Lula à Portela : pas de plafond de dépenses, pas de secret, pas de privatisation de Petrobras et une autre loi du travail

São Paulo – Avec tambours, maître de cérémonie et porte-drapeau, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva s’est rendu ce dimanche (25) à la traditionnelle Portela, à Madureira, au nord de Rio de Janeiro, et a parlé de revoir la « réforme » du travail et abolir le soi-disant plafond de dépenses. Le membre du PT a de nouveau critiqué l’actuel président pour avoir fait respecter le secret sur plusieurs questions sensibles pour son gouvernement. Et encore, il a appelé à un ultime effort pour « faire tourner les votes » et éviter les abstentions lors du scrutin du dimanche 2 octobre.

Lula est arrivé rue Clara Nunes en fin de matinée avec le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes (PSD), un allié informel, et des noms d’écoles comme Tia Surica, membre de la Velha Guarda da Portela. « C’est un plaisir de vous accueillir. Je dis déjà qu’il est notre président. Qu’il gagnera au premier tour, si Dieu le veut », a-t-il déclaré, déjà à l’intérieur, sur scène, devant le tribunal bondé. Elle a offert à Lula un chapeau, que l’ancien président a porté tout le temps qu’il y est resté.

L’immobilier avec de l’argent

Le membre du PT a consacré une partie de son discours à la période pendant laquelle il a été emprisonné. « Il fallait démasquer, et on ne démasque que quand on réagit. Non seulement j’ai prouvé mon innocence, j’ai aussi prouvé la culpabilité de (Sergio) J’habite et de (Deltan) Dallagnol », a-t-il dit. « Moro dit non. Maintenant, j’ai été acquitté dans 26 affaires, deux fois à l’ONU et à la Cour suprême. Maintenant, qui veut croire que je n’ai pas été acquitté ? Ce sont les gens qui ont cru aux mensonges de Moro et de Dallagnol, diffusés intensivement par les médias. Lula a rappelé que « beaucoup de bonnes personnes » ont déjà été arrêtées, comme Nelson Mandela et Martin Luther King.

Puis il est revenu interroger l’actuel président. « Il n’explique pas comment il a acheté 51 propriétés avec de l’argent », a déclaré Lula, citant également le secret de 100 ans décrété par Jair Bolsonaro. « Dans notre gouvernement, nous avions le portail de transparence, où vous pouviez savoir combien d’argent était dépensé en temps réel. Et nous avons eu la Loi sur l’accès à l’information. La corruption dans notre gouvernement est apparue parce que nous avons retiré le tapis du salon. Quand on est sérieux, on n’a pas peur. L’ancien président a souligné qu’il n’avait jamais tenté de « contrôler » le ministère public ou la police fédérale, qui étaient toujours libres d’enquêter. « Je veux des institutions étatiques fortes, pour préserver la démocratie. »

Revue du droit du travail

Il a réaffirmé qu’il lèvera le secret dès qu’il assumera la présidence de la République. « Je vais gagner les élections, je vais prendre mes fonctions et je vais mettre fin à son secret dès le premier mois. C’est si simple. Bolsonaro doit cesser d’être un gosier, être arrogant, et il doit savoir qu’il a un compte à rendre », a déclaré Lula, évoquant également le soi-disant budget secret. « Il devra expliquer certaines choses pas à moi, à la société brésilienne. »

Selon PT, ce qui s’est développé dans le pays, c’est l’économie informelle, avec des travailleurs non enregistrés et sans droits, qui devrait nécessiter une révision de la législation du travail, après la « réforme » mise en œuvre en 2017. « Nous devrons renégocier la relation entre capital et travail », a déclaré Lula, utilisant le terme « ajustement » dans cette affaire. Ainsi, il n’est pas question de revenir à la situation antérieure, mais « on ne veut pas non plus se retrouver sans pantalon et sous-vêtement au milieu de la rue ».

PIB, inflation et alimentation

Toujours dans le domaine économique, l’ancien président a commenté l’inflation, dont l’indice officiel a baissé ces derniers mois. Mais il a noté que cela n’est pas ressenti par la population au quotidien. « L’inflation qui compte pour les travailleurs, c’est le prix de la nourriture », a-t-il déclaré. Il en a profité pour reprocher au gouvernement d’avoir pratiquement supprimé les stocks réglementaires de la Compagnie nationale d’approvisionnement (Conab), qui contribuaient à maintenir les prix alimentaires.

Lula a également évoqué le PIB, qui selon lui est parfois utilisé pour « tromper » la population. « Ce PIB n’est important pour le peuple que lorsqu’une partie de celui-ci est distribuée au peuple. Cela fait quatre ans que le salaire minimum n’a pas été augmenté. Le PT a également déclaré qu’un président « ne peut pas continuer à détenir de l’argent » des municipalités, a déclaré qu’il mettrait fin au plafond des dépenses et a qualifié l’idée de privatiser Petrobras de « stupide ». Il a également parlé de mettre fin aux invasions des zones indigènes.

Finalement, il a recommencé à demander aux gens de parler à des indécis ou à des gens qui songeaient encore à s’abstenir de voter. Et il a rappelé qu’il ne fallait pas accepter les provocations en ces derniers jours de campagne. « Ne nous inquiétons pas d’essayer de convaincre un fanatique de Bolsonar de voter pour nous. Laisse le. »

★★★★★