Les principaux candidats à la présidentielle déçoivent sur les questions liées à l’environnement – ​​​​Jornal da USP

Pour le professeur Pedro Luiz Côrtes, les propositions sont superficielles et ne répondent pas aux attentes

Les propositions des principaux candidats ne couvrent pas tous les besoins du territoire brésilien – Art de Lívia Magalhães avec des images de Pixabay et Flaticon

Les élections brésiliennes de 2022 ont lieu le 2 octobre et il est important que les électeurs soient au courant des propositions des candidats à la présidentielle. Les perspectives pour la solution des problèmes environnementaux sont fondamentales, par conséquent, l’environnement est un sujet qui demande l’attention de tous pendant la période électorale.

Le professeur Pedro Luiz Côrtes, de l’École des communications et des arts (ECA) et de l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IEE) de l’USP, a analysé les propositions gouvernementales liées à l’environnement des quatre principaux candidats à la présidence. Les documents sont accessibles sur le portail TSE (Tribunal Supérieur Electoral). et les candidats ont été choisis sur la base des derniers sondages.

Les quatre programmes analysés traitent de la déforestation. Selon le professeur : « Un programme mentionne zéro déforestation nette, c’est-à-dire avec recomposition des zones dégradées et reboisement des biomes, et c’est le seul qui parle effectivement de reboisement ». Les autres programmes parlent de lutte contre les incendies, de lutte contre la déforestation, de travail pour augmenter la productivité sans provoquer de déforestation, en plus de lutter contre l’accaparement des terres, l’exploitation minière illégale et les bûcherons illégaux. « L’un d’eux propose la création d’une liste noire des entreprises qui promeuvent la déforestation, l’invasion des terres et l’exploitation minière illégale. Il existe également une liste d’entreprises impliquées dans des pratiques de travail illégales, liées au travail forcé ou à des activités similaires », commente Côrtes.

émission de polluants

En ce qui concerne les gaz à effet de serre, seuls deux programmes évoquent le sujet et ils traitent encore la question de manière superficielle. Le professeur souligne : « L’un des programmes parle du développement d’actions de réduction et d’atténuation des gaz à effet de serre et d’utilisation rationnelle des ressources naturelles et un autre parle d’accélération des objectifs de réduction de ces gaz et de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts ».

Pedro Luiz Côrtes – Photo : Reproduction/Appareil photo São Paulo

Les crédits carbone sont importants pour le Brésil, mais seuls deux programmes le mentionnent et abordent le sujet sans la profondeur nécessaire. Côrtes rapporte que l’un parle d’agir sur le marché du carbone en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et l’autre d’organiser, de formaliser et de réguler le système national du marché des crédits carbone.

En ce qui concerne les ressources en eau, un seul programme vise à réduire la pollution. Un autre dit qu’il va instituer un système unifié d’octroi des autorisations d’utilisation des bassins hydrographiques et que celui-ci serait sous la responsabilité de l’Agence nationale de l’eau et de l’assainissement de base (ANA), c’est-à-dire qu’il fédéralisera la concession.

Le sujet est fondamental pour le pays : « Étant donné que nous utilisons beaucoup les ressources en eau pour produire de l’électricité, nous avons eu une sécheresse très importante l’année dernière et cela n’est pas mentionné. On a aussi vraiment besoin d’eau pour approvisionner nos régions métropolitaines », réitère le professeur.

Protection environnementale

Concernant la communauté indigène, qui est très importante pour la question environnementale, car les réserves indigènes sont normalement les zones les plus protégées, notamment dans le biome amazonien, trois candidatures le mentionnent. Côrtes informe : « L’un d’eux mentionne que les réserves territoriales destinées à sa population sont respectées, ce qui est une évidence. Un autre dit que le gouvernement doit accorder aux peuples autochtones, aux quilombolas et aux riverains la liberté d’utilisation responsable des ressources naturelles et mentionne la protection des droits des peuples autochtones et des quilombolas ».

Le dernier programme considère la nécessité de protéger les droits et les territoires des peuples autochtones, des quilombolas et des populations traditionnelles. Cependant, aucun des trois plans mentionnés n’explique comment cela sera effectivement fait ou des stratégies pour y parvenir.

Les zones à risque ne sont mentionnées par aucun de ces programmes analysés. Le professeur rappelle les tragédies de Petrópolis et celles qui se sont produites sur la côte nord-est en raison de pluies excessives pour souligner que le sujet mérite l’attention des candidats.

En général, les propositions ne couvrent pas tous les besoins du territoire brésilien. « Certains sujets sont abordés superficiellement comme si c’était ‘regardez, j’ai mentionné ça, je m’inquiète’. » Mais ils n’avancent pas de stratégies, même si c’est un signal rapide des stratégies qui seront utilisées. Il y a une déception quant à l’approche de ces principaux candidats par rapport aux questions environnementales, quelques avancées par rapport à ce qu’on a vu lors de la précédente élection présidentielle, mais il reste encore beaucoup à désirer », conclut le professeur.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 14h00, 15h00 et 16h45 pm. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★