Pétro causal du divorce ? Voici ce que María Fernanda Cabal a dit à propos de son mari comme négociateur avec l’ELN

Depuis avant d’arriver au pouvoir, Le président Gustavo Petro est resté dans son idée de parvenir à une « paix totale » avec tous les groupes armésCependant, la réactivation des négociations avec l’ELN est peut-être l’accord le plus important pour faire un pas en avant avec ce qui serait un nouvel accord de paix.

Bien que le gouvernement national ait déjà commencé à confirmer qui composera la table de dialogue, le président Petro a fait un « jeu » intelligent que beaucoup désignent comme le vrai pari de la paix avec les adversaires et les supporters.

Ce qui précède, après avoir appris que le président de Fedegán, José Félix Lafaurie, fera partie de l’équipe de négociation du gouvernement dans les dialogues de la paix avec l’ELN, un coup de maître qui sur tous les fronts a suscité des réactions de toutes sortes.

Cela est dû à la grande pertinence que Lafaurie a dans ces conversations, puisque sa femme est le visage le plus visible de l’opposition au gouvernement Petro. le sénateur Maria Fernanda Cabalequi n’est pas seulement identifiée par ses déclarations fortes, est maintenant celle qui est au milieu de ces dialogues, puisqu’il faut rappeler que la députée du Centre démocrate a été catégorique dans son désaccord pour négocier avec le groupe de guérilla.

Cabal, qui a sa propre présence, a décidé de se référer à la position de son mari dans la négociation de la paix avec l’ELNcar depuis la publication de la nouvelle, les partisans de la députée lui ont demandé de s’exprimer sur le sujet.

« Je n’apaiserai jamais un groupe qui a mené des actions criminelles, qui ne se justifient sous aucune couverture idéologique ou révolutionnaire », a écrit Cabal sur son compte Twitter.

Ainsi les choses, Magazine hebdomadaire s’est entretenu exclusivement avec la sénatrice de l’opposition à qui on a d’abord demandé : « Que pensez-vous de l’arrivée de votre mari, José Félix Lafaurie, comme négociateur de paix avec l’ELN ?», à quoi Cabal a répondu.

« Je pense que c’est une pièce de Gustavo Petro, intelligent, mais je pense qu’au fur et à mesure qu’il gagne, il perd, parce qu’il donne une reconnaissance à un syndicat qui a été le plus touché dans toute l’histoire de la Colombie par la barbarie de la guérilla, y compris l’ELN », a expliqué le sénateur à La semaine.

Suite à cela, le journal lui a demandé si la présence de Lafaurie à la table de dialogue avec l’ELN va modifier sa position d’opposante au gouvernement ou devant cette guérilla, à laquelle elle a carrément répondu :

« Je ne changerai jamais d’avis. En fait, c’était une dispute avec lui, parce que l’un est son rôle de dirigeant syndical et l’autre est le mien, qui est une opposition farouche, sérieuse et avertie. Je connais l’origine de cette guérilla, ses relations avec d’autres guérillas d’Amérique latine. Je sais aussi quel est votre niveau de « pathologie de gauche », d’endoctrinement, de déformation de l’évangile, par exemple. C’est très difficile de dialoguer avec une guérilla et je ne suis optimiste sur aucun résultat », a-t-il déclaré.


★★★★★