Maduro: le Venezuela a 50 projets gaziers à exporter

Le président de la République, Nicolás Maduro, a annoncé ce mercredi que le pays dispose d’un portefeuille de 50 projets gaziers destinés à l’exportation.

L’information a été dévoilée lors d’une rencontre avec le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Haitham Al Ghais au palais de Miraflores.

« Le Venezuela est prêt et préparé à approvisionner le marché du pétrole et du gaz pour approvisionner l’économie mondiale en toute sécurité. Nous avons récupéré l’industrie d’une mafia qui y a planté ses griffes », a-t-il déclaré.

Il a assuré qu’il y a aussi une importante production d’engrais, « prêt pour nos frères dans le monde, nous avons un important portefeuille d’exportation et plus de 50 projets gaziers certifiés de haut niveau », a-t-il souligné.

«Nous l’avons dit, nous l’avons ratifié à tous les diplomates qui viennent en public ou en privé, aux hommes d’affaires d’Europe et des États-Unis: le Venezuela est prêt et prêt à remplir son rôle pour fournir le pétrole et le gaz que l’économie mondiale besoins, de manière stable et sécurisée, en coordination avec nos alliés et partenaires stratégiques de l’OPEP Plus », a-t-il déclaré.

Il a exhorté le secrétaire général à proposer à l’Organisation la croissance soutenue de l’OPEP plus jusqu’en 2030, « afin qu’elle oriente la conduite du marché pétrolier ».

Il a souligné le rôle négatif que les sanctions ont joué sur le marché pétrolier. « Les élites insistent sur des sanctions contre la Russie, qui insistent pour créer une crise énergétique », a prévenu le chef de l’Etat vénézuélien.

Il a qualifié d' »irrationnelles, injustifiées et illogiques » les sanctions promues contre la Russie, après le début, en février dernier, des opérations militaires spéciales sur Kyiv.

« Les sanctions imposées contre la Fédération de Russie, sur le pétrole et le gaz russes, ont entraîné le monde dans la folie que nous avons connue ces six derniers mois et qui a placé, au-dessus de tout, le monde dit occidental, l’Europe et les États-Unis États-Unis, dans une situation de crise dangereuse, pour la stabilité sociale, économique et politique de ces pays », a souligné le président vénézuélien.

Il a déclaré que dans la guerre contre la Russie, l’Europe est condamnée à perdre à tous égards. « Ce sont des éléments d’analyse que nous devons peser », a-t-il déclaré.

Lors d’une rencontre avec la délégation de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Maduro a appelé à la rationalité et à rechercher « les voies de la diplomatie et de la paix », menacées de sanctions contre la Russie.

« Nous appelons le monde à la rationalité et à rechercher les voies de la diplomatie et de la paix, à stabiliser l’incertitude et la menace des marchés du pétrole et de l’énergie de l’économie », a souligné Maduro.

Garanties sur le marché pétrolier

Le chef de l’Etat a souligné que l’Opep+ a garanti au monde que le pétrole n’a pas grimpé en flèche à 150 dollars le baril.

« Avec cela, il a misé sur l’équilibre et le fonctionnement financier global. Je suis pleinement convaincu que dans les circonstances que nous avons connues, le pétrole a été fixé au prix qu’il devrait être, ni plus ni moins », a-t-il déclaré.

Maduro considère que 100/dpb est un prix juste, pas moins que cela, un prix déjà assimilé par toutes les économies du monde et que c’est un message « très puissant » de stabilité et d’équilibre qui pourrait être envoyé par l’Opep+.

Il a insisté sur le fait qu’il a été démontré dans l’équilibre des approvisionnements, de l’offre, de la production, de l’offre et de la demande que le pétrole doit se situer autour de 100 dollars le baril.

« Face aux menaces de l’automne et de l’hiver occidental, depuis l’Opep+, nous pouvons envoyer un message de stabilité et d’équilibre et prendre les mesures correspondantes pour maintenir ce prix », a-t-il conclu.

«Nous, de l’OPEP+, pourrions envoyer un message très puissant de stabilité et d’équilibre, déplaçant tous les mouvements et actions correspondants, afin que le prix du pétrole soit maintenu de manière juste, nécessaire et équilibrée autour de 100 dollars le baril. Peut-être un peu plus, mais jamais moins. »

★★★★★