Réhabilitation presque prête de l’Institut de Médecine Tropicale de l’UCV

Dans le cadre du plan de relance en cours dans les différents espaces de l’Université centrale du Venezuela (UCV), la présidente de la Mission Venezuela Bella, Jacqueline Faria, a visité les installations de l’Institut de médecine tropicale Dr Félix Pifano, qui est en pleine récupération.

«Il s’agit d’une structure conçue par l’architecte Carlos Raúl Villanueva il y a 60 ans et où des services sont fournis pour traiter différentes maladies tropicales, mais il était dans des conditions déplorables et sur ordre du président Nicolás Maduro, il a été intervenu, récupéré et restauré comme d’autres espaces de l’UCV », a déclaré Faria.

Il a expliqué que la conception originale a été récupérée et que les conditions des médecins et du personnel scientifique qui y travaillent ont été améliorées, en plus des étudiants qui disposent désormais d’installations décentes pour leur formation.

Parmi les travaux de récupération effectués figurent l’imperméabilisation des toits, ainsi que la réparation de la façade, du système électrique, des portes et des fenêtres, ainsi que le désherbage, l’élagage et les soins physiosanitaires des arbres.

Une clôture périphérique a également été placée, les salles de bains, les ascenseurs, les salles de classe, les laboratoires et les sols ont été réparés. De même, des travaux de peinture et de forge ont été réalisés en général.

Pour sa part, le Dr Clara Martínez, directrice par intérim de l’institut, a déclaré qu’un changement des conditions environnementales et structurelles est observé. « Beaucoup de nos laboratoires avaient été démantelés, il n’y avait pas de conditions pour travailler ou pour soigner le grand nombre de patients qui viennent quotidiennement avec des maladies négligées telles que Chagas et la leishmaniose, entre autres », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que des développements technologiques, des études, des diagnostics sont également effectués à l’Institut de médecine, mais qu’ils n’avaient pas les conditions physiques pour poursuivre ces tâches, en plus, qu’ils étaient assiégés par des criminels.

« Maintenant, les espaces sont transformés et dignes, c’est l’université que nous méritons, et nous avons déjà commencé à observer des groupes de médecins, de scientifiques et d’étudiants qui retournent à leurs activités », a déclaré Martínez.

★★★★★