Personne ne vous remerciera

28 mars 2021 – 06h50


Pour:

Francisco José Lloreda Mera

Le gouvernement aurait pu être fou et ne pas s’épuiser avec une réforme fiscale, qui sera un chemin de croix avec un épilogue incertain. Mais il a décidé de le présenter, car c’est le plus responsable avec le pays. Ce qui est triste, c’est que personne ne l’appréciera, pas même le nouveau gouvernement, et il sera utilisé politiquement car il coïncide avec un moment d’enrôlement électoral et la capacité fiscale de la majorité est affectée. Plongeons dans cette réflexion.

La pandémie a eu un effet dévastateur sur les finances publiques.
Pour faire face à l’urgence sanitaire, atténuer la crise des familles les plus vulnérables et éviter les licenciements massifs dans des entreprises de différentes tailles, le gouvernement a alloué plus de 35 milliards de dollars. Pour ce faire, il a gratté le pot et s’est endetté davantage. À ce qui précède s’ajoute la baisse de l’économie de plus de six pour cent, ce qui se traduira par une baisse de la collecte en 2021.

Bien que l’économie commence à se redresser et devrait croître de plus de 4% cette année, il ne semble pas y avoir beaucoup d’alternatives pour compenser l’écart créé par le covid et financer les dépenses récurrentes et certains investissements. La seule option, selon les experts, est une autre option fiscale, dans laquelle l’exécutif aspirerait à lever 25 milliards de dollars; un chiffre ambitieux si l’on se souvient que ces derniers, cumulés, ne se rapprochent pas de cette valeur.

La discussion sur la pertinence d’une taxe n’a pas été facile pour le moment. Apparemment, les agences de notation du risque puniraient le pays s’il ne se présentait pas. Ils ne comprennent clairement pas que le remède peut être pire que la maladie car on ne sait pas ce qui en résultera: un grotesque ou quelque chose de raisonnable. Un bon comportement macroéconomique, ayant été l’un des élèves sages de la région, est de peu d’utilité; le pragmatisme froid prévaut.

Mais ce ne sont pas seulement les agences de notation qui ont insisté sur la réforme.
Différents experts soulignent son urgence et les idées prolifèrent, et comme cela arrive souvent dans un pays où l’opinion et la vanité ne manquent pas, la seule réforme qui passe le test est celle que chacun a en tête, après l’avoir passée au crible du personnel. et les affections politiques. Par conséquent, il ne faudra pas longtemps pour que le niveau de décibels augmente dans la diatribe vers le gouvernement.

À ce qui précède, nous devons ajouter le facteur politique. Le Congrès, contrairement à ce que beaucoup pensent, a été responsable et rigoureux dans ses procédures législatives quand il le voulait. Mais ce n’est pas une situation facile. On pourrait croire que peu de gens sont prêts à faire un effort supplémentaire en adoptant des taxes impopulaires qui, à leur avis, sont nécessaires. Par conséquent, il est fort probable qu’il s’agira d’une réforme disparate, les taxant davantage et le populisme fiscal régnant.

Avec un autre ingrédient: personne ne veut payer plus d’impôts. Au-delà de la complexité du moment, il y a l’ennui et la colère face à la corruption, surtout dans certaines régions. Il n’y a pas de taxe qui puisse durer ou compenser la putréfaction à laquelle nous sommes parvenus. De véritables solutions n’émergent pas non plus pour réduire la fraude fiscale et en particulier les dépenses publiques. Au contraire, il y a une obsession à continuer de gonfler l’État, sachant son inefficacité avérée.

La Colombie ne peut pas continuer à imposer chaque année, ce qui nuit à la confiance dans l’État. Ce serait un vrai miracle si le système fiscal fonctionne bien, en raison des efforts accrus du gouvernement et de certains membres du Congrès. Le président est très responsable et le ministre des Finances est courageux, eh bien, je le répète, personne ne le remerciera, ni maintenant ni jamais, car c’est un pays d’ingrats. Ce qui est pire et très dangereux: ce sera un terreau fertile, délicieusement aguerri, pour enivrer les élections de 2022.
L’artillerie démagogique commence déjà à se faire entendre.
.Suivez sur Twitter @FcoLloreda

★★★★★