Marisa Midori parle du Brésil des manifestations – Jornal da USP

L’enseignant résume la situation des bibliothèques et parle de l’importance des manifestes pour un changement dans le scénario actuel

Continuer avec la dernière colonne Bibliomanie, qui a affronté un mois de juillet torride, marquée par des manifestations et des débats sur les livres et la lecture à la Bienal do Livro, la professeure Marisa Midori continue de parler de l’importance de discuter de la situation des bibliothèques qui, selon des données récemment recueillies entre 2015 et 2020, montrent que le Brésil a perdu 764 bibliothèques publiques.

Selon Marisa, la température ne devrait pas baisser en août et le Brésil est redevenu le pays des manifestes. Il y en a beaucoup, comme la Lettre aux Brésiliens pour la démocratie, formulée par des professeurs de la faculté de droit de l’USP, ou ColetivoUSP pour la démocratie, « qui diffuse son Manifeste sur les réseaux sociaux, mais qui a également promu et organisé des débats politiques pertinents pour la compréhension et la surmonter le scénario actuel », comme le rappelle l’enseignant.

Pour Marisa, les manifestes sont extrêmement importants, car ils permettent à l’opinion de participer au débat public, étayée par un document collectif. Le professeur cite des auteurs comme Marx et Engels, qui – comme disent les experts – ont inauguré ce genre, et espère que « nous nous inspirerons de ces manifestes pour un tournant de l’histoire ».


Bibliomanie
La colonne Bibliomanieavec le professeur Marisa Midori, est diffusé tous les vendredis à 9h00 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

★★★★★