Lula Da Silva s’interroge sur le sérieux de l’UE pour négocier la paix en Ukraine

Le candidat brésilien à la présidentielle, Lula da Silva, a mis en doute mardi le sérieux de l’Union européenne (UE) à pouvoir négocier la paix dans le conflit russo-ukrainien, qui a débuté en février dernier, après les opérations militaires spéciales de Moscou sur Kyiv.

« Je vois peu de gens parler de paix et beaucoup de gens parler de ventes d’armes », a déclaré le candidat du Parti des travailleurs, cité par l’agence de presse Sputnik.

Bien qu’il reconnaisse l’importance de l’UE pour la démocratie internationale, l’ancien président brésilien regrette qu’on ait laissé traîner le conflit – qui dure maintenant depuis sept mois – et qu’aucune des parties, et encore moins le bloc, ne cherche une solution à la situation.

A cet égard, il a estimé qu’il fallait « plus de discussions » et « plus de sérieux » pour que l’UE assume un véritable rôle de médiateur entre Kyiv et Moscou.

En ce sens, il a souligné que les tensions n’ont pas commencé en 2022 avec les opérations militaires spéciales, mais en 2014, lorsque les attaques contre les régions du Donbass ont commencé, par les forces ukrainiennes.

« Pour moi, l’Union européenne représente un héritage de démocratie. Cependant, je pense que l’Union européenne a fait une erreur en cédant trop facilement sur la question de la guerre entre la Russie et l’Ukraine », a-t-il déclaré.

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président brésilien évoque le conflit russo-ukrainien.

Début mai, Da Silva a déclaré que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, voulait la guerre avec la Russie.

Dans une interview au magazine Time, il a déclaré que le président ukrainien « voulait la guerre. S’il n’avait pas voulu la guerre, il aurait négocié un peu plus.

Selon lui, « personne ne contribue à la paix ».

★★★★★