L’Inep perd 31 coordinateurs Enem 13 jours avant l’examen

São Paulo – L’examen national de l’enseignement secondaire (Enem), qui était autrefois une source de fierté pour le système d’enseignement public, subit un autre revers. La semaine dernière, 31 employés de l’Institut national d’études et de recherche pédagogiques Anísio Teixeira (Inep) ont demandé leur démission. Aujourd’hui encore (8), ils étaient 29. Parmi eux, 27 travaillent dans des domaines directement liés à l’Enem et 22 sont des coordinateurs. L’examen sera appliqué les 21 et 28 novembre, mais d’autres victimes sont attendues des serveurs Inep connectés à Enem dans les prochains jours.

Enem : incompétence, négligence, omission et violation, selon un expert

Les demandes de licenciement collectif seraient un moyen de faire pression pour le départ de l’actuel président de l’Inep, Danilo Dupas, selon UOL. Dans un courrier adressé par les démissionnaires aux directeurs de l’Inep, les fonctionnaires ont justifié la passation des postes en parlant de « fragilité ». Et ils expliquent : « Il ne s’agit pas d’une position idéologique ou d’un caractère syndical. Malgré les difficultés signalées, je réaffirme l’engagement envers la société à maintenir les efforts avec des activités techniques liées aux objectifs institutionnels fixés en 2021″, informe le texte signé par « les fonctionnaires fédéraux ».

Dans le rapport, des personnes liées à l’Inep ont expliqué que les démissions sont liées à des décisions prises par Dupas sans justification technique. Les serveurs mentionnent également des cas de harcèlement.

Président sans expérience

Depuis le début du gouvernement de Jair Bolsonaro, Dupas est le quatrième président à assumer l’Inep et l’un des plus critiqués. Comme les autres, il n’a aucune expérience dans le domaine. Cette situation, qui fragilise l’Enem, ne s’est pas produite sous les gouvernements précédents.

Selon UOL, le président du Front mixte d’éducation parlementaire, le professeur adjoint fédéral Israel Batista (PV-DF), dépose une demande auprès de la commission de l’éducation de la Chambre pour convoquer le président de l’Inep. De plus, il demandera au MEC et à l’Inep des informations sur l’affaire.

Malgré le fait que le test Enem soit prêt, le rapport informe que le licenciement de ces serveurs Inep pourrait perturber tous les processus post-examen. Il menace également le calendrier de l’édition 2022, qui débuterait dans les semaines à venir. La liste des licenciements comprend le coordinateur des examens de certification, le coordinateur de la logistique des candidatures, des professionnels liés au contrôle du respect du contrat Enem les jours de candidature. Et des employés qui se sont occupés de recevoir la base de données qui servira à diffuser les notes des participants.

L’Association des serveurs de l’Inep (Assinep) a publié un communiqué regrettant la posture de la haute direction de l’Inep. Et il affirme que « une action urgente de la MEC et du gouvernement fédéral » est nécessaire pour réduire les risques pour la société. Lors d’une assemblée organisée par l’association, la semaine dernière, des responsables ont dénoncé le harcèlement moral et se sont plaints d’une mauvaise gestion. « D’après ce que l’UOL a découvert, il n’aurait pas lu les questions de l’examen et a également laissé son nom hors des personnes qui peuvent être appelées en cas de problème lors de la candidature. Les deux situations, dans les administrations passées, avaient le rôle du président de l’Inep.

★★★★★