L’ONU et l’OMS critiquent le mouvement «  sauter la ligne  » des vaccins contre le covid-19 par les pays riches

São Paulo – Face aux défis liés à la logistique de production et de distribution, rendant difficile la rapidité du processus de vaccination de masse, le monde compte déjà plus de 70 millions de personnes vaccinées contre le covid-19. Désormais, les inégalités commencent également à devenir un nouveau facteur de bouleversement dans la recherche de la solution à la plus grande crise sanitaire de l’humanité depuis plus de 100 ans. C’est parce que les pays plus riches promeuvent un mouvement pour «sauter la ligne» de la vaccination dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) regrette que, même au début, de nombreuses distorsions soient déjà signalées. «La promesse d’un accès équitable aux vaccins est gravement menacée», a déclaré aujourd’hui le directeur exécutif de l’OMS, Tedros Adhanom (27).

L’OMS a mis au point un programme pour la distribution la plus équitable des vaccins approuvés contre la covid-19. Le modèle a été nommé «Covax» et consiste en l’achat de gros lots de vaccins pour distribution dans les pays les plus pauvres. Cependant, les pays riches ont commencé à signer des contrats bilatéraux avec des entreprises qui produisent les vaccins, ignorant les groupes à risque et même s’approvisionnant en vaccins au-delà de leurs populations.

Inégal

«L’approche« moi d’abord »met en danger les plus pauvres et les plus vulnérables du monde. De nombreux pays ont acheté plus de vaccins que nécessaire. Aujourd’hui, nous sommes confrontés au danger réel que, bien que les vaccins apportent de l’espoir à ceux qui vivent dans les pays riches, une grande partie du monde pourrait être laissée pour compte », a ajouté Tedros.

Selon l’OMS, 75% des vaccins produits jusqu’à présent sont arrivés dans seulement 10 pays. L’organisme regrette que les pays riches utilisent leur influence et leur capacité économique pour vacciner des jeunes en bonne santé tandis que les personnes âgées et les personnes appartenant à des groupes à haut risque meurent par milliers par jour dans des pays mal articulés, comme le Brésil.

:: Comment se déroule la vaccination contre le covid-19 dans le monde?

Risque pour tous

L’inégalité dans la distribution des vaccins préoccupe également les Nations Unies (ONU). Lundi (25), le secrétaire général de l’organisation, António Guterres, a regretté, lors d’un séminaire au Forum économique mondial, traditionnellement basé à Davos, en Suisse, mais en ligne cette année. «Les vaccins arrivent rapidement dans les pays à revenu élevé, mais pas dans les plus pauvres. Les vaccins doivent être des biens communs mondiaux », a-t-il déclaré.

Guterres a également fait une alerte qui s’adapte exactement à la réalité brésilienne. La négligence avec le virus, la non-adoption de mesures d’isolement social et même la non-utilisation de masques contribuent à un scénario de large diffusion du covid-19. Cela contribue à l’émergence de nouvelles variétés et mutations du virus, ce qui peut remettre en question même la vaccination qui a déjà commencé. «Il est essentiel de rendre les vaccins accessibles à au moins 20% de la population des pays en développement. Si l’hémisphère sud est laissé sans vaccination, le virus aura de nouvelles mutations et nous ne pourrons pas l’arrêter », a-t-il déclaré.

Affaire Israël

Israël est un petit pays d’un peu plus de 9 millions d’habitants. Le pays est reconnu pour être celui où le processus de vaccination est le plus avancé à ce jour. Plus de 45% de la population israélienne a déjà été vaccinée et les résultats sont déjà visibles. L’épidémie locale de covid-19 est en forte baisse et le pays continue d’être le premier à réaliser la vaccination collective.

Cependant, le succès d’Israël comporte au moins deux problèmes centraux. Le premier est la vaccination des jeunes en bonne santé au détriment des groupes à risque. Le second est l’exclusion systématique des Palestiniens qui vivent dans des territoires occupés par Israël, voire en territoire israélien.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie n’auront pas accès aux vaccins «dans un proche avenir». Israël a seulement garanti la vaccination des résidents arabes de Jérusalem, laissant plus de 5 millions de Palestiniens sans protection. Les Israéliens qui vivent dans le territoire palestinien envahi, les «colons», seront cependant vaccinés.

Aparté

« Moralement et juridiquement, cet accès différencié aux soins de santé nécessaires au milieu de la pire crise sanitaire mondiale depuis un siècle est inacceptable », déclare le HCDH. En revanche, le ministre israélien de la Santé Edelstein a déclaré dans une interview à la BBC que « les Palestiniens doivent prendre soin de leur propre santé » et qu’Israël n’est pas légalement obligé « de vacciner les Palestiniens, selon les traités internationaux.

Le ministre a également adopté un ton agressif, qui a fini par être critiqué par les parlementaires américains, le principal allié d’Israël. «En matière de vaccination, la principale obligation d’Israël est envers ses citoyens. Ils paient des impôts pour ça, n’est-ce pas? »Dit-il. A son tour, la députée américaine Rashida Tlaib a répliqué: « Il est difficile de regarder alors que cet État d’apartheid continue de refuser (le vaccin) à ses voisins, des gens qui respirent le même air qu’eux, qui vivent dans les mêmes communautés ».

★★★★★