L’Institut USP célèbre 3 000 soutenances dans le domaine des sciences mathématiques et informatiques – Jornal da USP

Le nombre obtenu sur 50 ans consolide l’Institut de mathématiques et d’informatique de l’USP à São Carlos en tant que centre de connaissances important dans le pays

Soutenance de thèse par Andre Bannwart Perina avec son conseiller Vanderlei Bonato, l’actuel directeur adjoint Adenilso Simão, le président du CCP Kalinka Castelo Branco et l’ancienne directrice de l’ICMC Maria Cristina Ferreira de Oliveira – Photo : Reinaldo Mizutani

.
Dans un environnement où les chiffres font partie de la vie quotidienne, le nombre 3000 pourrait n’en être qu’un parmi d’autres. C’est cependant une autre étape importante que l’Institut des sciences mathématiques et informatiques (ICMC), à l’USP de São Carlos, atteint son cinquantième anniversaire. C’est le nombre de mémoires et de thèses soutenus dans la période, célébré symboliquement le jour où l’étudiant André Bannwart Perina, sous la direction du professeur Vanderlei Bonato, a fait sa soutenance.

Diplômé de l’ICMC en informatique, André dit avoir découvert sa vocation pour une carrière universitaire en 2012, lorsqu’il a lancé les premiers projets d’initiation scientifique et a décidé de se consacrer au domaine qui a fait de lui un docteur en informatique et en mathématiques computationnelles. Sa thèse porte sur le développement d’outils de cartographie de haut niveau pour des architectures hétérogènes avec des FPGA.

« Avant l’obtention de mon diplôme, je n’avais pas l’intention de suivre cette voie car je ne savais pas encore comment fonctionnait le monde universitaire. Après la première année, j’étais déjà en contact avec des encadrants et cherchais des projets de recherche dans ce domaine jusqu’à mon doctorat. J’ai suivi le chemin académique des pierres, car il m’a semblé pendant tout ce temps être le chemin qui me convenait le mieux. J’aime observer, transmettre et assimiler des connaissances et je pense que la science est un bon endroit pour ceux qui aiment bricoler des connaissances », a déclaré André, qui entend poursuivre une carrière universitaire. Pour lui, être scientifique au Brésil est un combat et ce qui me motive, c’est le désir d’enseigner. « Cela nous fait du bien lorsque nous faisons quelque chose de bien pour la société et je pense que cette tâche de transmettre des connaissances – qu’il s’agisse d’enseigner ou de produire du contenu scientifique pour d’autres personnes, me donne ce sentiment d’apporter une contribution positive à la société d’une manière ou d’une autre. »

Les longues années qui ont éloigné la thèse d’André du premier mémoire soutenu à l’ICMC, en 1970, portent encore cette volonté de mettre la science au-dessus de tous les obstacles qu’exige la carrière universitaire. Il en a été ainsi avec l’actuel professeur émérite de l’Institut, Hildebrando Munhoz Rodrigues, qui a rappelé avec nous comment tout a commencé. « Au début des années 1970, parallèlement à la naissance de l’ICMC, un nouveau système postdoctoral a commencé à être mis en place à l’USP et, à l’invitation de mon superviseur de l’époque, j’ai décidé de participer à ce nouveau processus qui est devenu plus judicieux dans le sélection des étudiants, quelque chose qui n’existait pas auparavant », a-t-il déclaré.

Le mémoire dactylographié avec pour thème Invariance pour les systèmes non autonomes d’équations différentielles retardées et applications occupe une place prépondérante dans la pièce. Et peu après la maîtrise, vint le doctorat dans le même domaine. « Je n’ai jamais travaillé sur quoi que ce soit qui n’ait pas d’application pratique, les modèles de retard ont été l’un des premiers travaux au Brésil et qui n’ont été améliorés que les années suivantes, appliqués aujourd’hui, par exemple, dans le contrôle de la pandémie de covid-19 », a déclaré. « A l’époque, on s’occupait aussi de la création du programme pour que les masters aient une formation poussée et que les docteurs partent avec une spécialisation et produisent des résultats sans précédent, une exigence qui perdure jusqu’à maintenant ».

Professeur émérite, Hildebrando Munhoz Rodrigues a soutenu la première thèse de l’ICMC – Photo : Reinaldo Mizutani

.
Masters et Doctorats : une population en croissance à l’ICMC

Indicateurs généraux de l’USP montrent que la croissance de la formation des maîtres et des docteurs à l’ICMC s’est intensifiée à partir des années 2000. Environ 800 étudiants s’inscrivent chaque année au programmes d’études supérieures offerts par l’Institut dans les domaines des masters et doctorats académiques, des masters professionnels, des MBA et des spécialisations.

Le directeur adjoint de l’ICMC, Adenilso da Silva Simão, a analysé ce nombre plein de sens, que sont les 3 000 défenses. « En regardant ce chiffre symbolique, nous rencontrons des résultats qui témoignent du succès des programmes de maîtrise et de doctorat à l’ICMC, comme en témoigne l’augmentation du nombre d’étudiants diplômés et des titres décernés année après année », a-t-il déclaré.

Selon lui, l’intérêt croissant des étudiants montre le sérieux de l’Institut dans ce type de formation également. « Nous avons remarqué que les motivations pour rejoindre l’un des programmes sont très personnelles, avec la majorité des personnes intéressées à poursuivre une carrière universitaire, cependant, il est important de souligner que le marché des professionnels en mathématiques et en informatique est très chaud et ceux-ci sont les domaines que nous offrons ici à ICMC. Ces professionnels savent que plus la qualification est élevée, plus ils auront de chances de se démarquer dans cet environnement concurrentiel ».

Adenilso rappelle que la différence entre ceux qui choisissent la maîtrise ou le doctorat est la profondeur des sujets à approfondir. «Nous savons que le temps passé par un doctorant signifie qu’il est arrivé dans un environnement de connaissances que peu ont atteint, car l’innovation est une prémisse de base pour que ce chercheur soit arrivé là où il est. Par conséquent, il a beaucoup à apporter que ce soit dans le segment professionnel ou académique ».

Reconnue au niveau national comme la capitale de la science et de la technologie, São Carlos est naturellement un centre de connaissances qui attire des chercheurs de tout le pays et de l’étranger, se distinguant par l’augmentation considérable du nombre de professionnels titulaires d’un doctorat. Aujourd’hui, on compte plus de 2 530 médecins pour environ 250 000 habitants, une moyenne presque dix fois supérieure à la moyenne nationale.

« Cet environnement explique également l’intérêt pour nos programmes et bien d’autres offerts par les établissements d’enseignement de São Carlos, qui est une ville particulièrement accueillante pour ceux qui s’intéressent à la production de connaissances. Les étudiants poursuivent leurs études et s’installent dans la municipalité », a-t-il déclaré.

Cependant, Adenilso note que nous parlons d’une île, car le Brésil a un long chemin à parcourir dans la formation des maîtres et des médecins. « Le pays a besoin des contributions les plus profondes de ces spécialistes capables d’atteindre un niveau de complexité en termes de production scientifique que la plupart n’atteignent pas. Le médecin est ce professionnel qui ferme l’attention sur un problème particulier à résoudre. Si on ne produit pas beaucoup de médecins, on sortira difficilement de cette fourchette où beaucoup connaissent un peu tout, mais ne produisent pas forcément de nouvelles solutions ni de grandes découvertes ».

Bourse des anciens

Une commission a été créée pour organiser, toujours en cette année du cinquantième anniversaire de l’ICMC, un événement de fraternisation entre les anciens étudiants des cours de troisième cycle et les conseillers. « L’idée de cet événement est de fêter les 50 ans et aussi cette marque des 3000 soutenances, en essayant d’ajouter le plus possible de ces diplômés pour qu’ils puissent se retrouver, revoir l’institut et voir comment nous en sommes maintenant. Nous inaugurerons une plaque commémorative avec les noms de tous ces trois mille anciens élèves », a déclaré Adenilso.

Accéder au cursus des cours de troisième cycle offerts par l’ICMC en savoir plus.

.

Texte : Raquel Vieira, conseillère en communication ICMC

.

★★★★★