Qui est qui dans l’affaire Monomers ? Les opposants qui ont arnaqué l’Etat

La stratégie du gouvernement des États-Unis pour s’approprier les avoirs des Vénézuéliens s’effondre, et avec elle les complots corrompus et leurs acteurs sont révélés.

Si nous localisons les responsables, la plupart sont des visages familiers et d’autres moins, des gens qui ont insisté pour élever un discours pour la prétendue défense des Vénézuéliens, alors qu’en réalité ils ont essayé de piller les entreprises nationales ; L’un de ces cas était l’industrie des engrais Monómeros, une filiale de Pequiven située à Barranquilla, en Colombie.

Grâce à une fausse réunion imposée à Monómeros par l’ancien député Juan Guaidó et le soi-disant G4 (Action démocratique, Volonté populaire, Première justice et Un temps nouveau), qui a été approuvé par les députés de l’Assemblée nationale élus en 2015, ils ont détourné pour la filiale PDVSA.

Le secrétaire national du groupe d’opposition Alianza del Pencil, Ismael León, a fustigé « les députés qui auraient participé aux nominations », à qui il a demandé : « venez aux médias et montrez votre visage ».

La société était considérée comme l’une des plus grandes filiales de PDVSA qui exerce ses activités à l’étranger, dans presque les mêmes conditions que Citgo. Les experts assurent que Monómeros est resté solvable en 2014, 2015, 2016 et 2017, des années avant que les sanctions illégales des États-Unis ne soient prononcées. Selon la Surintendance des entreprises de Colombie, depuis 2014, Monómeros a généré des bénéfices entre 10 et 20 millions de dollars par an ».

Déjà pour 2018, avec les restrictions des sanctions, l’entreprise a généré des pertes de 17 744 millions de dollars. Après l’installation de l’administration de Juan Guaidó dans l’entreprise en 2019, en complicité avec Iván Duque, le gouvernement américain a cessé de considérer Monómeros comme une cible, malgré les sorties constantes de capitaux pour satisfaire les exigences des intérêts partisans et les contrats qui ont laissé des hauts-commissariats. pour le conseil d’administration provisoire, les pertes de Monómeros étaient représentées à 6 862 millions de dollars.

En 2021, la fausse directive de Guaidó annonçait que le montant de ses gains était supérieur à 51 000 millions de dollars. Ce bilan a été démenti par l’ancien député José Luis Pirela, de la Fraction 16 juillet d’opposition, lié à María Corina Machado.

« Le nouveau mensonge du conseil d’administration de Monomers est d’afficher des chiffres inventés avec un faux succès, c’est pourquoi ils n’ont jamais facilité la réalisation d’un audit externe fiable », a-t-il déclaré.

Iván Duque, Juan Guaidó et les dirigeants de l’opposition ont choisi les dirigeants.

Parmi les plaintes qui ont été traitées figurait le fait que la première année de la directive ad hoc, elle autorisait un fonctionnement avec des coûts élevés qui affectaient les caisses de la société d’État, en plus de l’attribution de paiements et d’avantages aux membres du comité exécutif de ladite société. , qui a atteint les 4 millions de dollars.

Une autre irrégularité était un déficit de trésorerie, qui se traduit par le retard de plus de 45 jours dans les paiements aux fournisseurs de matières premières et de services. Pendant ce temps, le député de l’opposition José Brito a accusé le conseil ad hoc de fournir de l’urée aux cartels de la drogue en Colombie, ainsi que de payer des commissions pour les contrats.

Du sommet à la fosse. La masse salariale de Monómeros compte plus de 600 employés directs et la capacité de générer 1 500 emplois indirects supplémentaires.

Parmi les points forts de Monómeros, il y avait la forte demande d’urée dans la campagne colombienne. Les producteurs avaient un accès direct à ces intrants. On estime que le marché dominé par les Monomères était de 50 %.

En d’autres termes, c’était la représentation de la stabilité pour les secteurs de l’industrie alimentaire, dans une grande partie de la Colombie, qui pouvaient réduire les coûts grâce à des subventions et économiser sur l’importation de fournitures, puisqu’ils disposaient des intrants dont ils avaient besoin dans les cycles de production.

Alors que l’État vénézuélien était aux commandes de l’entreprise, il se positionnait comme l’un des principaux fournisseurs du secteur agro-productif colombien.

Mais, en 2019, Monómeros a été déclarée future financièrement non viable par la Surintendance colombienne des associations, une instance qui a détecté un déficit de sa trésorerie, avec des pertes de 30 millions de dollars au cours de cette année.

Au premier semestre 2020, Carmen Elisa Hernández, présidente du conseil ad hoc Monómeros nommée par Guaidó, a présenté un bénéfice d’exploitation de 10 millions de dollars. Contradictoirement, au dernier trimestre de 2021, (Hernandez a démissionné de son « poste il y a quelques jours »), ils déclaraient une urgence et annonçaient qu’ils adhéraient au plan de sauvetage colombien ; une stratégie couverte par le décret 560 publié en 2020, qui établit des avantages temporaires et des mesures de protection pour les entreprises touchées par la pandémie de covid-19.

Par la suite, la Surintendance des entreprises de Colombie a détecté des irrégularités financières et administratives, pour lesquelles elle a indiqué qu’elle devait émettre une ordonnance de soumission et de contrôle.

Le bilan révélé a souligné que Monómeros était passé d’un bénéfice de 24 245 millions de dollars en 2017 à une perte de 62 785 millions de dollars en 2021.
Au début de cette année-là, Guillermo Rodríguez Laprea a été nommé directeur général de Monómeros pour remplacer Gustavo Sol, par accord unanime des partis politiques qui ont soutenu le mandat intérimaire de Guaidó.

Cet opposant farouche a été mis en cause pour son opacité dans la gestion de l’entreprise. Et les plaintes ne provenaient pas seulement du camp anti-chaviste mais des travailleurs des Monómeros eux-mêmes. Trois mois après sa prise de fonction, le syndicat des travailleurs de la filiale l’a accusé d’avoir signé un contrat désavantageux avec une entreprise sans antécédents dans le domaine agricole (Lion Street Ventures Corp).

La pression pour cette irrégularité était si grande qu’il a dû annuler ledit contrat, dans lequel il a donné 60% des bénéfices à ce partenaire.

Après ces résultats, l’ancien député Pirela a déclaré avoir un mémoire de 39 pages avec plus de 315 pages qui étayent la plainte de vol, corruption, enrichissement illicite de particuliers, omission de plaintes de particuliers, pots-de-vin, faveurs dans l’exécution de contrats .avec des surtaxes qui affectent les actifs de l’entreprise, entre autres.

Tout se lit comme une série d’affiliations négatives qui ont fini par transformer l’entreprise en une dépossession de ce qui était autrefois l’une des principales industries d’engrais de la région.

Sur la base de cette situation, la Surintendance des entreprises a pris le contrôle de l’industrie et, le 10 août 2022, a publié une résolution annulant la directive provisoire de Guaidó.

Le bureau du procureur vénézuélien, le 22 août de cette année, a envoyé une commission en Colombie avec les directeurs contre le crime organisé et contre la corruption, Ángel Fuenmayor et Fernando Silva, respectivement, ainsi que trois procureurs du ministère public, avec pour mission d’approfondir sur les actes de corruption dans l’entreprise agrochimique Monómeros.

Les visages de ceux qui ont pillé la filiale de la principale industrie des engrais au Venezuela

Le faux conseil ad hoc

Le 19 mars 2019, l’Assemblée nationale, qualifiée d’outrage par la TSJ, a nommé un conseil d’administration ad hoc, composé de :

  • Jon Mirena Bilbao Boroja,
  • Rogelio R Lozada Briceno,
  • Enrique S Torres Galavis,
  • Maira Z Olivares Acevedo,
  • Freddy Roy Goerke Garcia,
  • Fernando Asenjo-Rosillo,
  • Mireya Riupanti de Amaya,
  • Jorge A Yanez Jiménez,
  • Ivan Angel Ivanoff Socorro,
  • Tom Gustavo Delfino
  • José Alberto de Antonio
  • Carmen E. Hernandez,
  • Javier Ricardo Linares Pena,
  • José I Gonzalez Alvarez,
  • Raphael Un premier navire,
  • Ceimy D Martinez Budez,
  • Yadid Khalaff Reyes,
  • Ramon A Crespo Morles,
  • Nelson Raphaël Della Roca,
  • Luis Alfieri Hurtado,
  • Fernando M Paredes Enfant et
  • Jean Paul Dugarte Ortiz.

Le G4 a braqué la compagnie d’engrais

Caracas. Les faux administrateurs de Monómeros placés par Juan Guaidó et le G4 ont eu des actions louches et contestées même dans les rangs de l’opposition.

L’une de ces illégalités qui a suscité le plus de mécontentement a été l’embauche de la société Llorente y Cuenca, pour laquelle Antonieta Mendoza de López, mère de Leopoldo López, travaille à mener des projets et des actions de médiation et de relations politiques et institutionnelles à l’échelle internationale. L’une des factures payées à la mère de López aurait été de 70 000 $ US.

Le contrat a été signé par la présidente du faux conseil d’administration ad hoc, Carmen Elisa Hernández, qui, en essayant de se débarrasser de la connexion, a nié savoir que Mendoza López faisait partie de cette entreprise. « Si j’avais su qu’Antonieta Mendoza occupait un poste de direction au sein du conseil d’administration, je n’aurais en aucun cas envisagé de passer un contrat avec Llorente et Cuenca. »

Au sein même de l’Assemblée nationale élue en 2015, des plaintes pour mauvaise gestion administrative de l’entreprise par « l’intérimaire » sont apparues au grand jour. Et ils ont accusé les pseudo-gérants d’utiliser Monómeros pour de la petite caisse.

Cela explique comment la fraction d’extrême droite d’Acción Democrática (AD), Voluntad Popular (VP), Primero Justicia (PJ) et Un Nuevo Tiempo ont pris sur eux de soutenir leurs contacts pour se rapprocher des Monómeros.

Ainsi, dans les rangs d’AD, Henry Ramos Allup et Luis Aquiles Moreno ont nommé Guillermo Rodríguez Laprea, Gustavo Sol et Jorge Yáñez, qui sont accusés d’avoir signé des contrats juteux qui leur ont donné des commissions avec Lion Street Ventures Corp, SA Ils sont accusés de promouvoir le embauche des entreprises Capocar ​​​​et Océan du Pacifique, où travaillait Rodríguez Laprea.

Pendant ce temps, le coordinateur national de Primero Justicia et un fugitif de la justice, Julio Borges, a été accusé d’avoir pris des ressources à Monómeros pour couvrir les opérations armées contre les institutions du Venezuela, qui étaient planifiées depuis la Colombie sous le gouvernement d’Iván Duque.

Et pour une nouvelle fois, son président, Manuel Rosales, a dirigé directement Monómeros, selon l’envoyé de Guaidó pour la Colombie, Humberto Calderón Berti, qui a rapporté qu’ils partageaient même l’espace. « Le bureau de l’ambassade appartient à moitié à Monómeros et l’autre moitié a été cédée à la mission diplomatique pour fonctionner. »

Calderón Berti lui-même a indiqué que Leopoldo López lui avait demandé de créer une liste de candidats pour diriger Monómeros et, en ce sens, il a présenté 38 noms. Le « diplomate » a laissé échapper que plus tard, une main noire a amené des gens pour des raisons politiques.

Dans une autre accusation, Calderón Berti a assuré que les anciens députés de l’opposition Jorge Millán (PJ), Tomás Guanipa (PJ) et Alfredo Chirinos (AD), avaient tenu des réunions avec les faux administrateurs de Monómeros pour collecter à l’avance l’argent des frais de soutien volontaire, payé en dollars, pour soutenir les campagnes de l’opposition.

Des visages derrière l’intrigue

★★★★★