétiques, celles qui étudient comment et par quelles voies les composés végétaux sont absorbés par l’organisme. « Quelle est la biodisponibilité du composé végétal ? Arrive-t-il avec une quantité de sang suffisante, ou non ? A-t-il une perte ? Quelle est la meilleure voie d’administration ? Tout cela serait à vérifier. »

Les propriétés du copaiba vont au-delà de la médecine

Jairo Kenupp Bastos – Photo : Reproduction/Fapesp

Jairo Kenupp Bastos, superviseur de l’étude et professeur au FCFRP, explique que, en raison de ses propriétés anti-inflammatoires, le copaïba a un potentiel médicinal, mais aussi à usage cosmétique et industriel. Il dit que le Brésil produit environ 600 tonnes d’oléorésine par an, qui sont vendues dans le monde entier pour la fabrication de divers produits. Toujours selon Bastos, la partie la plus volatile de cette huile est également utilisée comme résine pour la solubilisation des arômes, des peintures, des vernis, en plus des cosmétiques eux-mêmes.

La recherche LAévaluation des activités cytotoxiques, anti-inflammatoires et antinociceptives de l’oléorésine de Copaifera pubiflora Benth et de son métabolite majeur l’acide ent-hardwickique a été soutenue en mai 2021 sous forme de thèse de doctorat par Guilherme Venâncio Símaro, sous la direction du professeur Jairo Kenupp Bastos. Un article résultant de la recherche peut être consulté à ce lien.

Plus d’informations : e-mail guilhermesimaro@gmail.com avec Guilherme Símaro, ou e-mail jkbastos@fcfrp.usp.br, avec Jairo Bastos

★★★★★