PEC 125/11 : comprenez le débat sur les élections proches des vacances !

Nous savons que la participation au processus électoral par le vote est essentielle au plein exercice de la citoyenneté. Mais vous connaissez probablement quelqu’un qui a déjà arrêté d’aller voter pour partir en voyage, car le le jour des élections était proche d’un jour férié, N’est-ce pas?

Comment sont choisies les dates des élections ?

Au Brésil, selon la Constitution fédérale de 1988, les élections ont toujours lieu le premier dimanche d’octobre, au premier tour, et le dernier dimanche d’octobre, au second tour.

Cette règle s’applique à la fois aux élections du président, du gouverneur d’État et des maires et aux élections des députés fédéraux et d’État, des sénateurs et des conseillers.

Pour comprendre la différence entre scrutin majoritaire et scrutin proportionnel, cliquez ici !

L’exception s’est produite lors des élections municipales de 2020, qui, en raison de la pandémie de Covid-19, ont vu leur calendrier officiel reporté d’un peu plus d’un mois.

Il se trouve qu’en raison du point facultatif de la Fête du Serviteur, célébrée le 28 octobre, et de la fête des morts, qui a lieu chaque 2 novembre, il n’est pas rare que le second tour des élections soit proche de ces fêtes.

Et c’est précisément l’un des thèmes du Projet d’amendement à la Constitution – PEC 125/11. La PEC, en plus de s’occuper des élections proches des jours fériés, s’occupe également de changer le système électoral applicable aux postes législatifs (députés fédéraux, sénateurs, députés d’État et conseillers), de changer le vote proportionnel traditionnel en vote majoritaire par vote de circonscription, et propose l’établissement de quotas de femmes dans les chambres législatives, entre autres.

A partir du PEC 125/11 et des élections proches des jours fériés

Rédigé par le député fédéral Carlos Sampaio (PSDB/SP), PEC 125/11, visant à ajouter des dispositions à la Constitution fédérale pour interdire la tenue d’élections à une date proche d’un jour férié national, a été présenté le 13 décembre 2011.

Le PEC 125/11 fait partie d’un ensemble de propositions visant à amender la Constitution et d’autres lois qui font partie de la réforme politique et électorale actuellement en discussion au Congrès national.

La proposition initiale vise à ajouter les paragraphes 6, 7 et 8 à l’article 77 de la Constitution fédérale de 1988.

C’est précisément l’article 77 de la Constitution fédérale qui prévoit que les élections à la présidence et à la vice-présidence de la République auront lieu le premier dimanche d’octobre, au premier tour, et le dernier dimanche d’octobre, au second tour, le cas échéant, de l’année précédant la fin du mandat présidentiel en cours. D’autres dispositions de la Constitution fédérale adoptent cette même règle pour les élections des gouverneurs et des maires et de leurs adjoints respectifs.

Le texte original de la PEC 125/11 entend inscrire dans la Constitution dispositive que les élections, au premier et/ou au deuxième tour, n’ont pas lieu à de telles dates si elles sont fête nationale le jeudi ou le vendredi précédent, ainsi que le lundi ou le mardi suivant le jour du scrutin, auquel cas les élections auraient lieu le dimanche suivant.

La proposition prévoit également que si l’élection du premier tour est reportée, et si le second tour est nécessaire, elle sera également automatiquement reportée.

Enfin, le texte original prévoit que ces nouvelles règles s’appliquent également aux élections des gouverneurs, des sous-gouverneurs, des maires et des adjoints au maire.

Il convient de rappeler que les élections pour les postes du pouvoir législatif (députés fédéraux, sénateurs, députés d’État et de district et conseillers) ont lieu en même temps que les élections pour les postes correspondants du pouvoir exécutif, il n’est donc pas nécessaire de prévoir expressément leur report. .

La justification présentée par le député Carlos Sampaio (PSDB/SP), auteur de la proposition, mentionne qu’en raison de la coïncidence que le second tour des élections se déroule à l’approche de la fête des morts (2 novembre), « … il n’y a pas quelques résultats électoraux, à travers le pays, dont la légitimité est remise en cause, attribuant la victoire, de tel ou tel candidat, à l’évasion des électeurs le jour du scrutin, qui se sont déplacés pour leurs loisirs le week-end du scrutin.« 

L’auteur de la proposition fait valoir que, comme voter au Brésil est obligatoire, il appartient au Pouvoir Public d’adopter toutes les mesures nécessaires pour que le vote soit pleinement exercé.

Lire aussi : pourquoi le vote n’est-il pas facultatif au Brésil ?

Traitement du PEC 125/11

Bien que le PEC 125/11 ait été présenté le 13 décembre 2011, ce n’est qu’en 2015 qu’il a reçu un avis favorable de la Commission de la Constitution, de la justice et de la citoyenneté, ayant comme rapporteur le député fédéral de l’époque Rodrigo Pacheco (PMDB/MG).

Après encore de nombreuses années de statu quo, en 2021, une commission spéciale a été créée pour analyser et émettre un avis sur la faisabilité de la proposition, présidée par le député Luis Tibé (AVANTE/MG) et avec la députée Renata Abreu (PODE/SP) comme rapporteur.

Par arrêté du comité spécial, entre le 26 mai et le 30 juin 2021, plusieurs audiences publiques, afin d’obtenir des subventions pour l’analyse non seulement du PEC 125/11 mais aussi de plusieurs autres propositions qui composent la réforme politique et électorale actuellement en discussion au Congrès national.

Lors du traitement du PEC 125/11, 14 amendements ont été présentés, mais un seul d’entre eux, l’amendement n° 7, rédigé par le député Igor Timo (PODE/MG), a obtenu le nombre minimum de signatures.

Le 13/07/2021, la commission spéciale a terminé ses travaux et l’avis de la rapporteure adjointe Renata Abreu (PODE/SP) a été présenté, qui s’est prononcée en faveur de l’approbation de l’amendement n° 7 et du PEC 125/11 avec un remplaçant. Un substitut est utilisé lorsque l’auteur suppléant de la proposition ou tout autre suppléant présente un nouveau texte pour remplacer le texte original.

Dans le cas du PEC 125/11, le suppléant est signé par le rapporteur de la commission spéciale, la députée Renata Abreu.

Avec cela, le PEC 125/11, qui à l’origine ne traitait que des élections proches des vacances, a également commencé à traiter plusieurs autres sujets, parmi lesquels nous soulignons : quotas pour les femmes dans les chambres législatives (Chambre des députés fédéraux, Sénat fédéral, Chambre des députés d’État et de district et Chambre des conseillers) ; et mise en œuvre du vote à la majorité et par circonscription pour les élections des postes du pouvoir législatif aux niveaux fédéral, étatique et municipal.

Et vous, pensez-vous que si les élections n’avaient pas lieu à l’approche des vacances, nous aurions moins d’abstention ? Dites-nous ce que vous pensez de ça.

LES RÉFÉRENCES

BRÉSIL, Constitution fédérale de 1988

BRÉSIL, Chambre fédérale des députés


★★★★★