Lors d’une réunion avec Lula, les eurodéputés évoquent la fin du « cauchemar » de Bolsonaro

São Paulo – Lors d’une réunion ce lundi (29) avec l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva à São Paulo, des représentants de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, connue sous le nom de Groupe S&D, ont exprimé des attentes qui, avec une éventuelle élection du candidat de la coalition Brésil de l’espoirles relations entre le pays et les pays de l’Union européenne « reviennent à la normale », après presque quatre ans de « cauchemar »

Le terme « cauchemar » a été utilisé par le vice-président du groupe S&D, le député portugais Pedro Marques, membre du Parlement européen, pour qualifier la période de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil. « Le combat mené ici est mené partout dans le monde, et il a commencé à être mené avec l’élection de (Donald) Trump et Bolsonaro », a déclaré Marques. Il a ajouté que le combat s’était récemment poursuivi en France, où « il a été gagné, et nous avons perdu en Hongrie ».

Le président Emmanuel Macron a été réélu par les Français en avril après avoir formé un large front démocratique pour vaincre la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. En Hongrie, en revanche, l’ultranationaliste Viktor Orbán a été élu en mai pour un quatrième mandat consécutif au poste de Premier ministre.

Le Brésil autour du monde

Le député euro-portugais a mentionné que « le combat a été mené » également en Amérique du Sud, « et il a été gagné très récemment ». « Nous avons besoin que le Brésil revienne dans le monde », a-t-il déclaré. «En tant qu’Europe, nous sommes importants, oui, dans le monde, mais nous le serons beaucoup plus dans notre partenariat avec l’Amérique du Sud, le Brésil et avec l’Afrique. Ce furent quatre années cauchemardesques, d’interruption du Brésil à travers le monde », a-t-il déclaré.

L’eurodéputé Sergei Stanishev, ancien Premier ministre bulgare et membre de l’alliance socialiste, a déclaré que les législateurs du groupe étaient « très préoccupés par la violence et la brutalité imposées par la droite populiste » dans le processus électoral brésilien. « L’Europe surveille de près, car ils (le bolsonarisme) veulent saper les résultats », a-t-il déclaré. « Nous serons très attentifs et nous ferons de notre mieux avec les progressistes en Europe et soutiendrons la démocratie et la campagne », a-t-il poursuivi.

Lula et les enjeux climatiques

Dans un discours dans lequel il s’est concentré principalement sur les questions climatiques – l’un des enjeux les plus importants de la gauche européenne aujourd’hui – l’ancien président Lula a déclaré qu’il espérait que la guerre se terminerait en Europe. « Puissent la Russie et l’Ukraine vivre en paix », a-t-il déclaré. « Le monde doit revenir à la normale. » Selon lui, ce retour implique le respect de l’environnement.

Pour Lula, le Brésil occupera un rôle de premier plan. Dans le cas de l’Amazonie, le pays « ne renonce pas à sa souveraineté ». Cependant, réfléchit le PT, la forêt n’est pas seulement sur le territoire brésilien. « C’est important de se rappeler que ce n’est pas que la nôtre », a-t-il déclaré, citant le Venezuela, la Colombie, le Pérou, l’Équateur, « un peu en Bolivie » et les Guyanes.

Il a donné une indication de ce que serait le débat sur la question climatique au niveau diplomatique dans un éventuel gouvernement, en parlant de la conférence de Copenhague (COP 15), en 2009. Chine. La Chine pollue, mais je veux savoir si l’Angleterre et les Etats-Unis vont payer la pollution historique depuis l’industrialisation, sinon c’est difficile de blâmer les Chinois », a déclaré Lula.

temps de coopération

Le député fédéral Gleisi Hoffmann (PT-PR), hôte de la rencontre, a souligné « le moment de renforcer la coopération entre l’Europe et l’Amérique latine » et a rappelé qu’il y a « plusieurs luttes en commun » avec les socialistes au Parlement européen, comme la démocratie et « les droits humains des individus et des travailleurs ». Le président du PT a annoncé qu’un mémorandum de coopération est en cours de discussion avec le groupe venant d’Europe, qui devrait être signé prochainement.

Dans un très bref discours, l’ancien chancelier Celso Amorim a souligné les points communs auxquels, selon lui, l’Amérique latine, l’Europe et l’Afrique doivent faire face en tant que défis mondiaux : « la guerre en premier lieu, le changement climatique qui menace la planète et les pandémies, c’est ce que nous unit en général », a-t-il déclaré.

Le président de l’Alliance des socialistes et démocrates, le député Iratxe García Pérez, a souligné la détérioration de la politique au Brésil, ainsi que l’image du pays à l’étranger. « Nous voyons avec inquiétude comment le Brésil a été détruit, ce Brésil de l’égalité sociale, de la défense de la démocratie et de la justice. » Elle a ajouté : Nous avons vu l’attaque évidente contre des groupes comme les femmes. Nous avons pu le prouver lors du débat d’hier ».

Dans l’après-midi, Lula a rencontré, également à São Paulo, le juriste français Willian Bourdon, l’un des auteurs du Manifeste international des juristes pour la liberté de Lula, publié en 2019, alors que le PT était en prison.

★★★★★