Mirandinos a célébré le 9e anniversaire du système de mission

Les installations de la cour intérieure de Cheo España, situées entre la rue El Junín et l’avenue Ribas de Ocumare del Tuy, dans l’État de Miranda, ont accueilli les membres des différentes missions sociales de l’entité, qui ont célébré le neuvième anniversaire du Système du Missions, Grandes Missions et Micro-Missions.

L’acte spécial a été organisé par le Conseil législatif de l’État bolivarien de Miranda (Clebm), en collaboration avec les différentes autorités de la région et les députés de l’Assemblée nationale.

L’avocate Johanna Gabriela Carrillo Malavé, présidente du Système des Missions et des Grandes Missions, a été l’oratrice de l’ordre.

Dans son allocution, il a souligné l’importance du renouvellement permanent des missions déployées sur tout le territoire et a invité la population à assumer et reconnaître les exigences de la nouvelle ère, qui passe par un processus de planification avec une méthode efficace pour le fonctionnement des missions. .

« Il ne faut pas laisser passer les critiques malsaines ou décidées à attaquer et reprendre les Missions. Le défi que nous avons est que nous travaillons avec le système Mission. Regardons nos besoins et nos priorités. Quel a été notre impact, notre combat (…) Nous devons relever ce défi et nous serons victorieux », a insisté l’avocat.

Le président du Système des missions et des grandes missions a rappelé le début des missions et des grandes missions créées par le président Hugo Chávez Frías « (…) nous continuons à être déployés sur tout le territoire malgré le fait que l’ennemi impérialiste nous ait attaqué ( …) ».

Carrillo Malavé a souligné la résistance du peuple vénézuélien à la guerre impériale. « Chacun de nous peut parler de la résistance et nous reconnaissons les exigences de la nouvelle ère à laquelle le président Nicolás Maduro nous a convoqués. » les incorporer et les ajouter aux différentes missions socialistes.

« Notre objectif et notre engagement sont de rechercher ces jeunes (…) Nous ne pouvons pas perdre un jeune de plus à cause de la drogue, de l’alphabétisation ou des vices. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons appeler ces compagnons missionnaires, nous devons les ajouter à cette nouvelle ère, ne pas laisser les critiques malsaines mettre fin à nos missions », a-t-il déclaré.

Le président a précisé que le défi auquel sont confrontés les missionnaires est de fonctionner à travers un système intégral de missions, en tenant compte de la cartographie et en hiérarchisant les besoins. « Nous avons un défi (…) c’est que personne ne soit laissé pour compte dans nos communications. Allons-y pour ces collègues qui sont déprimés et intégrons-les dans le système », a imploré le responsable.

Dans l’activité, les députés du Conseil législatif de Miranda ont décoré Carrillo Malavé de l’Ordre Manuelita Sáenz, Libérateur du Libérateur, dans sa seule classe, pour son travail en tant que promoteur de ce système de protection.

Le rôle fondamental des missions

« Les hommes et les femmes qui composent les différentes missions sociales jouent un rôle vital dans la construction des temps nouveaux », a déclaré le président du Conseil législatif de l’État bolivarien de Miranda (Clebm), le législateur Joan Contreras.

Au milieu de son intervention, le parlementaire régional a reconnu l’effort du gouvernement national dans le maintien du système de mission et a appelé les personnes présentes à accompagner toutes les entités qui sont en charge des affaires publiques, gouvernement, maires, députés et conseillers, à assumer un changement d’attitude et jeter les bases d’un possible Venezuela, là où se cristallise le projet de Simón Bolívar.

Contreras a réitéré l’importance du système missionnaire, qui est la base fondamentale pour construire le nouveau modèle de gouvernement que connaît la révolution, et a ajouté que « les missionnaires qui descendent dans la rue chaque jour méritent toute la reconnaissance possible car ils sont garants de la protection et bien-être.

Carmen Siberio, vice-présidente de la commission des finances du parlement régional, a argumenté sur le travail des hommes et des femmes qui ont piloté les différentes missions sociales garantissant la protection sociale de la population vénézuélienne.

« Le parlement régional est déployé sur tout le territoire à l’écoute de toutes les autorités, entités politiques et mouvements sociaux, connaissant les propositions que ces structures expriment pour le renforcement du travail qu’elles accomplissent au quotidien dans l’Etat », a ajouté le député.

Appel au renouvellement permanent

Dans le cadre du neuvième anniversaire du Système Chávez de Missions et Grandes Missions, le maire de la municipalité, Tomás Lander, Dayana Baez, a noté que les femmes ont un rôle important dans cette révolution bolivarienne, puisque la plupart sont issues d’une mission socialiste ; et a exhorté le renouvellement permanent et le travail pour l’amélioration du peuple vénézuélien.

« C’est un moment historique. Nous célébrons avec style le neuvième anniversaire du système de mission, créé par notre commandant Chavez, qui est devenu l’un des moteurs fondamentaux de notre peuple », a exalté le maire Báez et a félicité les chefs de rue récemment élus par le pouvoir populaire et les promoteurs de la travaux de transport qu’ils ont effectués dans chaque communauté de Mirandina.

«Grâce à ce système important aujourd’hui nos femmes et nos hommes peuvent exceller académiquement; nos personnes avec un certain handicap assistent à des journées sociales, je vous dis de mon expérience, car avant d’être maire j’étais missionnaire », a communiqué le maire.

Il a assuré que la municipalité de Tomás Lander fait la différence à Miranda grâce à l’organisation du secteur des femmes, qui, avec mysticisme et passion, consolide les rêves mystiques de la patrie. « Le Venezuela traverse des temps meilleurs, pour un nouvel espoir et dans cet espoir nous sommes tous ici ; Nous allons marquer l’histoire parce que le Venezuela a besoin de nous ensemble et ensemble », a soutenu Báez.

76 récompenses aux missionnaires de Miranda

Au cours de la session extraordinaire du Conseil législatif de l’État bolivarien de Miranda (Clebm), présidé par son président Joan Contreras, 76 prix ont été décernés à des personnalités éminentes de la région, avec les ordres Eulalia Buroz et Good Citizen.

Parmi les décorés figurent la maire Dayana Báez, la députée Zulibeth Briceño, les professeurs Argelia Castillo de Estrada et Edysbell Garrido de la Mission Sucre, entre autres personnalités.

L’activité a également inclus des parlementaires régionaux, le maire de la municipalité de Simón Bolívar, Saúl Rafael Yánez ; le commissaire José Luis García Pinto, président de l’Institut autonome de police de l’État bolivarien de Miranda (Iapem) ; ainsi que les députés de l’Assemblée nationale Sony Sánchez et Gabriela Peña ; et les conseillers de la juridiction.

★★★★★