‘Major Bouvreuil’, homme fort de la répression de la dictature, est décédé

São Paulo – Le colonel de réserve Sebastião Rodrigues de Moura, plus connu sous le nom de Major Curió, est décédé aux premières heures de mercredi (17) à l’âge de 87 ans – il aurait eu 88 ans en décembre. Ancien officier du Centre d’information de l’armée (CIE) et ancien agent du Service national d’information (SNI), il a été l’un des principaux responsables de la répression de la Guerrilha do Araguaia, dans les années 1970, sous la dictature. L’une de ses dernières apparitions publiques a eu lieu au Palácio do Planalto. En 2020, le président Jair Bolsonaro, défenseur du régime autoritaire, l’a reçu. Il était hospitalisé depuis lundi (15) dans un hôpital de Brasilia et souffrait de septicémie (infection généralisée).

Ainsi, Bouvreuil a été le premier accusé au Brésil pour des crimes commis par des agents de l’État pendant la dictature. Le ministère public fédéral a déposé six plaintes contre lui, mais aucune n’a abouti. En outre, la Cour interaméricaine des droits de l’homme a condamné l’État brésilien en 2010 pour ne pas avoir enquêté sur les responsabilités dans l’affaire Araguaia. « Bulltail était une idole pour Bolsonaro », a écrit le chercheur et professeur Lucas Pedretti sur Twitter, qui a publié une lettre écrite en 1986 par l’armée à Jair Bolsonaro sur Twitter. « L’admiration était mutuelle. »

Militants exécutés

Le militaire lui-même a cédé une partie de ses dossiers au journal L’État de São Paulo, en 2009, révélant que 41 militants Araguaia ont été exécutés. C’était alors qu’ils étaient déjà pris au piège, sans présenter de danger. Dans les années 1980, il a été envoyé par le gouvernement dans la région de la Serra Pelada, pendant la période d’intense exploration aurifère. Il a été maire d’une ville qui porte son nom, Curionópolis (PA), et député.

En 2012, le journaliste Leonencio Nossa, de Estadão à Brasilia, a publié le livre Les bois! Major Bouvreuil et les Guérillas en Araguaia (Compagnie des Lettres). Il met en lumière deux aspects de la biographie du militaire. « Du côté de la lutte contre la guérilla, il faut souligner qu’il a été le premier agent à briser la loi du silence imposée par le Planalto, encore à l’ère militaire », dit-il. « En ce qui concerne la partie de Serra Pelada, le major Bouvreuil a occupé un vide de représentation dans tout Bico do Papagaio dans la transition entre la dictature et la démocratie. » Le journaliste rappelle également que, un demi-siècle plus tard, l’histoire d’Araguaia reste ouverte. « Le dossier CIE reste scellé. »

★★★★★