Loi sur la livraison des applications : respectez la loi 14.297/2022 !

Image d'illustration : loi sur la livraison des applications.  Image: Pixabay.com
Image: Pixabay.com

Loi 14.297/22, dont l’objectif principal est de établir des mesures de protection pour les fournisseurs d’applications pendant la période de la pandémie de Covid-19, il a été sanctionné par le président Jair Bolsonaro et publié au Journal officiel le 6 janvier 2022. Le projet de loi qui y a donné lieu a été présenté en avril 2020, au début de la pandémie, cependant , il n’a été approuvé qu’au début de 2022.

Comprendre le contexte social autour de cette loi, ses principaux aspects, innovations et obligations attribuées aux sociétés d’application de livraison et aux établissements qui utilisent ces services.

CONTEXTE DE LA LOI SUR LA LIVRAISON DES APPLICATIONS

En abordant la motivation de l’existence de cette disposition légale, il est nécessaire de souligner que le scénario de la pandémie de Covid-19, la crise socio-économique et l’augmentation des taux de chômage dans le pays ont accentué une série de problèmes sociaux qui existent déjà dans société brésilienne, ainsi que élargi les débats actuels sur les inégalités présentes dans le pays.

Ainsi, sous le besoin d’isolement social, l’une des principales mesures indiquées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour prévenir la propagation du virus et la propagation de la maladie. Les fournisseurs d’applications ont joué un rôle clé pour rendre cet isolement possible.afin que les personnes puissent avoir accès aux biens, à la nourriture, aux médicaments et à d’autres articles, réduisant ainsi le besoin de déplacement et d’agglomération, étant considérée comme une activité essentielle par le décret 10.282/20.

Cependant, bien qu’il joue un rôle essentiel dans la protection de la santé et de la survie de la population, ce secteur était quotidiennement exposé à une série de vulnérabilités et de déni de droits. Par exemple, il y a eu des cas de coursiers qui prétendent n’avoir pas pu utiliser les toilettes des établissements, le manque d’accès au matériel de protection nécessaire et l’augmentation des blocages indus, en plus d’autres demandes qui existaient même avant le scénario pandémique, tels que les problèmes posés par l’informalité.

Ces demandes se sont manifestées dans le Arrêt national des fournisseurs d’applications survenu en 2020, également appelé «Frein d’applications”.

« Nous n’avons pas de toilettes, nous n’avons pas d’eau, nous n’avons pas d’endroit pour déjeuner. Les restaurants sont fermés, vous ne pouvez pas aller aux toilettes, les propriétaires ne vous laissent généralement pas faire. Pas d’accès à une fontaine à eau. C’est très fatiguant. C’est très stressant. Nous sommes surchargés.

Reportage d’un des organisateurs de l’Arrêt National des Livreurs d’APPs

5 POINTS DE LA LOI SUR LA LIVRAISON DES APPLICATIONS

Premièrement, il est important de noter que la loi sur la délivrance des applications (loi 14.297/2022), lorsqu’elle prévoit ces mesures de protection, met en évidence deux limites principales, à savoir les mesures suivantes :

  • sont de nature urgente et non permanente.et doit être assurée jusqu’à la fin de l’urgence de santé publique d’importance nationale (Espin) à la suite d’une infection humaine par le coronavirus Sars-CoV-2, déclarée par l’ordonnance n° 188 du ministère de la Santé ;
  • ne pas établir de relation de travail entre la société d’application et le livreuret ne peut servir de base pour caractériser la nature juridique de cette relation, qui reste informelle.

A lire aussi : Qu’est-ce qui est devenu une loi pendant la pandémie?

1. CONTRAT D’ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS

La loi établit que la société requérante doit souscrire une assurancesans franchise, contre les accidents survenus pendant la période de ramassage et de livraison des produits et servicespour les coursiers qui y sont inscrits, qui doit couvrir les situations d’incapacité permanente, d’incapacité temporaire et de décès.

De plus, si le livreur assure la prestation de plus d’une application de livraison, l’indemnisation de l’accident doit être prise en charge par l’assurance contractée par l’entreprise pour laquelle le livreur travaillait au moment précis de l’accident.

2. AIDE FINANCIÈRE DUE À LA SUPPRESSION DU COVID-19

Si le livreur doit être éloigné pour avoir contracté le covid-19, la disposition légale prévoit également l’obligation de l’entreprise demandeuse de garantir une aide financière pendant une période de 15 (quinze) jours, avec possibilité de prolongation pour deux périodes supplémentaires de 15 jours .

LES POINTS IMPORTANTS:

  • Calcul de l’aide financière : effectué selon la moyenne des 03 (trois) dernières mensualités perçues par le livreur ;
  • État: le livreur doit présenter la preuve d’un résultat positif au Covid-19 (examen PCR ou rapport médical démontrant un état résultant de la maladie justifiant le retrait).

3. FOURNITURE D’INFORMATIONS SUR LES RISQUES DU COVID-19 ET LE MATÉRIEL DE PROTECTION INDIVIDUELLE

De plus, le dispositif normatif prévoit que les entreprises applicatrices doivent mettre à disposition :

  • Informations nécessaires sur les risques du coronavirusainsi que les soins nécessaires à la prévention de la contagion et de la propagation de la maladie ;
  • Masques et matériel de désinfection (comme le gel hydroalcoolique) pour la protection personnelle lors des accouchements.

La mise à disposition de ces matériels de protection individuelle peut se faire de deux manières :

  1. transfert: lorsqu’il y a transfert de valeur de l’entreprise au salarié à cette fin ;
  2. remboursement: lorsque l’entreprise restitue la valeur des frais engagés par le livreur avec ce matériel de protection individuelle.

4. DURÉE D’INSCRIPTION ET RELATION CONTRACTUELLE

De plus, la loi répond, même temporairement, à une demande constante des coursiers, qui fait référence au blocage indu fréquent des profils des coursiers dans les candidatures. La loi fait deux remarques à ce sujet, stipulant que :

  1. les cas et conditions de blocage, suspension ou suppression du compte du livreur de la plateforme numérique doivent être Expresso dans l’accord existant ou la durée d’enregistrement ;
  2. les cas où la suppression de compte se produit doivent :
    1. être précédé d’un préavis minimum de 3 (trois) jours ouvrables ;
    2. être accompagnée de la justification dûment motivée avec les motifs qui l’ont justifiée, sauf dans les cas où elle implique le soupçon de la pratique d’une infraction pénale.

5. OBLIGATIONS DES ENTREPRISES FOURNISSANT LE PRODUIT/SERVICE (établissements) :

Les entreprises qui fournissent le produit ou le service, comme les restaurants et les pharmacies, ont certaines obligations :

  1. Permettre au livreur d’utiliser les installations sanitaires ;
  2. Assurer l’accès à l’eau potable;
  3. Adoption prioritaire, avec la société d’application de livraison, des moyens de paiement via Internet.

IMPLICATIONS DU NON-RESPECT DE LA LOI SUR LA LIVRAISON DES APPLICATIONS

Enfin, la loi de livraison de l’application détermine qu’en cas de non-respect par l’entreprise applicatrice ou l’entreprise qui utilise ce service (les établissements), il doit y avoir un avertissement et le paiement, en cas de récidive, de amende administrative d’un montant de 5 000 R$ pour chaque infraction commise.

Cette loi de délivrance d’application a provoqué une série de discussions et d’opinions divergentes sur l’aspect bénéfique de la loi dans la nécessité d’étendre et de pérenniser ces droits ou sur l’aspect de surcharge dans les entreprises. Quel est ton opinion? Laissez-le dans les commentaires!

Les références:

Connaissez-vous déjà notre chaîne Youtube ?

Avis Facebook pour l’UE !
Vous devez vous connecter pour voir et publier des commentaires FB !


★★★★★