Les sénateurs proposent de prélever 10 milliards de reais du budget secret pour l’étage des soins infirmiers

São Paulo – Le chef de la minorité au Sénat, Jean Paul Prates (PT-RN), a réuni les 27 signatures nécessaires pour présenter une proposition d’amendement à la Constitution (PEC) visant à transférer 10 milliards de BRL du « budget secret » – ou amendements du rapporteur – pour payer la paiement du salaire minimum des travailleurs infirmiers. Le montant est prévu pour le domaine de la santé dans ces amendements, qui n’ont pas de destination précise. Selon le texte présenté ce vendredi (23), en 2023 la totalité du montant alloué par le budget pour ces amendements sanitaires servira à assurer le respect du plancher national de la catégorie dans les municipalités, les États et le District fédéral.

Une initiative du banc du PT au Sénat, la proposition a reçu le soutien de parlementaires de divers partis. La présentation du PEC à la réunion des dirigeants avait déjà été avancée par Prates en début de semaine.

La recherche montre une surcharge mentale élevée chez les professionnels des soins infirmiers

« Le PEC n’a pas d’impact fiscal, traitant uniquement de l’orientation des ressources dans le budget pour la mise en œuvre du plancher. Nous défendons que ces ressources seront utilisées plus efficacement, plus efficacement et plus équitablement si elles sont axées sur la valorisation des professionnels de santé, ce qui est une demande sur laquelle tout le monde s’accorde », a déclaré la sénatrice.

Promulguée en août, la loi 14 434/22 prévoit un salaire initial de 4 750 R$ par mois pour les infirmières ; 75% de ce montant (R$ 3.325) pour les techniciens infirmiers; et 50% (R$ 2.375) pour les assistants et les sages-femmes. Mais son application est suspendue par le Tribunal fédéral (STF), qui a accepté une demande de la Confédération nationale de la santé, des hôpitaux et des établissements et services (CNSaúde). Pour l’employeur, maintenir la loi sans prévoir l’origine des ressources entraînerait des risques de licenciements et par conséquent détériorerait la qualité des services de santé.

En plus des ressources du « budget secret », d’autres alternatives sont débattues au Congrès pour rendre le plancher salarial infirmier réalisable, en l’occurrence la subvention des hôpitaux philanthropiques et privés. Parmi elles, l’exonération de masse salariale, pour permettre aux entreprises du secteur hospitalier de remplacer la cotisation sociale, de 20 % sur les salaires des salariés, par une taxe sur le revenu brut.

Le Congrès débat d’alternatives pour activer les revêtements de sol pour soins infirmiers

Sénateurs ayant signé la demande d’installation du PEC

1. Jean Paul Prates (PT-RN)

2. Fabiano Contarato (PT-ES)

3. Humberto Costa (PT-PE)

4. Paulo Paim (PT-RS)

5. Paulo Rocha (PT-PA)

6. Zenaide Maia (Pros-RN)

7. Soraya Thronicke (União-MS)

8. Rogério Carvalho (PT-SE)

9. Oriovisto Guimarães (Podes-PR)

10. Randolfe Rodrigues (Redé-AP)

11. Eliziane Gama (Citoyenneté-MA)

12. Plínio Valério (PSDB-AM)

13. Alessandro Vieira (PSDB-SE)

14. José Serra (PSDB-SP)

15. Jacques Wagner (PT-BA)

16. Jorge Kajuru (Podemos-GO)

17. Styvenson Valentim (Podemos-RN)

18. Omar Aziz (PSD-AM)

19. Leïla Barros (PDT-DF)

20. Izalci Lucas (PSDB-DF)

21. Alexandre Silveira (PSD-MG)

22. Nilda Gondim (MDB-PB)

23. Chico Rodrigues (União-RR)

24. Alvaro Dias (Podemos-PR)

25. Dário Berger (PSB-SC)

26. Reguffe (sans parti-DF)

27. Eduardo Girão (Podemos-CE)

★★★★★