L’obésité infantile et la santé fœtale sont devenues l’objet d’étude du projet Cohort – Jornal da USP

Le projet de la Faculté de santé publique est basé sur l’étude de l’état nutritionnel des enfants, même pendant la grossesse, et corrèle l’obésité infantile avec des facteurs génétiques provenant de la mère et de l’environnement

L’étude apporte une pertinence sans précédent lors de l’évaluation de la composition corporelle du fœtus et de sa relation avec la mère – Photomontage sur l’obésité infantile – Art: Ana Júlia Maciel/ Revue USP

Le projet de cohorte sur l’état nutritionnel des enfants à l’USP School of Public Health (FSP – USP) évalue les facteurs génétiques et environnementaux dans l’apparition précoce de l’obésité dès la phase utérine. La professeure Patrícia Helen Rondo, coordinatrice du projet de recherche, souligne que l’importance de l’étude est liée à la question de l’obésité en tant que pandémie qui affecte non seulement la population adulte mais aussi les enfants, et les conséquences liées au surpoids.

Les études sur les causes de l’obésité dans la phase utérine se sont concentrées sur la compréhension de la formation de l’adipogenèse, ou masse grasse, chez les enfants. L’évaluation a été réalisée au cours du deuxième trimestre de la grossesse, auprès de 2 000 femmes enceintes, dans la ville d’Araraquara, en 2017, et à partir de là, il a également été possible d’observer la relation avec la mère et avec des facteurs génétiques et environnementaux.

Patricia Helen de Carvalho Rondo – Photo : Marcos Santos / USP Images

Avec un suivi à long terme, il a été possible d’identifier cette relation entre l’indice de masse corporelle des mères avant la grossesse, qui est lié à la prise de poids pendant la grossesse, et leur profil glycémique. Patrícia explique que cela est dû au fait que l’évaluation est effectuée pendant la période gestationnelle et néonatale, en fonction de l’expression des gènes du bébé et du métabolisme des lipides, via le cordon ombilical. Il ajoute : « Nous essayons de comprendre, à travers les mécanismes phylogénétiques et l’expression des gènes, qui sont liés à la formation de la masse grasse déjà dans la vie fœtale ».

Précisément en évaluant la composition corporelle du fœtus et sa relation avec la mère, au lieu d’être guidé par la taille et le poids du bébé, l’étude a une pertinence sans précédent. En ce qui concerne les femmes enceintes, il a également cherché à comprendre pourquoi la plupart d’entre elles souffrent de rétention de poids dans la période post-partum et de prédisposition aux maladies chroniques.

Maladies chroniques

L’étude vise également à étudier la relation entre le surpoids infantile et la prédisposition aux maladies chroniques chez les enfants. Corrélant les facteurs génétiques maternels, l’enseignante explique que, à partir de là, il serait possible d’observer le risque auquel serait soumis le bébé. « Non seulement savoir quels sont les facteurs génétiques maternels liés à la masse grasse de ce bébé, mais quel risque ce bébé pourrait avoir à l’avenir », ajoute-t-il.

En ce qui concerne la santé maternelle, l’enseignant attire l’attention sur les processus après les soins prénatals et la grossesse elle-même. Pour elle, la période post-partum finit par recevoir moins d’attention, même si elle est « extrêmement importante », puisque c’est durant cette période que la maman va reprendre du poids et allaiter.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 14h00, 15h00 et 16h45 pm. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★