Six mois après son début, la guerre en Europe de l’Est semble loin d’être terminée – Jornal da USP

La guerre était censée durer des jours, du point de vue russe, mais ce n’est pas le cas, et le grand perdant, selon Marília Fiorillo, est la Russie elle-même.

Ce qui devait être une occupation prévue depuis des jours a déjà duré six mois et tout indique qu’elle va continuer. La professeure Marília Fiorillo fait bien entendu référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, sujet de sa chronique. « L’armée de la Russie expansionniste s’est échouée, les positions conquises ont été récupérées et la résistance ukrainienne, lourdement armée et financée par les impérialistes de l’Ouest, a mis en échec la prétention à la supériorité de l’impérialisme latent de l’Est », dit le chroniqueur. L’issue de la guerre est imprévisible et toutes les tentatives de négociation n’ont abouti à rien, du moins jusqu’à présent.

Pour le chroniqueur, il ne fait aucun doute que le grand perdant jusqu’ici est la Russie de Vladimir Poutine. Il explique pourquoi : « L’assaut de Poutine a réussi à renforcer l’OTAN, affaiblie sous l’administration Trump ; réussi, dans un premier temps, à unir la communauté européenne, qui était en désaccord; et même réussi à amener l’Allemagne, otage du gaz russe, à réduire drastiquement ses importations et à geler l’ouverture de Nord Stream 2, un gazoduc qui irait directement vers l’Europe via la mer Baltique ». Sans oublier la condamnation du conflit par les organisations internationales et la dénonciation de la torture et de la mort de civils par les troupes russes, ce qui constitue un crime de guerre.

Selon Marília, « l’invasion de l’Ukraine n’est ni meilleure ni pire que celle de l’Irak ou de l’Afghanistan, elles sont toutes condamnables et vouées à long terme à l’échec ». Elle regrette cependant le bilan de l’aventure menée par Poutine : des millions de réfugiés et de sans-abris et des milliers de civils morts. « Il a été rapporté que près de la moitié de la population russe ignore tout simplement qu’il y a une guerre ; l’inverse se produit avec les pays d’Europe de l’Est, allergiques à Poutine. C’est naturel : après des décennies sous le régime soviétique, ils veulent s’occuper de leurs propres affaires. Que ce soit bon ou mauvais, c’est une autre histoire.


Conflit et dialogue
La colonne Conflit et dialogueavec le professeur Marília Fiorillo, est diffusé tous les vendredis à 10h50 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM ; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

★★★★★