Quelle est la proposition ?

Un déficit inquiétant présente la couverture de SOAT en Colombie au milieu de l’augmentation du nombre d’accidents et de décès sur les routes. Cette situation inquiète le gouvernement national, car ces ressources sont essentielles à la sécurité routière et aux plans d’infrastructure qui seront promus pendant le mandat présidentiel.

En ce sens, le ministre des Transports, Gérard Reyesa noté que l’une des mesures pour lutter contre la fraude consistera à obliger les propriétaires de véhicules du pays à souscrire une assurance obligatoire (SOAT).

Dans le cadre de la Convention internationale d’assurance, organisée par Fasecolda à Carthagène, Reyes a déclaré que le gouvernement obligera les Colombiens à avoir SOAT « non seulement pour ajouter un coût, mais pour protéger la vie, non seulement du conducteur de la route, mais aussi de les autres personnes qui circulent sur les routes du pays.

Ce sera l’une des propositions de l’exécutif pour la Table interinstitutionnelle, qui comprend la participation des ministères de la Santé, des Finances et des Transports ; les Surintendances des Transports et des Finances, l’Administrateur des Ressources du Système Général de Sécurité Sociale en Santé et l’Agence Nationale de Sécurité Routière.

Evasion, fraude et accidents, Ce sont des facteurs qui préoccupent actuellement le ministère des Transports et les autres entités mentionnées, sachant que, depuis 2016, 4,1 millions de véhicules neufs sont entrés dans le parc national (32,5 % de plus).

De plus, 2021 a vu le plus grand nombre d’immatriculations de motos au cours des 12 dernières années, un secteur qui représente plus de 70 % de tous les véhicules mis en circulation. Cependant, sur les 17,3 millions de véhicules en Colombie, 8,17 millions n’ont pas le SOAT en vigueur, ce qui représente près de 50% du parc automobile.

« En principe, les politiques et les chiffres du SOAT devraient augmenter », a estimé Reyes, déclarant que l’évasion se heurte aux plans de sécurité routière puisque le SOAT protège toutes les personnes impliquées dans des accidents de la circulation.

A son tour, le responsable du portefeuille a souligné : « Quand on se demande pourquoi le secteur de l’assurance ne veut pas émettre de SOAT, la justification se trouve dans ces chiffres. C’est une assurance sous-financée en raison de l’irresponsabilité des Colombiens à se conformer à cette obligation.

Pour cette raison, Reyes considère que la seule façon pour le SOAT d’être en vigueur est qui est requis pour toutes les procédures qui doit être fait devant les bureaux de transit et de transport. De cette façon, il serait possible de lutter contre l’évasion.

« La seule façon dont nous pourrons forcer ces 50% qui n’ont pas de SOAT en Colombie est par la force et est d’exiger qu’ils aient du SOAT pour toute procédure qui doit être effectuée », a déclaré le ministre, qui ajoutent qu’ils doivent favoriser des mécanismes de recouvrement coercitifs lorsque la date d’entrée en vigueur est dépassée.

L’initiative sera incluse dans un projet de loi sur la sécurité routière qui sera présenté par le ministère des Transports et une circulaire qui obligera toutes les entités à ne pas effectuer de démarches sans vérifier le SOAT.

★★★★★