Miguel Polo Polo ne veut pas de dialogue avec l’ELN et estime qu’il faut combattre le terrorisme

L’acceptation de José Félix Lafaurie à l’invitation que le président Gustavo Petro lui a faite de faire partie de la table des négociations de l’ELN n’a pas plu à plusieurs membres du Congrès, l’un d’eux, l’homme de Carthagène Miguel Polo Poloqui qualifie la décision de mauvaise le chef de l’union du bétail.

Le représentant à la Chambre, qui considère l’épouse de José Félix Lafaurie comme son mentor politique, Maria Fernanda Cabalen’a pas caché son mécontentement que l’un des principaux opposants au gouvernement de Gustavo Petro et l’épouse du sénateur le plus emblématique de l’opposition ait décidé d’être à la table des négociations avec le Armée de libération nationale.

Le représentant de la circonscription spéciale des Noirs et qui se démarque par son activité sur les réseaux sociaux avec des commentaires virulents et des réserves contre ceux qui ne font pas partie de ses affections, a déclaré, sans nommer José Félix Lafaurie, que vous ne pouvez pas négocier avec ceux qui ont versé le sang d’innocents.

« Le terrorisme ne se négocie pas, il se combat ! Vous ne pouvez pas négocier avec ceux qui ont versé le sang d’innocents et encore plus lorsqu’ils se sont excusés dans un idéal politique pour commettre leurs atrocités. »a publié Miguel Polo Polo sur son compte twitter.


La décision de José Félix Lafaurie, président de Fedegan, a été critiquée par plusieurs membres de la droite colombienne, à commencer par sa propre femmequi n’est pas d’accord avec les dialogues avec les groupes de guérilla, car ils ne voient pas de résultats positifs.

« Je pense que c’est un geste de Gustavo Petro, intelligent, mais je pense que puisqu’il gagne, il perd, car il donne une reconnaissance à un syndicat qui a été le plus touché dans toute l’histoire de la Colombie par la barbarie de la guérilla, y compris le THE N »a déclaré María Fernanda Cabal, épouse de José Félix Lafaurie.

Le Sénateur du Centre Démocratique, Colombe Valencel’un des plus actifs pour exprimer son opposition à chaque détermination du Gouvernement national, considère que le dialogue avec les guérillas renforcera l’impunité.

« Le problème n’est pas le dialogue, c’est à quoi ils l’utilisent. Le dialogue pour leur donner l’impunité et les récompenser par une représentation politique est inacceptable. »a souligné le sénateur Valencia.

L’ancien sénateur du Centre démocrate et l’un des uribistas les plus promus, Ernesto Macíasse montre plus dur avec Lafaurie et demande que le dirigeant syndical soit exclu du parti fondé par l’ancien président Alvaro Uribe Vélez et qu’il incarne la droite politique dans le pays, arguant que le président de Fedegan trahit les principes du syndicat en se faisant le porte-parole d’un gouvernement de gauche.

★★★★★