Quelque chose ne tourne pas rond

07 février 2021 – 06h50
Pour:

Francisco José Lloreda Mera

Dans une enquête récente, la firme Invamer indique que 75% des Colombiens pensent que la situation en Colombie empire. À quelques exceptions près, il dit que le pays craque dans tout. J’ai toujours été frappé par ces types de mesures qui cherchent à déchiffrer l’humeur des gens avec des questions aussi génériques que «les choses en Colombie» et si commencer les questionnaires avec ce type de questions fausse les réponses qui suivent.

Les experts en statistiques et en études d’opinion diront sûrement que c’est intentionnellement large et ambigu, parce que c’est le moyen de frapper un sentiment spontané et sans méfiance. Peut-être qu’ils ont raison. Cette même enquête établit que depuis le gouvernement Samper, il y a 26 ans – à l’exception de sept des huit années d’Uribe et de quelques mois de Santos – la majorité des Colombiens pensaient que «les choses» avaient empiré, c’est-à-dire plus de 20 ans.

Les données nuancent cette perception. Entre 2000 et 2018, le taux d’extrême pauvreté est passé de 19,0 à 7,2% et le taux de pauvreté multidimensionnelle de 30,4 à 17,5% entre 2010 et 2020, et la classe moyenne est passée de 23,2 à 30,9% entre 2009 et 2017. Bien sûr, dans le Pacifique et dans certaines régions des Caraïbes et dans de nombreux centres urbains, la pauvreté est écrasante. Mais l’un est la Colombie d’il y a 26 ans et l’autre celle de 2021, avec de bons et de mauvais gouvernements.

La même chose se produit avec d’autres indicateurs. L’accès à l’enseignement secondaire est passé de 62 à 72% entre 2005 et 2018, et dans l’enseignement supérieur de 15,3 à 52,0% entre 1996 et 2018; là où nous continuons à craquer, c’est dans la qualité de l’éducation, en particulier dans les niveaux de base et moyen. En matière de santé, la couverture est passée de 23,7 à 95,2% entre 1993 et ​​2020; Il y a encore de sérieux problèmes d’accès et de qualité dans certaines régions, mais le bond que le pays a fait est indéniable.

Dans les services publics, la couverture en électricité est de 97,0%, en aqueduc de 86,9% et en égouts de 74,6%. En gaz naturel, nous sommes passés d’une couverture de 35,3 à 64,4% entre 2003 et 2018. Dans les infrastructures routières, rien qu’au cours de la dernière décennie, elle est passée de 700 à 2279 kilomètres en double voie, et entre 1992 et 2019, le transport aérien est passé de 8,0 à 41,2 millions de passagers. Des données qui reflètent une amélioration de la qualité de vie.

Je pourrais présenter d’autres chiffres encourageants, mais ce n’est pas l’objectif. De plus, nous avons mille problèmes, entre autres en termes de chômage et d’insécurité et de corruption endémique et dégoûtante. Et à cause de la pandémie, des milliers d’entreprises ont fait faillite ou ont de l’eau autour du cou, et nous allons aggraver la pauvreté. Je veux attirer l’attention sur la manie de voir presque toujours le verre à moitié vide: penser que le pays est toujours, à quelques exceptions près, en constant déclin.

Et il est frappant que «les choses empirent» pour la grande majorité, mais à l’époque sans TVA, les transactions dépassaient 9 milliards de pesos et la construction et la vente de logements dans toutes les strates montaient en flèche, avec une croissance de 26%; Deux exemples. Le fait que nous soyons emportés par le diable et le sondage Gallup et le National Consulting Center pour la énième fois indiquent que les Colombiens sont les plus heureux du monde.

Il parle bien d’une société exigeante et qui n’est pas facilement satisfaite, et il y a sans aucun doute des raisons de s’inquiéter de la direction que prend le pays à court terme, notamment en politique. Mais quelque chose ne va pas, entre la perception et la réalité. Les êtres humains sont plus émotifs que rationnels et le pessimisme et l’optimisme sont contagieux et créent des perceptions et des réalités. Que ferait la Colombie si, en plus des grandes avancées décrites, nous avions une meilleure attitude. Il est temps de valoriser davantage ce que nous avons construit en tant que société.

Suivez sur Twitter @FcoLloreda

★★★★★