Près de la moitié des ajustements salariaux ont perdu l’inflation en juillet. Dans l’année, 44% sont en dessous de l’INPC

São Paulo – Le résultat des campagnes salariales conclues en juillet a entraîné des réajustements salariaux moins bons par rapport aux mois précédents. Près de la moitié des réajustements (47,3%) étaient inférieurs à la variation mesurée par l’INPC-IBGE, selon Dieese. Un autre 31,8% a enregistré des gains réels et 20,8% étaient équivalents à l’indice officiel, qui reste dans la fourchette à deux chiffres. L’IPCA sur 12 mois, jusqu’en juillet, totalise 10,07 % et l’INPC, 10,12 %.

Ainsi, l’évolution réelle moyenne des revalorisations salariales en juillet est à nouveau négative : 1,10 %. Seuls les accords avec une augmentation réelle avaient une moyenne de 0,39%. Et ceux en dessous de l’INPC ont enregistré une variation de -2,57%.

De janvier à juillet, le bilan est également défavorable aux travailleurs. Seuls 20,7% des recalages ont dépassé l’INPC. Un autre 35,4 % correspondait à l’inflation accumulée et 43,9 % se situaient sous l’indice. L’écart moyen est de 0,84 %.

secteurs économiques

Parmi les secteurs, le commerce compte 69,6% d’accords de réajustement salarial égal ou supérieur à l’inflation, pour une moyenne générale de 56,1%. Dans l’industrie, il y en a 65 %, mais c’est le segment qui enregistre la part la plus élevée d’augmentations réelles (26,9 %). Dans le secteur des services, en revanche, plus de la moitié (52,6%) était en dessous de l’INPC.

Toujours dans l’année, la valeur moyenne des planchers d’admission est de 1 513,27 R$, soit près de 25 % au-dessus du salaire minimum. Le plus important provient du secteur des services (1 527,23 R$) et le plus petit du secteur rural (1 471,97 R$).

Proposition de frais bancaires

Avec comme date de référence le 1er septembre, les employés de banque facturent la présentation d’une proposition économique par la Fédération nationale des banques (Fenaban). Hier, le 11e cycle de négociations a eu lieu.

« Les banques n’ont pas encore apporté de proposition pour augmenter les salaires et autres fonds économiques, ni pour l’indemnité des employés de banque qui effectuent leurs tâches en télétravail », a critiqué le président de la Confédération nationale des travailleurs de la branche financière (Counterf-CUT), Juvandia Moreira, l’une des coordinatrices du Commandement national. « Il est important d’avancer sur les questions de lutte contre le harcèlement sexuel et le harcèlement moral, ainsi que sur le télétravail, mais nous voulons aussi avancer sur l’augmentation réelle. Les employés de banque et les banquiers paient la vie cher, avec le retour de l’inflation, tout est très cher », a-t-il ajouté.


★★★★★