QU’EST-CE QUE L’EXEMPTION DE SALAIRE

Qu’est-ce que la « réduction des charges sociales » ?

Si vous avez l’habitude de suivre l’actualité, vous avez certainement lu un titre similaire à celui-ci : « Exemption de sanctions du président pour les secteurs de l’économie » ; « Les hommes d’affaires prétendent que l’économie serait mise à mal avec la fin des allégements fiscaux » ; ou encore « l’exonération de la masse salariale générera des impacts fiscaux ».

Mais, après tout, qu’est-ce qu’un allégement des charges sociales ? Quel est son impact sur la vie quotidienne des Brésiliens ? Quels sont ses effets économiques sur le chômage et les recettes publiques ? Dans ce texte, vous comprendrez mieux ce qu’est cette mesure, qui a été une mesure importante de la politique économique.

Lire la suite de : Qu’est-ce que l’économie ?

Que signifie « allégement des charges sociales » ?

L’exonération des charges sociales a été créée en 2011 par la loi n°12 546. Depuis lors, c’est devenu une expression répétée jusqu’à l’épuisement dans les journaux, les débats, les livres et plusieurs autres fronts du débat politique et économique. Et pas par hasard : cette exonération fiscale a été utilisée et discutée par des politiciens de différents courants idéologiques comme mécanisme de lutte contre le chômage et, donc, comme stimulus économique.

C’est pourtant, comme toute politique économique, une question controversée, défendue par les uns et critiquée par les autres. Et même au centre de tant de litiges, les exonérations fiscales restent un terme inconnu pour la plupart des citoyens. De nombreux Brésiliens ne connaissent pas les impacts que cette mesure a eu et continue d’avoir sur leur vie.

La décharge signifie l’élimination du fardeau. En d’autres termes : lorsque le gouvernement décharge quelque chose ou quelqu’un, il libère cette personne d’une certaine charge ou taxe. La paie, quant à elle, est un document qui contient la rémunération d’un employé, laquelle est assujettie à divers impôts à payer par l’employeur. Par conséquent, libérer la masse salariale revient à réduire les impôts, ou le fardeau, que l’employeur aurait à payer au gouvernement par rapport à ses employés.

Comment ça marche en pratique

En pratique, l’exonération de la masse salariale signifie que la contribution obligatoire que l’employeur doit verser à la pension publique, plutôt que sur la masse salariale, commence à se concentrer sur les revenus de l’entreprise. Cela permet aux entreprises d’embaucher plus d’employés sans nécessairement entraîner une augmentation de la charge fiscale qu’elles doivent payer. De même, les entreprises qui gagnent plus devraient apporter une contribution plus importante.

L’objectif de cette mesure serait donc de stimuler le maintien des emplois en réduisant le coût de maintien d’un salarié, ainsi qu’en augmentant la compétitivité des entreprises. L’exonération salariale devait être limitée à quelques secteurs, initialement quatre. L’avantage, cependant, s’est accru au fil du temps et en 2014, il a déjà atteint 56 secteurs de l’économie.

Quels ont été et quels sont les effets de l’allégement des charges sociales ?

Comme toute mesure économique, l’exemption comporte des avantages et des inconvénients. Comme indiqué, le principal argument en faveur de l’exonération fiscale serait le maintien des emplois et l’augmentation de la compétitivité des entreprises nationales par rapport à leurs concurrentes sur le marché international. Cependant, il est important de se rappeler que l’exonération salariale est une exonération fiscale. Autrement dit : le gouvernement, par son intermédiaire, cède une partie de ses revenus, en l’occurrence, destinés à la Sécurité sociale. Par conséquent, un préjudice serait la détérioration du cadre budgétaire du pays.

L’exemption est en vigueur jusqu’à fin 2021 et son renouvellement ou non est une cible constante de débats entre divers acteurs du scénario politique et économique brésilien. De nombreux hommes d’affaires, favorables à la mesure, estiment que son abrogation pourrait augmenter le chômage du pays et que des démissions comme celle-ci sont indispensables car elles diminuent le coût du maintien d’un salarié. Ils disent également que cette mesure favorise principalement les micro et petites entreprises, qui souffrent le plus des impôts au Brésil.

De nombreux groupes, cependant, sont contre l’exemption, ou du moins la façon dont elle est mise en œuvre. Le principal argument contre les exonérations est lié à leur coût pour les caisses publiques. L’estimation du Federal Revenue est que le gouvernement ne collecterait pas 10 milliards de reais avec cette dérogation en 2021. Avec cela, la difficulté pour le gouvernement de payer ses factures, ainsi que de supporter les coûts de la sécurité sociale et d’autres services, augmente. fournis à la population. Ainsi, la dette publique augmente et la capacité du Brésil à contracter des emprunts se dégrade.

En outre, beaucoup prétendent que les avantages pour certaines entreprises finissent par accroître la complexité fiscale au Brésil, rendant difficile la planification des entreprises et provoquant des distorsions, et que les critères derrière le choix de ces entreprises ne seraient pas clairs, motivant même des accusations selon lesquelles il y aurait être une influence illicite des secteurs bénéficiaires au sein du gouvernement. Enfin, certains acteurs opposés à cette mesure estiment qu’elle n’a pas fait ses preuves dans la lutte contre le chômage, ne servant qu’à augmenter le taux de profit des entrepreneurs bénéficiaires.

Au vu de ces points, beaucoup insistent sur le fait que la situation économique serait encore pire sans les réductions d’impôts, et que leurs avantages l’emportent sur leurs inconvénients. Plusieurs agents pensent pourtant le contraire et défendent donc sa restriction à certains secteurs stratégiques, comme on l’aurait pensé au départ, voire l’abrogation complète de la mesure. D’autres croient, oui, à l’importance des allégements fiscaux pour le maintien des emplois, mais ils reconnaissent les critiques, arguant par exemple que l’allégement fiscal soit étendu à tous les secteurs, afin de réduire la complexité fiscale et qu’en retour, nouvelles taxes créées, comme le CPMF.

A voir aussi sur notre chaîne Youtube :

LES RÉFÉRENCES:

Dilma sanctionne l’exonération des charges sociales et le droit de veto pour le secteur de l’habillement – 09/01/2015 – Marché – Folha de S.Paulo

L’allégement des charges sociales d’ici 2021 préservera les emplois et en créera de nouveaux, selon les entrepreneurs

Tout comprendre du « CPMF numérique » dans la réforme fiscale !

Exemption de salaire – Diário do Comércio (diariodocomercio.com.br)

L12546

Exemption de la paie – Revenu fédéral

AFONSO, JR; Pinto, VC (2014) « Composition de l’exemption (complète) de la masse salariale » ; Texte à discuter, n. 41, IBRE-FGV. Disponible sur :

Carvalho, Laura. 2018. Valse Brasileira : du boom au chaos économique. 1ère édition éd. São Paulo : Cependant.


★★★★★